Pr Guikahué à la chefferie de Boundiali: «En 2020, nos amis du Rdr vont nous aider pour qu’on ait le pouvoir»

By: Africa Newsquick

Pr Guikahué à la chefferie de Boundiali: «En 2020, nos amis du Rdr vont nous aider pour qu’on ait le pouvoir»
En mission de restitution des données du terrain de la zone nord, selon la feuille de route définie par le président Henri Konan Bédié et remise aux différents délégués départementaux et communaux, le Secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué, a rendu une visite de courtoisie aux chefs traditionnels de Boundiali. Il a échangé avec ces gardiens de la tradition (chef du village et les chefs des 13 concessions de Boundiali) réunis, pour l’occasion, autour du chef canton.

La délégation Pdci en présence du Dr Lénissongui Coulibaly, directeur de cabinet du président Bédié, du secrétaire exécutif Silué Kagnon, a rendu les civilités au chef de village de Boundiali, Traoré Donignomon, en présence du chef de canton Koné Tenan. Le chef a dit toute sa joie de recevoir cette forte délégation du parti doyen. «Il vous dit de vous rassurer de leur fait confiance. Que les chefs sont là, ils sont à votre disposition et que toute chose que vous allez demander de faire, vous les trouverez devant vous, prêts pour le combat». Le chef qui avait à ses côtés les 13 « cours » ou concessions qui constituent le cœur de la chefferie à Boundiali, a souhaité que Pr Guikahué renouvelle ses remerciements au président Bédié, grâce à qui il a fait le pèlerinage à la Mecque pour la première fois. Chef de canton et représentant de la Chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire, Koné Tenan, s’est adressé à la délégation du Pdci-Rda : « Le chef ne parle pas beaucoup. Mais avec cette importante délégation que nous recevons, on est obligé de parler. Je salue le secrétaire exécutif pour ce qu’il a dit. Boundiali a compris. Tout le monde est fils du Pdci-Rda. Personne en Côte d’Ivoire, ne peut dire qu’il n’a pas milité au Pdci-Rda. Quand tu vas chez quelqu’un, s’il t’estime, tu le récents à travers la réponse à ta salutation. Je crois que la délégation qui est arrivée, sent que vraiment Boundiali pense à eux, Boundiali les tient bien. Je leur dis merci. Tout ce qu’ils nous ont donné, on leur dit merci. Je parle en tant que membre du directoire de la Chambre des rois et chefs traditionnels. Si je suis à Yamoussoukro, c’est pour la Côte d’Ivoire que je parle. Si je suis à Boundiali, c’est pour la région que je parle. Une forte délégation, comme celle-là, ne peut arriver sans que je ne lui donne la salutation de tous les chefs de la région de la Bagoué. Parce que j’estime aujourd’hui qu’on a transféré la Côte d’Ivoire à Boundiali. Tous les 4 points cardinaux sont représentés ici à Boundiali. Au nom de toute la grande famille de la chefferie traditionnelle, je voudrais vous dire encore, merci, « fotamana », « idensé » ». Le chef de village a remis à la délégation, des ignames, une pintade et surtout un poulet très symbolique et significatif :  » Kodjologoro », un type de poulet que l’on choisit en pays sénoufo pour faire les sacrifices aux génies. Ce type de poulet, a dit le porte-parole du chef, entraine la réussite de tout vœu.

L’adresse de Guikahué aux chefs coutumiers de Boundiali
«…Nous sommes heureux de la qualité de l’accueil qui nous est réservé, depuis hier (samedi à Siempurgo). Il y a une grande mobilisation. On vous dit merci et ça prouve qu’on ne s’est pas trompé en choisissant Boundiali. Nous avons appelé tous ces grands responsables, pourquoi ? Vous savez, avant, on était tous avec le président Houphouët et en 1990, il y a certains qui, estimant qu’ils sont devenus grands, ont décidé de partir de la maison familiale, la Pdci-Rda. Ils ont créé leurs partis politiques. Le Pdci était toujours au pouvoir et puis comme Houphouët est un homme, il est décédé. Et comme c’est partout comme ça dans le monde, quand un grand chef comme lui disparait, il y a toujours des mésententes après lui. Parmi nous qui étions avec lui, il y en a qui sont partis et puis celui qui était parti en 90 est venu prendre le pouvoir. Vu la façon dont il conduisait la Côte d’Ivoire, on a dit : attention, si on ne fait pas attention, nous tous, on va disparaitre. Donc, finissons notre palabre. C’est comme ça que Bédié et Ouattara ont fini leur palabre et ils ont créé le Rhdp qui réunit tous les enfants d’Houphouët Boigny. Et dedans, on a dit qu’on ira aux élections, mais les partis sont autonomes et individuels. Et chacun va avoir son candidat. Mais comme il y a un 2ème tour, on se met ensemble pour gagner. Ça n’a pas loupé. En 2010, après l’élection, on dit Gbagbo est 1er, Ouattara est 2ème, Bédié est 3ème. Bédié est un enfant d’Houphouët et la constance du Pdci et d’Houphouët Boigny, c’est que quand on dit quelque chose, on ne dit pas le contraire après. Nous sommes des gens à la parole unique. Donc, Bédié a dit à tout le monde : votez pour Ouattara. On a voté, il a gagné. Les autres n’ont pas voulu, il y a eu quelques problèmes. Mais Dieu a donné le pouvoir à celui qui a gagné. En 2010, Ouattara a été élu par le Rdr pour aller au 2ème tour. Il faut dire les choses comme elles sont. En 2010, c’est le Rdr qui a voté Ouattara, mais il n’est pas allé loin pour gagner. Donc, il était obligé d’avoir le Pdci pour passer et avoir le pouvoir. Si tu cours pour aller à Siempurgo et qu’à 1 km de là, tu ne peux plus avancer, est-ce que tu es arrivé à Siempurgo ? Et puis quelqu’un vient te pousser pour y arriver, est-ce que tu ne lui diras pas merci ? C’est ce qui s’est passé en 2010. En 2015, la Constitution permettait un 2ème mandat à Ouattara. Bédié a dit : on l’a aidé, il est président, il veut un second mandat. Si on va contre lui, alors que pendant la campagne, il y a des injures, il peut encore avoir la séparation et la division. Donc, militants Pdci, quelques soit vos ambitions, je vous demande de ne pas être candidat. 2015, donc pas de candidat Pdci. Mais comme il n’ y a pas un 3ème mandat prévue par la constitution, en 2020, c’est un militant du Pdci qu’on va prendre comme candidat. On s’est assis, on était tous d’accord. Et en 2020, nous allons faire en sorte qu’il en soit ainsi. Bédié dit que 2020, c’est dans 3 ans. En 2015, le président Ouattara fut élu président du Rhdp donc du Pdci, du Rdr, de l’Udpci, du Mfa, Upci. C’est notre président à tous. On a emprunté tous des routes, on a pris des risques pour aller parler à nos parents, pour dire que c’est notre candidat. Donc, moi Guikahué, Ouattara est mon président. Il n’est pas du Rdr seulement, il est au-dessus. Il est le président de tout le monde. Donc, vous qui êtes militants ici, n’ayez pas honte. Ouattara est votre président parce que c’est vous qui l’avez élu en 2015. J’ai bien expliqué pour 2010 et pour 2015. Donc, si quelqu’un veut manger seul, allez réclamer pour vous en disant que nous tous, on est concernés. Donc 2020 va arriver, mais pour le moment pour avoir élu Ouattara, on soutient tous Ouattara. Parce que si vous avez élu quelqu’un et que ça ne se passe pas bien, si tu veux battre ta propre campagne, on te dira : vous êtes les mêmes. Tu diras non, mais on te répondra l’autre est ton cousin. Donc, si le pays ne marche pas bien, comment nous Pdci, on peut prétendre venir dire qu’on veut encore. Donc, nous on soutient Ouattara. On a des ministres au Gouvernement, on a des députés à l’Assemblée, quand la loi vient on vote. C’est comme ça. Mais quand 2020 va arriver, on va se concerter et puis on va prendre quelqu’un au Pdci. Bédié va dire voilà la personne au Pdci qui peut être devant nous et on va aller voir le Rdr pour dire : hier je t’ai soutenu. Je vous donne une image : aujourd’hui le fils de ton camarade est venu, tu donnes un bélier pour la fête. Demain, ton tour arrive si ton camarade ne donne pas de bélier, si un de ses fils arrive est-ce que tu vas donner un bélier encore ? Donc au tour du Rdr, on a donné un bélier, quand pour nous va venir, il va donner le bélier sinon nous on ne donne plus bélier. Donc, en 2020, tout le monde, on va être ensemble. Mais si tu as ta plantation et que tu demandes aux gens de t’accompagner pour y travailler. Si tu es couché à la maison, qui ira là-bas ? Tu dois être devant et les autres te suivent. Donc si Bédié dit qu’en 2020, le candidat est Pdci, il faut que le Pdci se lève d’abord pour qu’on sache que le Pdci est vivant, fort et les autres vont suivre. Si on voit que le Pdci est faible, qui va suivre le candidat d’un parti qui est faible ? Voilà pourquoi on a dit à nos délégués de nous compter et c’est ce travail-là qu’on est venu faire. On n’est pas venu chercher palabres. On est venu leur annoncer la bonne nouvelle et pour ceux qui sont Pdci, qu’ils soient contents qu’en 2020, nos amis du Rdr vont nous aider pour qu’on ait le pouvoir. Et après encore, on va les soutenir…
Merci au chef pour ce qu’il a dit. Il a dit mais nous nous savions déjà. Parce qu’ici, il nous a donné un député qui est Coulibaly Doulaye. On lui dit merci. Cependant, le président Bédié, lui aussi, a sorti la main. Il a dit : comme tu m’as donné un député, je vais t’honorer. Donc, Doulaye est devenu vice-président de l’Assemblée nationale. Ce qu’il a dit, il l’a déjà pratiqué, donc moi je suis tranquille. C’est l’une des raisons pour laquelle, on a mis tout le Grand nord à Boundiali…».
Gilles Richard OMAEL et D. Sory, à Boundiali

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE