Sécurité/Vigassistance-faux décret de naturalisation du PDG, Comment Patrick Bogaert a berné la Justice ivoirienne

By: Africa Newsquick

UNE_L'ELEPHANT DECHAINE 383 copierSécurité/Vigassistance-faux décret de naturalisation du PDG, Comment Patrick Bogaert a berné la Justice ivoirienne

Dans son édition N°352 datée du mardi 26 mai 2015, «L’Eléphant» avait conté avec un luxe insolent de détails, les actes illégaux posés par le patron de l’une des plus importantes sociétés de sécurité privée en Côte d’Ivoire.

De nationalité française, on ne sait trop pourquoi, le Pédégé de «Vigassistance» a démontré une volonté incroyable d’avoir la nationalité ivoirienne afin d’obtenir un passeport et sans doute derrière cette nationalité illégalement acquise, bénéficier de certaines faveurs sur le sol ivoirien. Dans le même article intitulé «Sécurité/Vigassistance: Un expert en fraudes fiscales, les impôts bernés à hauteur de 5 milliards», «L’Eléphant» avait avoué son incapacité, à cette époque, à trouver le faux décret à partir duquel Patrick Bogaert, c’est de lui qu’il s’agit, s’est offert sans coup férir, la nationalité ivoirienne.

C’est que sans doute mis au courant des investigations de «L’Eléphant»- l’homme qui, dans une lettre adressée à notre rédaction prétendait n’avoir rien à se reprocher et ne pas vouloir s’étendre sur les questions posées par «L’Eléphant» au motif que l’affaire serait pendante devant la justice-aurait pris toutes les dispositions pour que jamais, l’infernal quadrupède ne pose une patte sur le vrai faux décret en question.

Eh bien, c’est peine perdue. Après quatre mois de recherche, «L’Eléphant» vient de mettre la patte sur le fameux décret qui lui a permis de se faire délivrer un certificat de nationalité. Pour réussir l’opération d’enfumage des autorités tant policières que judiciaires, le patron de « Vigassistance » s’est offert les services d’un homme que tous les enquêteurs recherchent depuis plus d’une année.

 

Traoré Brahima, un démarcheur bien rémunéré

De sources proches de la société de sécurité, Traoré Brahima serait un expert en faux au service du Pédégé de «Vigassistance». Et c’est lui qui, à la demande de ce dernier, a accepté de mener les démarches pour permettre à Patrick Bogaert de se fabriquer un faux décret dont le caractère grossier saute aux yeux du moindre profane mais qui a servi quand même à la délivrance d’un certificat de nationalité par la Justice ivoirienne.

Pour mener à bien la mission à lui confiée, Traoré Brahima a signé une décharge au patron de «Vigassistance», décharge dont «L’Eléphant» s’est procuré une copie et dont le contenu vaut une lecture attentive: «Je soussigné Monsieur Traoré Brahima, (reconnais) avoir reçu des mains de Monsieur Bogaert Patrick la somme de 500 mille francs pour le traitement de son dossier de naturalisation. Les 500 mille francs serviront dans un premier temps pour les départements du ministère de l’Intérieur pour l’enquête de moralité et celui du ministère de la Santé (bilan de la santé). Ensuite, viendra le ministère de la Justice pour finaliser le dossier avant qu’il ne soit transféré à la présidence de la République pour la signature du décret…» (Voir notre document 1). Et le document est daté du 7 octobre 2011.

Apparemment, Traoré Brahima est un homme de parole.

 

Une étrange demande de naturalisation

Alors que Traoré Brahima a signé le document dans lequel il reconnaît avoir accepté la somme de 500 mille francs pour la mission à lui confiée et qui comprend les étapes y contenues, le bénéficiaire, Patrick Bogaert, depuis le 3 mars 2010, avait rédigé sa demande de naturalisation adressée à l’intrépide Gbagbo, ancien maître du château du Plateau (lire document 2). Allez, parcourons un peu le contenu de cette belle lettre: «(…) Son excellence Monsieur le Président, j’ai l’honneur de venir par la présente lettre solliciter de votre haute bienveillance ma naturalisation pour acquérir la nationalité ivoirienne. Je suis français d’origine et je vis en Côte d’Ivoire depuis 1975. Je suis opérateur économique propriétaire de plusieurs entreprises  dont Vigassistance, prestigieuse Société de sécurité privée où j’occupe le poste de président directeur général. Je sollicite cette naturalisation car je suis établi en Côte d’Ivoire  avec ma famille en participant activement à son essor économique et social…» A travers une fraude fiscale qui coûte des milliards de FCFA à l’Etat de Côte d’Ivoire?

Mais continuons de parcourir le contenu de la demande de naturalisation que Gbagbo n’a jamais reçue: «Espérant une suite favorable à ma demande de votre part, je m’engage sur l’honneur à respecter la loi ivoirienne et à remplir pleinement mon devoir de citoyen ivoirien…» En se spécialisant en fraudeurs dans divers domaines d’activités?

 

«Gbagbo» donne une suite favorable à la demande

Le 14 octobre 2010, par un décret N°2010-702, Patrick Bogaert est naturalisé ivoirien (voir document N°3): «(…) décrète: article 1er : Bogaert Patrick Charles né le 13 octobre 1954 à Saint Omer (France), fils de Bogaert Paul Gabriel Eloi et de Nguyen Thi Lieu, résidant à Abidjan, et son épouse Pola  Laurence Marie-Josée, née le 30 novembre 1961 à Casablanca  (Maroc), fille de Léandro Pola et de Aurora Atalaya, résidant à Abidjan, sont naturalisés ivoiriens.»

Mais ce fameux décret de naturalisation qui porte le nom de Laurent Gbagbo, est étrangement signé par un certain Kouassi N’Guessan Bernard. «L’Eléphant» a cherché à savoir qui cela peut bien être puisqu’il ne se souvient pas avoir lu un communiqué faisant de cet homme le secrétaire général du Gouvernement, capable de signer pour le compte du président, des décrets. Eh bien, Kouassi N’Guessan Bernard est un magistrat encore en fonction. Après un tour au ministère de la Justice, il a été nommé Agent Judiciaire du Trésor et se trouve en ce moment à la Cour d’Appel en qualité d’Avocat général. Evidemment, cet homme n’a jamais signé ce document, «L’Eléphant» s’en est assuré.

Les enquêteurs de la police qui étaient aux trousses de Patrick Bogaert et d’un autre expert depuis tombé entre les mains d’Interpol et transféré en France, ont contacté le Secrétariat général du Gouvernement pour vérifier l’authenticité de ce «décret». «L’Eléphant» l’a également fait. Réponse: «Le décret N°2010-702 du 14 octobre 2010 portant naturalisation de Bogaert Patrick Serges Charles n’existe pas dans les archives du Secrétariat Général du Gouvernement».

 

Vite, une demande de certificat de nationalité

Il faut croire que Traoré Brahima est un homme efficace. Se servant de ce faux décret de naturalisation, il a, de sources judiciaires, introduit, pour le compte de Patrick Bogaert, une demande de certificat de nationalité. Une demande qui a connu un franc succès. Car, le fameux document (voir document 4) a été délivré par le Tribunal de Première Instance d’Abidjan et porte bien les références du faux décret. Le juge ne s’est pas aperçu du faux grossier contenu dans ce décret?

Le certificat de nationalité en poche, Patrick Bogaert, sans jamais se déplacer ,selon une source proche de la Justice, a pu se faire établir un passeport ivoirien avec lequel il prospère dans les avions en première classe depuis des années. Les enquêteurs, selon les sources de «L’Eléphant», ont remonté le fil de toute la combine jusqu’à la sûreté nationale où ils ont buté sur un obstacle infranchissable. Là, le maître des lieux, à leur demande du numéro de passeport ivoirien avec lequel circule Patrick Bogaert, leur a répondu qu’il n’avait pas la compétence nécessaire pour leur fournir une telle information, même sur réquisition. Et qu’ils devraient s’adresser au patron de la DST (direction de la surveillance du territoire). Selon les informations de «L’Eléphant», les enquêteurs ont approché la DST de façon officielle. Mais cela fait plus de deux ans qu’ils attendent la réponse de la DST.

Un bel exemple de coopération entre services de sécurité!

En attendant la réponse de la DST, toutes les démarches pour mettre la main sur l’ensemble des auteurs de cette fraude ont été neutralisées par on ne sait qui. Et Patrick Bogaert coule des jours paisibles à Abidjan, sans être inquiété par personne. Sans doute parce qu’il possède une prestigieuse société de sécurité privée et que cela le pousse, comme il ne s’y est pas engagé dans sa demande de naturalisation, à violer impunément les lois ivoiriennes?

DANIEL SOVY (L’Eléphant déchaîné n°383)

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE