PDCI-RDA-Sections, élections Jpdci, Ufpdci: Guikahué (S.E) dévoile la nouvelle machine du PDCI et répond à Affi N’guessan

By: Africa Newsquick

Guikahué-secretexecutif-0002Vendredi 17 avril, sous le coup de 18h30 mn, Pr Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire Exécutif du Pdci-Rda, a boucler ses réunions depuis trois jours avec les délégués départementaux et communaux des 6 zones géographiques du Pdci. Il fait, ici, le point.        

 

M le secrétaire exécutif, vous venez de boucler une série de six réunions avec les responsables départementaux du Pdci-Rda. De quoi avez-vous parlé ?

Ces réunions ont été rendues nécessaires par les conclusions de la 48ème session du Secrétariat exécutif que nous avons tenu à Daoukro, session qui a été présidée par le président du parti lui-même. Nous avons un certains nombre de dossiers, les élections des jeunes et des femmes et la constitution du Grand conseil régional. Puisque nous sommes pris par le temps, nous avons préféré faire des séances de travail techniques, sans grand discours pour faire le pointage de tous les éléments des bureaux des sections, des électeurs et des membres du Grand conseil et également des candidats.

 

Concrètement, quels sont les objectifs que vous recherchez à travers ce genre de réunions par zone ?

Nous fonctionnons un peu comme un Gouvernement. Donc, chaque Secrétaire exécutif, est responsable d’un domaine précis. Mais, nous avons aussi un programme avec des deadline. Nous devons mettre en place, après les secrétaires de section, les bureaux des jeunes. D’abord les responsables locaux, ensuite les responsables nationaux. Le Secrétaire exécutif chargé des sections avait initié une procédure d’appeler les gens, de leur écrire et de leur demander d’envoyer les documents par le net ou de les envoyer eux-mêmes. Cela fait bientôt quatre mois que les choses ne bougeaient pas. Alors dans ce genre de situation, nous réunissons les secrétaires exécutifs concernés par ces dossiers, ce que nous appelons les comités technique. Donc, après la session de Daoukro, nous avons fait un comité technique qui a regroupé les secrétaires chargé des sections, des femmes, des jeunes, des affaires juridiques et des élections pour voir un peu quelles méthodes utilisées pour accélérer le dossier parce que je suis monté au créneau pour prendre en main, moi-même le dossier. Et c’est ainsi qu’on a décidé de les rencontrer, qu’ils viennent pour qu’on leur donne des directives. Au lieu de les faire venir de manière administrative, nous avons fait des séances de travail qui nécessitaient quand même un travail d’endurance pendant trois jours. Nous les avons découpés en petits groupes parce que dans un grand groupe, ce n’est pas efficace. C’était quand même difficile, mais nous avons décidé d’adopter cette méthode et moi-même j’ai décidé de présider les réunions et les choses se sont très bien passées. Quand nous commencions les réunions, nous étions à 25% de taux de réussite. Aujourd’hui, nous sommes à 85% des dossiers qui sont rentrés. Donc, maintenant on peut expliquer au président que nous sommes avancés et nous avons un secrétariat exécutif, le mardi 21 avril, spécialement réservé à ces dossiers et à partir de là, on fixera les dates définitives pour les élections locales et les assemblées générales nationales.

 

Akossi Bendjo (à gauche), S.E. à l'Organisation a suivi avec intérêt l'interview du Secrétaire Exécutif, Guikahué (à droite)

Akossi Bendjo (à gauche), S.E. à l’Organisation a suivi avec intérêt l’interview du Secrétaire Exécutif, Guikahué (à droite)

Ce quota est-il satisfaisant pour aller aux élections ?

Ah oui, c’est satisfaisant, parce que ce sont les secrétaires exécutifs chargés des femmes et des jeunes qui s’organisent pour faire les élections. Ces élections vont se passer sur une période. Ce n’est pas le même jour qu’on fait tout. Ce n’est pas comme quand il y a une mission, qu’on lance toutes les missions dans les 135 délégations. On leur a demandé de s’organiser par région. Donc, il y a des régions qui commencent en attendant que celles qui trainent puissent se mettre à jour. Donc, je pense qu’à partir de maintenant, on peut fixer la date des élections. Le dossier est vraiment exploitable.

 

Est-ce qu’au niveau des secrétaires de sections l’ont peut dire que le renouvellement est fait à 100% ?

Il n’y a plus de délégation qui n’a pas installé de sections. Cependant, il y a encore quelques sections résiduelles. Par exemple, nous avions 3100 sections au 12ème congrès. Nous sommes donc sortis du 12ème congrès avec 3100 sections. Les délégués ont fait de nouveaux découpages pour un accroissement des sections et ils nous ont proposé 3775 sections. Mais à la tache, certains délégués se sont rendus compte, entre guillemets, qu’ils avaient été très gourmands. Parce que vous créez la section, mais il faut créer les comités et il faut qu’il y ait les militants. Ils se sont rendu compte qu’il y avait des sections qu’ils avaient créées qui ne sont plus viables. Ils sont donc revenus à la réalité. Donc, on a installé 3325 sections, ce qui fait un taux d’accroissement de 10% par rapport à ce que nous avions au 12ème congrès. Donc, dans tous les cas, le nombre des secrétaires de sections à augmenté, mais pas comme ce que certains espéraient. Ils se sont heurtés à la réalité. Nous, au niveau central, nous sommes satisfaits parce qu’on n’a pas de chiffres en deçà de ce que nous avions en 2013. Nous avons un chiffre supérieur, donc, il y a progression. Cependant, le président a demandé que le travail se poursuive et les sections qui sont prêtes, qu’on les installes avec le temps. Donc, ce sont ces sections résiduelles qui font que nous sommes à un taux de 97%. Si vous faites la différence de 3700 et 3400, il reste 300 sections. Mais ce qui est viable, c’est aux alentour de 120 à 150 sections. Il y a au moins 150 sections qui ne vont jamais naître, parce que ce n’est pas viable. Les délégués ont pensé faire mieux, mais la réalité les a rattrapés. Donc, je peux dire aujourd’hui, sur le plan de l’encadrement, la direction est satisfaite. Le travail est fait. On a bouclé le travail de renouvellement de sections. Maintenant, de temps en temps, les sections qui se constituent vont être installées. Mais le gros lot, 97%, c’est fait.

 

M le secrétaire exécutif, quel est votre regard sur les nombreuses candidatures enregistrées au niveau de la Jpdci et de l’Ufpdci ?

Mais, c’est la vitalité du parti et la démocratie. Les responsables locaux essayent de faire le consensus mais si ça ne marche pas, on va aux élections.

 

Quel gente de dirigeants vous attendez au niveau de ces élections qui arrivent ?

Ce qui m’a plu, c’est qu’il y a des journaux qui ont accordé des interviews aux candidats. Ils sont dans le tempo. Ils parlent de 2020, ils parlent de redynamisation du parti, ils parlent d’un style managérial, ils veulent copier un peu sur ce qu’on fait au Secrétariat exécutif. J’ai beaucoup lu, beaucoup ont été impressionnés par la façon dont nous étions en train de travailler au secrétariat, ce qui les a poussés à poser leur candidature. Et ils disent qu’ils viennent pour aider le Secrétariat Exécutif à réussir sa mission.

 

Et du côté des femmes ?

C’est la même chose. Elles veulent dynamiser l’Ufpdci et si vous avez remarqué, la moyenne d’âge est très basse. C’est des jeunes dames très dynamiques qui sont candidates. Donc, il y a un rajeunissement des responsables politiques.

 

Quels conseils avez-vous à l’endroit des militants et des candidats ?

Souvent, les gens ont l’impression qu’on les fatigue. Toute réussite repose sur une bonne organisation. Quels que soient les moyens dont vous pouvez disposer, si vous n’êtes pas organisés, vous ne pouvez pas réussir. L’organisation, elle constitue à peu près 30% du succès. Je peux même dire plus. Vous êtes bien organisés, vous allez toujours réussir. Donc, au début, ils ont pensé qu’on les fatiguait. Quand on a commencé la réforme, peut être que des délégués n’y croyaient pas. D’abord même, leur dire qu’on allait partir sur le terrain pour faire les élections, certains pensaient qu’on voulait jeter l’éponge. Ça été lent, on a été opiniâtre et à la fin, ils ont compris. Même dans les sections ou il y a les candidatures uniques, on a organisé les élections. Ce qui nous a permis de nous rendre compte que le bulletin unique était mal maîtrisé. Pour les jeunes, à un moment donné, ils ont pensé qu’on allait laisser tomber et ils allaient faire le choix des jeunes. Mais si vous prenez un jeune que les autres n’aiment pas, vous n’avancez pas. Donc, il faut donner la latitude aux jeunes de choisir leurs responsables. Nous avons donc ouvert démocratiquement. Ça été lent mais, nous sommes prêts et nous pensons que quand tout l’édifice sera mis en place, les uns et les autres vont travailler.

 

M le Secrétaire exécutif, jeudi dernier, Affi N’guessan, président du Fpi au cours d’une émission télévisée disait que le Pdci-Rda se sabordait en ne présentant pas un candidat à l’élection présidentielle. Quel commentaire… ?

Mais on s’est déjà expliqué en long et en large sur ce sujet. Cela est derrière nous. Il n’y a pas de commentaire. J’ai fait la tournée avec vous-même dans toute la Côte d’Ivoire, j’ai expliqué la position du PDCI-RDA. S’il n’a rien compris qu’il lise vos journaux ou écoute à nouveau ce que j’ai déjà dit aux militants. Je n’ai pas à lui répondre, il n’est même pas de mon parti politique. C’est une bonne chose. Si le Pdci se saborde, le Fpi va grossir (rires…). Pour revenir au sujet qui nous réuni, il s’agissait de mettre en exergue la méthode de travail. Et que quand il y a des sujets importants, on fait des comités et on monte au créneau. Mon rôle, c’est de coordonner un peu toutes les activités, parce que nous avons une responsabilité commune. C’est comme au Gouvernement, il y a la solidarité gouvernementale. Quand un travail n’est pas fait, c’est tout le monde qui est responsable. Mardi 21 avril, il y a donc, un secrétariat spécial qui a deux points principaux à l’ordre du jour : les élections des femmes et des jeunes et la constitution des grands conseils régionaux.

Interview réalisée par

Guy Tressia et Diarrassouba Sory

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE