Mondial du football féminin «CANADA 2015» : Ô honte aux autorités ivoiriennes!

By: Africa Newsquick

ADO_soucieuxMondial du football féminin «CANADA 2015» : Ô honte aux  autorités ivoiriennes!

Sur les trois équipes africaines engagées pour Canada 2015, seul le Cameroun a fait honneur au continent.

Bravo aux Lionnes indomptables!

Le Cameroun a validé sa qualification pour le second tour de la Coupe du Monde féminine de football FIFA en se hissant à la 2ème  place de la poule C après la Chine, suite à sa seconde victoire face à la Suisse (2-1), comptant pour la dernière journée des phases de poule. La 1ère  était face à l’Equateur (6-0), lors du premier match. Les Lionnes indomptables finissent avec 6 points au lieu de 9, parce qu’elles étaient tombées les armes à la main devant les championnes en titre, le Japon (2-3), au terme d’une rencontre palpitante comptant pour leur deuxième sortie. C’est en tout cas, un grand coup que les Camerounaises viennent de réaliser en accédant aux huitièmes de finale, pour leur toute première participation à cette compétition très prestigieuse. Et toute l’Afrique en est fière. C’est donc une réjouissance continentale, d’autant plus que la Côte d’Ivoire, le Nigéria et les autres équipes africaines, retournent au bercail.

 

Ô Honte aux autorités ivoiriennes!

Mais «L’Eléphant» interdit aux autorités ivoiriennes de se réjouir de cette performance camerounaise parce qu’un résultat comme celui-ci, n’est pas le fruit d’un hasard. Mais plutôt d’une prise de conscience pour un travail méticuleux et méthodique pour permettre à ces athlètes de défendre valablement les couleurs de la mère patrie, afin ne pas se faire humilier. Pour éviter  la débâcle, les Camerounaises ont été les premières, parmi tous les pays qualifiés, à fouler le sol canadien à la mi-mai déjà, alors qu’elles livraient leur premier match le 8 juin face à l’Equateur, une novice aussi de ce tournoi. Ce qui signifie que les filles du coach Enow Ngachu ont eu le temps de s’adapter et de dompter leur nouvel environnement, dans lequel le décalage horaire et les aléas climatiques sont véritablement les premiers adversaires. Sans oublier la pelouse synthétique servie sur tous les stades. Elles ont également eu droit à des matchs amicaux avec une équipe féminine universitaire (3-1) et une équipe masculine des moins de16 ans (3-1), en plus de la rencontre amicale contre la Côte d’Ivoire (3-2) le 10 mai dernier, juste avant leur départ pour le Canada. Des oppositions soldées par des victoires qui ont permis aux Camerounaises de baigner dans un bon état d’esprit, tout en se bonifiant. Un travail payant, puisque les retombées de cette préparation ont émerveillé le monde entier!  Qu’en est-il de l’équipe ivoirienne éliminée dès le premier tour avec un lourd score à l’entame de la compétition avant de terminer au bas du classement de la poule B sans le moindre point après 3 matchs pour autant de défaite; celles-là mêmes qui n’ont pas encore reçu leurs primes de matchs de la CAN 2014 qui a eu lieu en Namibie, en octobre 2014…  Laissez «L’Eléphant» vous conter leur l’histoire…

 

Les Ivoiriennes éveillées sur le terrain, endormies en elles-mêmes

Tout comme le Cameroun, la Côte d’Ivoire était à sa toute première expérience mondiale. Les joueuses ont débarqué à l’aéroport de Montréal le 03 juin 2015 après 13 heures de vols sans compter les heures d’escale, avant de faire plus de 2 heures de route en car pour rallier Ottawa, leur base. Les Ivoiriennes sont arrivées à 4 jours de leur premier match face aux Allemandes, doubles championnes du monde et première équipe au classement FIFA. Une fois sur place, il fallait gérer le décalage horaire de 4 heures de plus par rapport à Abidjan, le climat très froid qui flirte entre 10 et 20 degrés, et la fatigue du voyage! Des réalités auxquelles il faut s’adapter avant de retrouver  son équilibre naturel. En tout cas, «L’Eléphant» qui n’est pas une joueuse de soccer (l’appellation du football ici) et arrivée au Canada le 1er juin, a mis une semaine pour se remettre de la fatigue et du sommeil incontrôlé. Pas la peine de s’interroger sur l’état des Eléphantes puisque deux d’entre elles ont failli manquer l’entrainement à la veille de la rencontre face aux Allemandes. Convoquées pour le rassemblement à 17H, heure d’Ottawa, on les a retrouvées profondément endormies dans leur chambre parce qu’en réalité, il était 21 heures à Abidjan, l’heure à laquelle leur organisme était encore connecté. Un sommeil normal, non! Et le lendemain, elles jouaient les Allemandes à 16 H ici, 20 H à Abidjan. Aie! Pas la peine de chercher les raisons des 10 buts à 0. Elles étaient certes éveillées sur le terrain, mais endormies à l’intérieur d’elles-mêmes; et la lourdeur s’est ressentie durant toute la rencontre. C’était pénible pour elles de tenir sur leurs jambes… Pour éviter ça, il fallait venir plus tôt comme le Cameroun… Surtout que la FIFA autorisait aux participantes d’arriver à 8 jours de leur premier match afin de s’acclimater. Bref!  Quand on dit aux autres délégations que les Ivoiriennes sont arrivées à 04 jours de leur premier match face à la meilleur équipe au monde, elles crient au scandale, parce qu’elles disent que ce n’est pas possible! Mais ce que ces pays ne savent pas, c’est que tout est possible en Côte d’Ivoire!  Comme aller à un Mondial, le tout premier de son histoire, sans préparation rigoureuse, avec un seul match amical en plus d’une arrivée tardive dans un pays comme le Canada qui, à lui seul, vaut un continent. Et oui! C’est aussi ça la réalité de ce qui s’est passé. Les filles n’ont pas eu la préparation qu’il fallait parce que l’ex-ministre des Sports, Alain Lobognon, aurait refusé de valider la communication (autour d’un milliard FCFA) à lui proposée depuis décembre 2014, par la Fédération ivoirienne de football (FIF) à cause de leur longue histoire «d’amour» que tout le monde connaît si bien. Et Sidy Diallo, le président de la FIF, s’est gêné de faire pour les filles ce qu’il a fait pour les garçons, démarche qui lui avait permis d’avoir les 3 milliards 500 millions  de la CAN 2015. Pour rappel, ce budget avait été validé à la suite de sa rencontre avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara quand le même ministre avait refusé de le faire. Mais ici, il s’agissait d’un Mondial et le tout premier de la Côte d’Ivoire dans l’histoire du football féminin. Sidy Diallo aurait dû procéder de la même manière puisqu’au finish, c’est le couple présidentiel qui a donné les moyens pour que la délégation arrive enfin au Canada.

Outre cet aspect, les Eléphantes ont cruellement manqué de soutien moral. Les personnes censées être auprès d’elles pour les encourager, ont rendu leur démission; Touré Mamadou, le Conseiller chargé de la Jeunesse et du Sport à la Présidence de la République de Côte d’Ivoire n’a pas jugé utile d’effectuer le déplacement. Il avait mieux à faire, notamment parcourir le pays pour saquer la CNC, et expliquer l’Appel de Daoukro! Le nouveau ministre de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, Albert Amichia, n’a également pas eu le temps de le faire. Sûrement préoccupé par son installation (fraîchement nommé le 13 mai dernier) à telle enseigne qu’il n’a même pas eu le temps de déléguer des personnes pour le représenter. Cela lui aurait permis de  marquer un grand coup dans ce ministère… Mais, passons! Pour ce qui est de l’absence du Comité national de soutien aux Eléphants (CNSE), on le sait, le président Kouassi Parfait et sa troupe n’ont jamais accompagné les filles  à l’extérieur, et pour une fois qu’ils ont voulu le faire, on leur a brandi le problème du budget. Le CNSE s’est aussitôt rangé dans sa coquille de supporter! Ce n’est pas bien grave tout ça! Le plus important, c’est la suite. Il  faut tirer les leçons de cette contre-performance comme l’a fait le Cameroun après avoir été humilié aux Jeux Olympiques de Londres, en 2012. C’est pour éviter à leur pays une telle autre humiliation que le Gouvernement s’y est pris tôt pour amener les filles à réaliser un tel exploit à ce Mondial. La Côte d’Ivoire peut donc s’en inspirer pour les compétitions à venir!

SABINE KOUAKOU

In L’ELEPHANT DECHAINE N°359

1 Comment

  • Fernand Dedeh:

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE