Notice: La méthode du constructeur appelée pour WP_Widget dans LocSidebar est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez
__construct()
à la place. in /hermes/bosnaweb23a/b1429/ipg.starcoreenet/africanewsquick/wp-includes/functions.php on line 3902 Notice: La méthode du constructeur appelée pour WP_Widget dans SoundBeatWidget est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez
__construct()
à la place. in /hermes/bosnaweb23a/b1429/ipg.starcoreenet/africanewsquick/wp-includes/functions.php on line 3902 Côte d’Ivoire-Présidentielle 2015 : Nos politiciens devraient donner l’exemple! – Africanewsquick

Côte d’Ivoire-Présidentielle 2015 : Nos politiciens devraient donner l’exemple!

By: Africa Newsquick

Soro-OuattaraCôte d’Ivoire-Présidentielle 2015 : Nos politiciens devraient donner l’exemple!

Les dernières joutes électorales n’ont pas laissé aux Ivoiriens un souvenir très agréable. Les morts jonchant les rues, les bombardements français sur la résidence de l’intrépide Gbagbo, des populations séquestrées dans leur quartiers par les camarades de  saint Soro Guillaume, et des agressions imputables aux miliciens pro-Gbagbo, des contrôles au faciès, des viols, des vols, des biens détruits, des échanges de tirs récurrents avec pour conséquences des balles perdues qui ont causé de nombreux décès… sont autant de souvenirs rattachées à ces élections ; avec en prime, un pays divisé et des rancœurs aux racines profondes qui constituent un obstacle majeur à la réconciliation nationale. Un bilan officiel de 3000 morts, bien loin de la réalité des pertes en vies humaines enregistrées durant la crise post-électorale. Nombreux parmi les Ivoiriens, sur ces faits, ont pris la ferme résolution de ne point prendre part aux élections prévues en octobre prochain.

 

Des élections qui laissent indifférents

Que ce soient dans les forums de discussions, sur les réseaux sociaux et même lors de simples causeries de salons, la majorité des Ivoiriens ne souhaitent pas prendre part aux élections. Quelles que soient les personnes abordées, les motivations sont les mêmes. Nul ne tient à participer à des élections susceptibles d’ouvrir la porte à une nouvelle crise. Des élections dont la crédibilité est déjà remise en cause et les résultats déjà contestés, alors que les urnes ne sont pas encore ouvertes. Les Ivoiriens semblent d’avis aujourd’hui que leur participation ou non au scrutin de 2015 n’aura aucune incidence majeure sur le résultat final ou n’apportera rien de plus à la Côte d’Ivoire. Gravissime erreur de jugement! Mais comment s’en étonner? Cette pensée s’est clairement traduite lors de la révision de la liste électorale qui a eu lieu du 1er juin au 12 juillet 2015. Sur un potentiel de 3 millions de nouveaux électeurs attendus, seulement 334 788 personnes ont pris la peine de répondre à l’appel de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

 

L’atmosphère semble être la même qu’en 2010

Ces tensions, il ne faut surtout pas l’oublier, étaient très nettement perceptibles pendant la campagne électorale de l’année 2010. Tous les partis politiques confondus donnaient libre cours aux invectives, aux spots haineux. Les débats télévisés tournaient carrément aux règlements de compte.  Cette année, alors que les autorités ivoiriennes – sa majesté Ouattara 1er  en tête – promettent des élections apaisées, le ton monte entre les différents adversaires politiques. Si toutes ces tensions font, bien évidemment, parti du jeu politique, certains n’hésitent pas à réveiller le concept de l’« ivoirité » à travers la question de la nationalité de sa majesté lui-même qui traitait récemment depuis Séguéla où il était en visite d’Etat, certains de ses opposants (les pro-Gbagbo en l’occurrence) d’« idiots ». Il semble tomber dans le piège de ses adversaires.

 

L’exemple devrait venir des politiques

Il nous est souvent conseillé de tirer les leçons du passé. Mais à ce jour, il semble difficile à nos politiciens de s’approprier ce conseil. Il a été reproché à la presse, d’avoir eu une grande part de responsabilité dans la crise post-électorale. Elle aurait selon les uns et les autres, jeté de l’huile sur le feu, entretenu la haine, renforcé la division. Si la presse est constamment exhortée à faire preuve de responsabilité dans le traitement de l’information,  et il n’est pas superflu  de rappeler aux politiciens qu’ils ont la plus grande part de responsabilité dans ce qui s’est passé et qu’ils ont l’obligation de mesurer leurs propos afin que l’histoire ne se répète pas. Des journaux sont constamment sanctionnés pour leurs dérives, mais jamais un politicien n’a été sanctionné pour des discours haineux. La justice devrait peut-être songer à être juste maintenant avec les politiciens.

In L’Eléphant déchaîné n°373

Laisser un commentaire

Agenda

janvier 2018
D L M M J V S
« Déc    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 578 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE