CIV-Me Altit : «La libération de Laurent Gbagbo est une mesure de Justice indispensable à la réconciliation des Ivoiriens»

By: Africa Newsquick

Gbagbo et OuattaraCIV-Me Altit : «La libération de Laurent Gbagbo est une mesure de Justice indispensable à la réconciliation des Ivoiriens»

A maintes reprises, la demande de mise en liberté provisoire de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, a été refusée par la Cour pénale internationale (Cpi). L’instance judiciaire basée à La Haye a notamment brandi ”l’absence d’éléments nouveaux” pour justifier son refus. Emmanuel Altit, avocat principal de l’ancien chef d’État, est convaincu que le contexte politique actuel en Côte d’Ivoire est un élément nouveau qui milite en faveur d’une libération provisoire du ”Woody de Mama”. Dans un document de 19 pages en date du 28 mai 2015, l’avocat français s’est notamment appuyé sur les récentes sorties d’importantes personnalités, dont des proches du président ivoirien, Alassane Ouattara. « En ce qui concerne la demande de libération de Laurent ́ Gbagbo, elle n’est pas réservée à quelques nostalgiques, militants de groupuscules extrémistes fantasmatiques, ́ comme voudrait le faire croire le Procureur, mais elle est partagée par une ́ grande partie de la population et par une majorité́ des décideurs politiques – y compris des soutiens d’Alassane Ouattara – comprise comme étant une mesure de Justice, qui plus est indispensable à la réconciliation nationale. Il ne s’agit pas, ́ pour les militants de la libération de Laurent Gbagbo de le faire échapper a ́ ̀la justice pénale internationale mais d’œuvrer ́ pour la réconciliation en Côte d’Ivoire », ̂ stipule le communiqué de Me Altit.

Les sorties des ”irréductibles” issus du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) sont également présentées par la défense du fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi). « Les plus grandes figures politiques ivoiriennes ont demandé́ à s’entretenir avec Laurent Gbagbo au centre de détention de Scheveningen, souligne l’homme de Droit.

Le 24 mars 2015, Charles Konan Banny, membre éminent du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) – ancien ̂ parti unique, soutenant aujourd’hui Alassane Ouattara – et président de la Commission dialogue, vérité ́ ́et réconciliation ́s’est ainsi rendu à La Haye. Celui qui appelait en 2010 à voter pour Alassane Ouattara déclare aujourd’hui : «Qu’on le ́ veuille ou non, Laurent Gbagbo, qui n’a pas fini d’écrire son histoire, est une ́ icone en Côte d’Ivoire. […] la réconciliation ne peut pas se faire sans lui ». Selon Emmanuel Altit, la libération de Laurent Gbagbo a, aujourd’hui, le statut de véritable cause nationale. « Il n’existe pas une personnalité́ politique ivoirienne ou un membre éminent de la société́ ́civile ivoirienne qui n’appelle à la libération ́ de Laurent Gbagbo. Le Procureur serait bien en peine d’en citer un seul. C’est un élément important et nouveau qui devrait être pris en compte par les Juges, ̂ que de constater que la classe politique ivoirienne unanime et les responsables de la société́ ́civile appellent à la libération ́de Laurent Gbagbo. Pas un ne considère qu’il y aurait là danger ; au contraire tous considèrent que ce serait un pas vers la ̀ réconciliation nationale », indique l’avocat. Et d’ajouter : « Ce sont les Ivoiriens eux-mêmes, toutes tendances confondues qui appellent à la libération de Laurent Gbagbo. Ce sont les Ivoiriens eux-mêmes, toutes tendances confondues, qui indiquent de la manière la plus ̀ claire possible aux Juges, qu’une telle libération ne constituerait en rien un danger mais au contraire permettrait d’avancer sur la voie de la réconciliation. En ́ conclusion, le Conseil principal de Laurent Gbagbo a choisi de proposer à la Cour une autre option pour la détention de son client.

«Les allégations anciennes ́ sur lesquelles le Procureur fondait son argumentation ne tiennent plus. Elles ne peuvent donc plus aujourd’hui justifier le maintien en détentions de Laurent ́ Gbagbo, commente-t-il. Au regard de ce constat, la question posée au Procureur ́ est simple : quelles seraient aujourd’hui les raisons impératives qui commanderaient le maintien en détention de Laurent Gbagbo et ne pourraient être réglées par une solution alternative, par exemple une assignation à résidence? » interroge-t-il. Poursuivi pour des faits de crimes contre l’Humanité, qui auraient été commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo est détenu à La Haye dans l’attente de l’ouverture de son procès.

Afriquessor.com

Abraham KOUASSI

Source: Soirinfo 6214 du lundi 22 juin 2015

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE