Conseil constitutionnel : Mamadou Koulibaly n’a pas convaincu Koné Mamadou

By: Africa Newsquick

Mamadou-Koulibaly-0001Conseil constitutionnel : Mamadou Koulibaly n’a pas convaincu Koné Mamadou

C’est à son siège sis au Plateau, devant un parterre de journalistes, appareils photos en main et caméras au poing, que le Conseil constitutionnel a confirmé l’extraordinaire victoire de l’empereur Ouattara II. Et ce, en dépit des nombreuses plaintes du candidat Mamadou Koulibaly qui a battu une campagne de boycott et saisi le Conseil constitutionnel aux fins d’annuler ces présidentielles truffées d’irrégularités qu’il ne saurait tolérer. Afin de mettre les points sur les « i » et dissiper toute forme d’incompréhension, il s’est employé à expliquer à ce dernier, pourquoi il a tort.

 

Les violations dénoncées par Mamadou Koulibaly

Il en avait gros sur le cœur, le président du parti Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) notamment la prorogation de quatre jours du délai de la distribution des cartes d’électeur alors que l’article 15 du Code électoral imposait que la distribution prenne fin 8 jours avant le scrutin. Mais il a oublié – et fort heureusement, que le Conseil constitutionnel est là pour le lui rappeler – que l’article 16 quant à lui, autorise le retrait des cartes par les retardataires le jour même du vote. Quelle loi étrange…! De plus, même sans carte d’électeur, le citoyen peut prendre part au vote, dès lors qu’il est inscrit sur la liste électorale. Le président du LIDER était encore plus courroucé par les couleurs du logo du candidat Ouattara qui se composaient de l’orange, du blanc et du vert. Mais il a dû être frappé d’aveuglement, parce que Mamadou Koné et ses amis du Conseil constitutionnel ont, eux, discerné «du noir, du rouge, du jaune, et même les sept couleurs de l’arc en ciel».Très opiniâtre tel un fauve qui ne lâche pas sa proie, Mamadou Koulibaly a osé se plaindre de la taille du logo «fortement prépondérante par rapport à ceux des autres candidats». Mais ce grief a aussi été rejeté par les sages du Conseil constitutionnel.

Enfin, le refus de participer à l’émission « face aux électeurs », a également été porté devant le Conseil constitutionnel qui a rappelé au candidat désistant le ‘’tweet’’ duquel il s’était fendu pour manifester son refus de participer à ces élections « truquées ».

Ce n’est donc pas demain la veille, que quelqu’un fera croire au Conseil constitutionnel que des élections aussi transparentes et apaisées ont été entachées d’irrégularités…! Conclusion, l’empereur Ouattara II peut rempiler pour un second mandat.

 

BABETH BERIYTH, in L’Eléphant déchaîné n°395

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE