Ministère des Eaux et Forêts: « L’Eléphant déchaîné » révèle… les petits arrangements qui tuent les forêts ivoiriennes

By: Africa Newsquick

L’autorisation de main levée établie par le Directeur de la police forestière et de la répression

Ministère des Eaux et Forêts: « L’Eléphant déchaîné » révèle… les petits arrangements qui tuent les forêts ivoiriennes

Nommé le 11 janvier 2017 à la tête du ministère des Eaux et Forêts en remplacement de Louis-André Dacoury-Tabley, Issa Coulibaly, le nouveau patron des Eaux et Forêts n’a pas mis du temps pour afficher sa détermination à en découdre avec les fossoyeurs de la forêt ivoirienne et leurs complices tapis au sein de l’administration des Eaux et Forêts. Mais malgré cette détermination du ministre, le trafic frauduleux du bois de Vène et les pratiques mafieuses de l’administration forestière ont été en recrudescence sous son règne après le démantèlement de l’Unité spéciale d’intervention (USI).

Deux opérateurs du bois auteurs de la violation du décret

On se souvient que sous une pluie battante, Issa Coulibaly avait effectué le lundi 12 juin 2017, une visite de terrain sur l’autoroute du Nord et en zone industrielle de Yopougon pour constater en personne le trafic qui se fait sur les bois de petits diamètres interdits d’exportation à l’état brut. Au cours de cette visite, il a pu se rendre compte que les opérateurs qui bénéficient légalement d’agrément d’exploitation ne respectaient pas le cahier des charges qui leur imposait une première transformation du bois de petits diamètres avant toute exportation. Au terme de cette visite, Issa Coulibaly avait invité ses collaborateurs qui servent d’appui aux fraudeurs à se raviser, car des mesures coercitives et drastiques allaient être prises à leur encontre. L’ancien ministre des Eaux et Forêts avait aussi menacé de retirer les agréments à tous les opérateurs indélicats. Le ministre a-t-il affiché la même rigueur au niveau du respect du décret n°2013-508 du 25 juillet 2013 portant interdiction de l’exploitation, de la coupe, du transport, de la commercialisation et l’exportation du bois de Vène ?  Nul ne le sait. Cependant, « L’Eléphant » peut affirmer que sous son règne, la mafia qui sévissait impunément dans l’exploitation frauduleuse du bois de Vène avec la caution de certains responsables de l’administration forestière a refait surface. Le pachyderme en veut pour preuve les différents courriers adressés par les responsables des sociétés Ciel You et Sen-Xin Sarl au Directeur général des Eaux et Forêts, Yamani Soro pour des demandes d’autorisation.

« On veut couper en toute illégalité »

Demande d’autorisation spéciale de transformation de bois de Vène sur parc faite par la société Ciel You

Ainsi, par courrier en date du 25 avril 2017, la Société Sen-Xin Ressources Sarl a demandé une autorisation spéciale d’exportation de bois de vène. « Monsieur le Directeur des Eaux et Forêts, Par la présente, nous avons l’honneur de vous solliciter pour l’obtention d’une autorisation spéciale afin de pouvoir exporter le stock de bois de vène restant dans notre scierie située à Abobo-Baoulé. En effet, ces bois sont tombés sous le coup de l’interdiction d’exportation de bois de vène occupant une grande superficie dans notre scierie. Dans l’attente d’une suite favorable, nous vous prions d’agréer, Monsieur le directeur, l’expression de nos sincères et respectueuses salutations », écrit la Société Sen-Xin Ressources Sarl.

En réaction à cette demande, la direction générale des Eaux et Forêts a instruit le 27 avril 2017, la « Direction de la police forestière et de la répression pour faire une visite sur le site pour une évaluation estimative.» Le 19 mai 2017, c’est au tour de Bakayoko Abdoul Kader, Directeur général, Gérant et Actionnaire majoritaire de Sen-Xin Sarl d’adresser un nouveau courrier au Directeur Général des Eaux et Forêts avec cette fois pour objet : Demande d’autorisation de mainlevée en vue de l’achat du bois de Vène sur parc. « Monsieur le Directeur Général, Depuis la mise en application du décret portant interdiction de l’exploitation, du transport et l’exportation du bois de Vène, de grosses quantités de cette essence jonchent le sol de nombreux parcs. Ce stock impressionnant de bois représente un manque à gagner pour les différents opérateurs économiques et pour l’Etat de Côte d’Ivoire qui voit ses ressources ainsi gaspillées. Ainsi, ai-je décidé de collecter tous ces bois et les stocker en un seul lieu sécurisé en vue d’alimenter les usines qui souhaitent en faire la transformation. Pour exercer cette activité en toute quiétude et sous la surveillance des agents des Eaux et Forêts, je sollicite de votre part, Monsieur le Directeur Général, une autorisation de main-levées et d’achat des bois de Vène sur parcs identifiés et agrées par vos services. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de ma haute considération », signé,  Bakayoko Abdoul Kader.

Le 22 mai 2017, la direction générale des Eaux et Forêts, à son tour, instruit la « Direction de la police forestière et de la répression pour étude » de la demande. La société Ciel You, via son directeur de l’usine, Chui Chun Yu, sollicite également des autorisations. Le responsable de cette usine adresse le 19 mai 2017, un courrier au Directeur Général des Eaux et Forêts pour  lui demander une autorisation spéciale de transformation de bois de Vène sur parc. « Monsieur le Directeur Général, Depuis la mise en application du décret portant interdiction de l’exploitation, du transport de bois Vène, un stock impressionnant de bois de cette essence est éparpillé un peu partout dans l’usine en attente de transformation.  Aujourd’hui, ayant acquis de plateau technique moderne et adapté me permettant de rentabiliser ce stock par usinage de qualité, je sollicite de votre part, Monsieur le Directeur Général, une autorisation spéciale pour la transformation du bois de Vène dans mon usine sise à Yamoussoukro. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de ma haute considération », écrit Chui Chun Yu. D’une célérité remarquable, la direction générale des Eaux et Forêts instruit le même jour, la « Direction de la police forestière et de la répression et la direction régionale des Eaux et Forêts de Yamoussoukro pour vérification conjointe et estimation du volume. »  Tout cela au mépris du décret interdisant l’exploitation, la coupe, le transport, la commercialisation et l’exportation du bois de Vène.

Interrogé sur le respect des dispositions dudit décret, voici la réaction de la Direction générale des Eaux et Forêts parvenue à « L’Eléphant », via le service communication de ce ministère le 27/07. « Ce décret est toujours en vigueur et nous continuons de l’appliquer. Tous les opérateurs du bois ou les personnes qui, frauduleusement, continuent de s’adonner à l’exploitation de cette essence subissent toute la rigueur de la loi. Chaque fois que nos services déconcentrés que sont les Directions Régionales, Départementales, les cantonnements et les postes forestiers saisissent des chargements de cette essence, nous appliquons aux contrevenants les sanctions prévues par le code forestier. Ces sanctions vont des peines de prison à de fortes amendes », a juré le dégé des Eaux et Forêts. Interrogé au sujet des courriers adressés au Directeur général des Eaux et Forêts, Bakayoko Abdoul Kader a, quant à lui, déclaré sans aucune hésitation : «  Le Directeur général des Eaux et Forêts, je rentre chez lui, je m’assois avec lui, je mange avec lui. Tu comprends. Ils ont demandé la transformation du bois de Vène. C’est parce que nous on ne voulait pas. Partout ce sont les équarris qu’on exporte. Tout le monde demande l’autorisation pour transformer le bois de Vène. C’est eux-mêmes qui nous ont demandé de le transformer. A San Pedro, ils sont en train de scier 40 conteneurs de bois de Vène. Ils nous ont demandé de faire une demande et on a fait la demande. Mais pour les 40 conteneurs de San Pedro, ils ont accepté la transformation des bois Vène contenus dans ces conteneurs. Tchen (un Chinois) et Serge Soumahoro ont eu l’autorisation de transformation du bois de Vène. Mais pour nous a été rejeté. Actuellement, ils sont en train de transformer les 40 conteneurs de bois de Vène saisis au port de San Pedro. »  Le directeur de l’usine Ciel-Yu s’est, pour sa part, justifié en ces termes: « Ça, moi, je ne sais pas. Pourquoi tu n’es pas allé demander aux Eaux et Forêts ? Mais Déa connaît tout. Pourquoi tu n’es pas allé demander à Déa ? Moi, j’ai simplement fait la demande. Si ça marche, ils me donneront l’autorisation et si ça ne marche pas, je vais laisser tomber. » Voilà qui est clair !

Le précieux coup de main de l’administration forestière

Demande d’autorisation de main levée en vue de l’achat du bois de Vène sur parc faite par le responsable de Sen-Xin Sarl.

Au sein de l’administration des Eaux et forêts, Yamani Soro, le Directeur général des Eaux et Forêts ne semble pas le seul à fermer les yeux sur les dispositions du décret n°2013-508 du 25 juillet 2013. Son collaborateur Oka Yao Raphaël, le directeur de la police forestière et de la répression est également très tendre dans l’application de cette décision du président de la République. Le quadrupède en veut encore pour preuve l’attestation de vente sur saisie établie par celui-ci le 26 mai 2017. « Conformément aux articles 123 et 126 de la loi n°2014-427 du 14 juillet 2014 portant Code forestier, et après transaction pour l’acquisition des produits forestiers frauduleux interdits saisis par la Direction régionale des Eaux et Forêts de Yamoussoukro et la garde confiée au centre d’Unité de gestion forestière de la Sodefor (CUGF-SODEFOR) d’Anguédédou par l’ex-Unité spéciale d’Intervention (USI), par le procès-verbal n°36C/16, et après déduction des ristournes, le directeur de la police forestière et de la répression, autorise la vente de 63 billons de Ptérocarpus spp (bois de Vène) cubant 16,56 m3, pour une valeur totale de huit cent quatre-vingt-treize mille six cent francs CFA (893 666 FCFA) au profit de la société KAMAAD Scierie, code U143 CRD, installée à Abidjan-Koumassi zone industrielle, en vue de l’usinage de ces billons. En foi de quoi, la présente attestation est établie pour servir et valoir ce que de droit », signe Oka Yao Raphaël. Petit détail intéressant. Le gérant de la société KAMAD est l’un des administrateurs de la Sodefor. Pourquoi se priver de petits arrangements entre amis?

Par ailleurs, en dépit d’une note de service signée le 8 février 2017, par le Directeur général des Eaux et Forêts et rappelant « aux Directeurs régionaux, Directeurs départementaux, Chefs de Cantonnement et Chefs de poste forestier que seules les main-levées signées par le Directeur Général des Eaux et Forêts sont valables », ses collaborateurs Konaté Bassimori, le Directeur de l’exploitation et des industries forestières et Oka Yao Raphaël ont respectivement signé, en violation de cette note de service, le 20 avril et le 7 mars 2017, une autorisation de main-levée au profit de la Société Ciel-Yu et Koné Aboukary dit Badara.  Egalement interrogée sur ce sujet, la direction générale des Eaux et Forêts a indiqué : « L’autorité compétente à signer les mains-levées est le Directeur Général des Eaux et Forêts. » Avant d’expliquer que « Quand un camion frauduleux est saisi, le service qui est à l’origine de la saisie établit un PV de constat de l’infraction qui est acheminé à la Direction de la Police Forestière pour traitement et évaluation du dommage causé. A l’issue de cela, le service du contentieux fait une évaluation financière du dommage causé, en plus de l’amende à payer. Après le règlement de cette amende, le Directeur Général qui fait le constat effectif de la régularité de la procédure signe la main levée. »

Tout d’un coup, l’on comprend mieux la raison de la dissolution de l’Unité Spéciale d’intervention, dès l’arrivée au Ministère des Eaux et Forêts. Histoire de mieux fermer les yeux sur le pillage des forêts ivoiriennes.

NOËL KONAN, in L’Eléphant déchainé n°562

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE