CIV-Fournisseur de l’Etat, Tolérance zéro, désormais: Deux décisions qui font du bien au Trésor Public

By: Africa Newsquick

KONE ADAMACIV-Fournisseur de l’Etat, Tolérance zéro, désormais: Deux décisions qui font du bien au Trésor Public

En cette année électorale où bientôt les candidats vont vendre des rêves parfois dangereux à un peuple de plus en plus déçu de sa classe politique incapable de s’entendre sur l’essentiel – le bien de tous -, « L’Eléphant » a éprouvé plutôt quelques difficultés à trouver, après Me Pierre Koffi Djemis du Cabinet « PKD CONSEIL » et Coulibaly Aly Kader-l’ACCT- (lire L’Eléphant déchaîné N°217 du 7 janvier 2014), un autre Ivoirien, que ce soit dans le privé ou dans le public, dont les actions au service de la Côte d’Ivoire pouvaient être saluées avec un immense barrissement. Eh bien deux actes posés ces trois derniers mois au sein du Trésor Public par le Directeur Général,  Koné Adama, ont convaincu « L’Eléphant », que l’émergence en termes de bonne gouvernance, est possible, pourvu que ceux qui ont une parcelle de pouvoir public l’utilisent positivement dans l’intérêt du plus grand nombre. Et comme dans ce métier, il ne s’agit pas de dénoncer uniquement ce qui ne va pas, mais d’avoir aussi l’honnêteté intellectuelle de reconnaître ce qui est bien fait, pour la deuxième fois en quatre ans, « L’Eléphant » décide de saluer les actes d’un  haut cadre du Trésor Public.

 

Le démantèlement d’un réseau de fraudeurs au Trésor Public

Dans notre édition N°243, nous avions conté avec un petit luxe de détails, une pratique de mauvaise gouvernance au sein du Trésor Public qui avait coûté au contribuable ivoirien, la confortable somme de 500 millions de FCFA, partie dans des poches de petits malins qui n’ont rien à voir avec la fonction publique, mais qui se goinfraient sur le dos du contribuable ivoirien, en complicité avec des agents du Trésor Public. C’est que, comme chacun le sait, au Trésor Public comme dans toutes les régies financières, les agents, pour être encouragés à faire rentrer l’argent dans les caisses publiques plutôt que dans leur propre poche, perçoivent des primes spéciales à des périodes bien précises. Ces primes, rappelons-le, sont destinées uniquement aux agents de cette régie dont la liste, chaque année, est soigneusement déposée entre les mains des champions de la Direction  des Ressources Humaines. Sauf que de petits malins à la Division informatique, depuis des années, glissaient sur cette liste, des noms de personnes étrangères au Trésor Public. Et des primes étaient versées à ces personnes qui, en retour, reversaient de belles commissions à leurs complices. Mais les mauvaises pratiques ayant toujours une fin, 2015 a été une année particulièrement cauchemardesque pour les champions qui s’engraissaient sans cause avec l’argent public. En effet, un étrange fait survenu dans une pairie du Trésor à Dabou où une coiffeuse s’est présentée pour se faire payer une prime en qualité d’agent du Trésor, est parvenu aux oreilles du Directeur des Ressources Humaines. Lequel a saisi le Directeur général, Koné Adama. Ce dernier, pour tirer cette histoire au clair, a instruit l’Inspection Générale du Trésor de mener une enquête complète sur, pour débusquer au sein de son service, les personnes qui se livraient à cette opération. Les vérifications faites ont permis de mettre le doigt sur l’une des plaies du Trésor et de la Comptabilité Publique : la fraude sur les primes.

 

Tolérance zéro, désormais !

Les conclusions de l’enquête remise au Directeur Général, des interventions fuseront de partout pour que l’affaire soit gérée à l’interne afin que le scandale n’éclabousse pas l’image d’un Trésor Public croulant déjà sous le poids de la fameuse affaire des « 10% » exigés par des payeurs véreux aux fournisseurs de l’Etat. Sauf que ces interventions buteront sur la décision du Directeur Général de mettre un terme à toutes les vilaines pratiques qui ont plombé, de régime en régime, l’image de cette Régie financière.  Hop ! Koné Adama transmet les résultats de l’enquête avec les noms des agents impliqués dans cette fraude, à l’Agent Judiciaire du Trésor. Histoire d’engager des poursuites contre ces agents indélicats. D’autant plus que leur petite combine avait coûté à l’Etat, donc au contribuable ivoirien, la somme de 500 millions de FCFA. Interrogé par « L’Eléphant » au moment des faits, le Directeur Général Koné Adama n’a pas caché la vérité : « Il y a eu effectivement une fraude sur les primes versées aux agents. Des non bénéficiaires et non agents du Trésor ont été frauduleusement introduits sur la liste. Quand nous l’avons découvert, nous avons demandé à l’Inspection Générale de faire une enquête en toute transparence parce que cette pratique est inacceptable. L’enquête a révélé des complicités et nous avons porté plainte et il y a eu des arrestations. Des sanctions seront prises. C’est une fraude qui coûte de l’argent à l’Etat et on ne peut pas l’accepter… » Les sanctions ont en effet été prises : une douzaine d’agents dont un en service à la Division de l’Informatique, sont en stage depuis quelques mois, à la Maca. En haut lieu, « L’Eléphant » l’a appris, l’acte posé par le Directeur Général a été apprécié à sa juste valeur. Discours sur l’émergence oblige ! Acte 1 !

 

L’affaire des primes volées aux Eléphants footballeurs

Acte 2 ! Courant novembre-décembre 2014, une étrange affaire de budget pour la participation de l’équipe nationale de football à la Coupe d’Afrique 2015 au pays du grand démocrate Obiang Nguema Mbasogo, oppose les dirigeants de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), au Ministre de la Promotion  de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, à la tête duquel sévissait alors un certain Alain Lobognon, champion toutes catégories des « tweets » dans le Gouvernement de sa majesté Ouattara 1er. La Fif réclamait un budget de 3,5 milliards de FCFA pour la participation des Eléphants à la CAN. « Gaspillage», s’était écrié le désormais ancien ministre. « Je n’ai que 300 millions pour vous et cela est largement suffisant pour la CAN », avait-il ajouté.

Devant les échanges d’amabilités et autres boules puantes entre la fédération et le ministère, le chef de l’Etat en personne, interviendra. Il tranche en faveur de la Fif et met à sa disposition, le budget spécial de 3,5 milliards. L’argent est mis par tranche, via l’Agent Comptable Central du Trésor, un certain Coulibaly Aly Kader (« célébré en janvier 2014 dans un Focus de « L’Eléphant »), à la disposition de Yapi Patrick, l’ex-patron de la Régie des Compétitions Internationales du Ministre des Sports. Quelques jours plus tard, Yapi Patrick est convoqué par Koné Adama à son bureau. Là, le Directeur Général du Trésor demande à son agent s’il a bien reçu l’argent. Ce dernier répond par l’affirmative. Alors, Koné Adama, selon les sources de « L’Eléphant », donne à l’ex-Régisseur, à peu de mots près, les conseils suivants : « Vous savez les bruits qu’il y a eus autour de cet argent. Vous avez la responsabilité de le gérer en suivant les procédures établies. Le Président de la FIF, via sa direction financière, va présenter ses besoins au ministre de Tutelle. Lequel validera ces besoins et vous les transmettra pour règlement. Dès que vous recevez l’ordre de payer du ministre et les documents justificatifs fournis par la Fif, vous payez ce qui est mentionné sur les documents. Vous ne faites pas autre chose en dehors de cette procédure. S’il y a la moindre difficulté dans l’exercice de votre tâche, prévenez-moi immédiatement… » Yapi Patrick opine de la tête et s’en va. Koné Adama ne le reverra plus. La suite, on la connaît.

 

Une surprenante victoire

Les Eléphants, de haute lute, remportent, à la surprise générale, la CAN. A Abidjan et dans l’ensemble du pays, c’est la fête. Les joueurs sont accueillis en héros et décorés au Château par le chef de l’Etat. Lequel leur fait don, au nom de la nation reconnaissante, de plusieurs dizaines de millions supplémentaires.

Mais ne voilà-t-il pas que passée la fête, dans les locaux de la Fif, une étrange information circule. Des joueurs et des encadreurs n’auraient pas perçu la totalité de leurs primes de matches. En sus, des compagnies de transport aérien et des Agences de voyages déposent des factures impayées à la Fif. Pour en avoir le cœur net, la Fif écrit à l’ex-Régisseur. Lequel s’empresse d’écrire à son tour à l’ex-chef de Cabinet de l’ex-ministre des Sports, pour lui demander de justifier l’usage de quelques 75 millions qu’il lui aurait remis en liquide. Pour faire quoi ? Devant le silence de l’ex-Régisseur, la Fif passe un coup de fil à ses supérieurs hiérarchiques. L’affaire parvient aux oreilles du Directeur Général, Koné Adama. Intrigué et n’ayant aucune nouvelle de l’ex-Régisseur, Koné Adama écrit à sa hiérarchie pour demander l’autorisation d’ouvrir une enquête. Mais des jours passent et aucune ne vient de là-haut. Déterminé, le Directeur Général envoie une deuxième lettre à sa hiérarchie en attirant son attention sur les proportions que prenait l’affaire et le danger qu’elle pourrait représenter pour l’image de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique. Cette fois-ci, il reçoit une réponse positive. Hop ! Instruction est de nouveau donnée par Koné Adama à la l’Inspection Générale du Trésor. Elle est priée d’interroger l’ex-Régisseur pour savoir si l’argent mis à sa disposition a été dépensé dans le respect des procédures en vigueur et si cet argent est allé « là où il devrait aller », pour parler comme l’ex-ministre. L’ex-Régisseur est interrogé par les inspecteurs. Il met à leur disposition les pièces justificatives des dépenses effectuées en gardant par devers lui, quelques-unes que « L’Eléphant » a réussi par la suite à se procurer. A la fin de leurs vérifications, le rapport que les vérificateurs adressent au Directeur Général du Trésor est accablant pour l’ex-Régisseur et le Ministère des Sports. 333 millions ont été dépensés par le Ministère hors budget et sans aucun justificatif valable. 180 millions ont été utilisés par l’ex-Régisseur à des fins autres que celles pour lesquelles le budget avait été mis en place. Sans oublier 313 millions versés à des fournisseurs pour on ne sait quelles prestations fournies au Ministère ou à la Fif.

Le rapport éclaboussant un ministre de la République et un Agent du Trésor public, en d’autres temps, aurait pu être glissé dans un tiroir et l’affaire aurait été gérée dans le plus grand des secrets. Sauf que les temps commencent manifestement à changer. Koné Adama décide, malgré les cris des ex-responsables du Ministère, de transmettre le rapport à sa hiérarchie, sans toucher au contenu pour arrondir quelques angles afin de protéger qui que ce soit. Le budget a été mal exécuté par un Agent du Trésor. Ce dernier doit être sanctionné, exige le Directeur Général. Quelques jours plus tard, sa demande est exaucée par sa hiérarchie et en Conseil des Ministres, Yapi Patrick est débarqué. Mais pour la Direction Générale du Trésor, cela ne suffit pas. Il faut que l’agent fautif réponde de ses actes devant la justice. D’autant plus que le chef de l’Etat demande au Trésor de trouver illico, le montant correspondant aux primes volées, pour le reverser aux bénéficiaires sous 48 heures. Près de 800 millions de FCFA. Le rapport de l’Inspection Générale est transmis à l’Agent Judiciaire du Trésor, à charge pour lui d’engager des poursuites contre l’ex-Régisseur et tous ceux qui se sont goinfrés avec l’argent public dégagé pour un objectif précis. L’Agent Judiciaire du Trésor achemine le rapport à la Direction générale de la Police Economique. Laquelle ouvre immédiatement une enquête et se met à distribuer des convocations. Mais, entre-temps, après son débarquement, l’ex-Régisseur s’était terré on ne sait où. Les recherches de la Police Economique le concernant sont donc infructueuses. Jusqu’à ce que l’ex-Régisseur se retrouve, le jeudi 25 juin, dans l’un des services du Trésor Public, au Plateau. L’information, selon les sources de « L’Eléphant », parvient aux oreilles du Directeur Général du Trésor. Hop ! Il donne des instructions à ses services. Lesquels informent la Police Economique de la présence de l’ex-Régisseur dans un service bien identifié du Trésor. Dans les minutes qui suivent, deux officiers de police en tenue civile, se présentent dans ledit service et cueillent Yapi Patrick. Depuis, ce dernier séjourne à la Maca, en attendant de répondre de ses actes. « Tout ce scandale n’aurait pas été découvert sans la volonté du Directeur général de donner une nouvelle image au Trésor Public. Le message est très clair. Il n’y a plus de place au Trésor public pour un agent indélicat. Pour ce qui concerne le ministre Alain Lobognon, ce n’est pas l’affaire de la Direction Générale du Trésor. C’est le Gouvernement qui a décidé de son sort, mais pour les agents du Trésor Public, nous sommes aujourd’hui dans une phase d’impunité zéro désormais », confie à « L’Eléphant», un collaborateur de Koné Adama. On ne peut que saluer cette volonté en souhaitant qu’elle dure et qu’elle s’étende aussi à cette histoire de 10% pris par des agents sur les factures des fournisseurs de l’Etat : « C’est pour éviter tout ça que la Direction Générale exige que désormais tous les fournisseurs soient payés par virement bancaires et, depuis, les plaintes sur cette pratique ont presque disparu et chaque agent sait ce qui l’attend s’il se fait prendre. Il y aura toujours des brebis galeuses. Mais maintenant elles savent ce qui leur arrivera et la Direction Générale prie tout fournisseur abusé de venir s’adresser directement à elle. Un nouvel esprit souffle donc désormais sur le Trésor Public ». Conclut notre interlocuteur. « L’Eléphant » ne peut que souhaiter bon vent au « nouvel esprit » qui s’est instauré à la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique. C’est notre président qui doit en être le plus heureux ! Car, l’émergence ne peut pas rimer avec mauvaise gouvernance.

ALEX KASSY (in L’Eléphant déchaîné n°366)

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE