Le député Séka Atsé Camille à Guikahué: «Le peuple Akyé est un peuple d’engagement…Nous avons pris un engagement ferme pour 2020»

By: Africa Newsquick

Le député Séka Atsé Camille à Guikahué: «Le peuple Akyé est un peuple d’engagement…Nous avons pris un engagement ferme pour 2020»

Sous le patronage du Professeur Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire Exécutif, député de Gagnoa sous-préfecture et Président du Groupe parlementaire du PDCI-RDA, le parrainage de Mme Amah Marie Téhoua et la présidence du Professeur Félix Boa Yapo, le nouveau député d’Adzopé sous-préfecture, l’honorable Séka Atsé Camille, a organisé une cérémonie de remerciement des populations de tous les bords politiques et religieuses de la circonscription d’Adzopé Sous-préfecture, Assikoi, Annépé qui ont bien voulu lui faire confiance et le porter au Parlement ivoirien. L’honorable Séka Atsé Camille s’est adressé à ces populations et à ses invités. Ci-dessous son discours intégral… ce samedi 17 juin, à la place publique de Moapé (Adzopé), au cours d’un meeting qui a refusé du monde et qui a eu la caution de la chefferie traditionnelle des 24 villages que compte la circonscription.

Je voudrais de prime abord dire merci au Ministre Maurice Kakou GUIKAHUE d’avoir accepté, malgré son programme très chargé, d’assurer le patronage de cette cérémonie et d’être physiquement présent ici à MOAPE ; parce que pour rien au monde, il n’a voulu se faire conter l’événement.

Vous savez, c’est ce qui caractérise aussi les grands hommes.

Monsieur le Ministre, vous ne pouvez pas vous imaginer la joie que cela nous procure, le comité d’organisation de cette apothéose et moi-même de vous savoir à nos côtés en ce jour exceptionnel. Comme le dirait l’autre, pari gagné !

Nous avons tenu à ce que cette cérémonie soit placée sous votre haut patronage parce que, premièrement, depuis longtemps nos populations voulaient vous voir et vous toucher et deuxièmement nous avons voulu vous rendre hommage.

Vous êtes, pour nous, un modèle de dirigeant toujours prêt à être à l’écoute de ses collaborateurs.

Nous avons relevé chez vous, votre acharnement au travail, votre clairvoyance et votre dynamisme dans la gestion quotidienne du PDCI-RDA et cela justifie l’entière confiance que le Président Henri Konan BEDIE  place en votre personne. Vous, à votre tour, vous avez bien voulu me faire confiance en me confiant en moins de six mois de très grandes responsabilités au sein du parti et je voudrais en présence de mes parents vous témoigner toute ma reconnaissance, tout en vous donnant l’assurance que je ne vous décevrai pas.

Aux côtés du Ministre, nous avons une autre personnalité et non des moindres : Madame la Ministre Marie Amah TEHOUA, ma marraine, ma formatrice ; cette belle, courageuse et sympathique dame à qui je dois beaucoup. Elle a complété ma formation de la Jeune Chambre Internationale et a renforcé mes acquis dans le domaine de la politique. C’est véritablement près d’elle que j’ai pratiqué la vraie politique. La politique qui développe. Parce que Madame la Ministre fait partie des grands dirigeants des entreprises de notre pays. Elle m’a appris à gérer les hommes et à contribuer à leur épanouissement. J’aurais aimé longuement parler de ces sublimes moments que j’ai eu à passer auprès d’elle dans les années 2000, mais souffrez que je le fasse en d’autres circonstances. J’ai également tenu à ce qu’elle soit l’un des officiels de cette manifestation rien pour lui dire que son filleul est en train de suivre doucement mais sûrement ses traces. Je voudrais avec votre permission, Monsieur le Ministre GUIKAHUE, et au nom de tous mes parents, dédier mon siège parlementaire à la Ministre TEHOUA. Merci Marraine !

Au Professeur BOA YAPO FELIX, président de la présente cérémonie, je voudrais saluer l’esprit de partage. Il s’est toujours distingué par son immense considération pour autrui. Le Professeur BOA est un brillant intellectuel doublé d’une personnalité pleine d’humanisme.

Lui également m’a beaucoup apporté dans ma vie. Dans un passé récent, nous avons, tous deux, soufflé le chaud et le froid. Mais à ses côtés, la vie m’a toujours parue rose. Il m’a de tout temps conseillé de ne jamais abdiquer tant que le bout du tunnel n’est pas atteint. En médecin averti, il était sûr de ce qu’il disait. Professeur, que Dieu vous garde longtemps parmi nous, parce que nous aurons toujours besoin de vous pour l’entretien notre corps et notre âme.

A mes collègues Députés. Honorables, je voudrais tout simplement vous témoigner mon infinie reconnaissance. Vous n’avez ménagé aucun effort pour être présents à cette cérémonie. Je ne cesse de dire à mes proches que les relations que nous entretenons à l’Assemblée Nationale sont des plus fraternelles. Dieu fasse qu’en 2020 au terme de cette législature, nous soyons tous félicités par nos mandants et que chacun tire le large profit d’une mission bien remplie.

Je voudrais également dire merci au corps préfectoral, aux forces de l’ordre et aux amis de la presse venus couvrir l’événement.

A tous ceux que je n’ai pu citer mais dont la présence ici apporte un éclat particulier à la fête, je voudrais vous dire infiniment merci. Vous avez cru en nous depuis le départ, et vous nous avez promis de répondre à chacune de nos invitations. Merci, merci, merci.

Depuis maintenant environ une décennie, je me suis engagé dans ce combat avec mon jeune frère, mon suppléant qui se trouve juste à côté de moi : ADOMPOH ACHI EDOUARDARISTIDE, Ingénieur de son état, Enseignant à l’Ecole Militaire Préparatoire Technique, EMPT de Bingerville. Brave garçon dont l’abnégation et la persévérance ne nous ont jamais fait défaut.

Au Colonel KOUAME YAPI CLEMENT, mon frère, mon compagnon, mon confident, je voudrais saisir cette occasion pour le rassurer et dire que tout le sacrifice qu’il a fait ne sera pas vain. Il s’est donné corps et âme pour que nous soyons là où nous sommes aujourd’hui ; rien que pour nous permettre de disposer des armes nécessaires pour aider nos parents.

A  ma tendre épouse Mme SEKA, merci beaucoup Maman. Ta présence à mes côtés ces dernières années m’a apporté une force supplémentaire. Ce n’était pas facile parce qu’à des moments j’oubliais que j’avais une famille. Elle a gardé maison, enfants, meubles pendant que pratiquement tous les week-ends et souvent même en semaine, j’arpentais les routes de nos villages. Elle m’a toujours soutenu dans la prière. Nous continuerons de fusionner nos forces pour faire bouger les lignes.

La fête d’aujourd’hui, comme le savez, est l’occasion pour moi de rendre un hommage spécial à mes parents après que les 17, 18, 19, 24 et 25 février derniers, j’aie parcouru tous les 24 villages de ma circonscription en compagnie de mon staff de campagne pour leur dire merci d’avoir porté leur choix sur ma modeste personne lors des législatives du dimanche 18 décembre 2016.

Ce qui existe entre ces braves populations et moi est plus fort que tout.

Le peuple Akyé est un peuple d’engagement, qui ne recule devant rien.  Nous avons pris un engagement ferme, celui de faire chemin ensemble. Et cela se fera dans la sincérité mais également dans la fidélité, comme des époux qui devant le maire se sont engagé dans un amour sincère jusqu’à ce que la mort les sépare.

Honorables invités, chers parents, je voudrais en cet instant de mon propos saluer avec déférence mes directeurs locaux de campagne et tous leurs coéquipiers qui les ont accompagnés dans cette aventure. Ils sont de tous bords : PDCI, FPI, RDR, PIT etc. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui n’ont jamais fait de politique mais qui ont décidé de mener le combat à nos côtés parce qu’ils se sont reconnus en nous. Nous avons ensemble traversé le désert. Mais ne dit-on pas qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ? Le philosophe PLUTARQUE l’a dit, la patience a beaucoup plus de pouvoir que la force et puis, ne dit-on pas qu’à chaque jour suffit sa peine ? Ce fut long, ce fut difficile. Mais au bout, nous avons triomphé grâce à toutes les intelligences mises ensemble. Longtemps, nous avons voulu ce poste de Député parce qu’en réalité, nous avions un objectif : être à un certain niveau de notre société où nous pouvons prêter main forte à nos parents.

Oui, individuellement nous n’avons pas les moyens de développer nos villages.

Je l’ai dit pendant notre campagne et pendant notre tournée de remerciements, il serait prétentieux de dire que SEKA ATSE CAMILLE seul  pourrait faire face à toutes les préoccupations des 24 villages. D’où notre volonté d’enrichir notre carnet d’adresses. Parce que presque tous les jours, je suis avec ceux-là même qui peuvent nous aider à  faire évoluer nos villages. Le Ministre GUIKAHUE, la Ministre TEHOUA, mes collègues Députés et ces hautes personnalités qui, à quelques niveaux qu’ils se trouvent sont de hauts cadres de notre pays avec qui nous pouvons compter. Vous savez tous que n’ayant pas encore été élus, nous avons toujours été là, tout près de vous ; dans les moments de joie comme dans les moments de tristesse. Je le dis et je le répète, nous allons honorer tous les engagements pris pendant la campagne et ce, pour chacun des 24 villages; à savoir aider nos parents paysans à accroître leurs productions, animer les vacances scolaires avec les championnats de football, récompenser les meilleurs élèves à l’occasion des journées d’excellence, contribuer à la construction des édifices, orienter et encadrer nos jeunes afin qu’à partir de leur savoir et savoir-faire ils puissent véritablement se prendre en charge. Nous allons également prendre attache avec des structures qui ont pour vocation le financement des micro-projets afin qu’elles puissent aider les femmes dans leur commerce et dans la production de vivriers et bien d’autres choses qu’on a déjà fait et qu’on continuera de faire ensemble.

Les chefs de villages, les gardiens de nos us et coutumes nous ont toujours fait bénéficier de leurs conseils avisés. Merci Nanans, vous pouvez continuer de compter sur nous pour faire avancer les choses dans nos villages.

Chers présidents de mutuelles, merci d’être venus. Pour paraphraser PAUL VALERY, lui aussi philosophe ; de tous les actes, le plus complet est celui de construire. Vous êtes à la tête des mutuelles et votre mission première, aux côtés de nos chefs, c’est de construire nos villages. Vous et moi sommes condamnés à accomplir cette tâche pour le bonheur de nos populations.

Chers présidents des jeunes et présidentes des femmes. Nous avons commencé, et nous allons terminer ensemble cette mission. Nous avons un pari à gagner. Tout le monde doit être occupé à faire quelque chose. Il est inconcevable que notre jeunesse soit à la traîne pendant que nous avons la forêt, première richesse de notre pays.

Chers jeunes, nos parents nous ont laissé un héritage énorme. Jadis, ils exploitaient à bon escient cette richesse naturelle au point de se substituer à des moments à l’Etat de Côte d’Ivoire parce qu’ils ont permis à nos frères et sœurs de parachever leurs études à l’extérieur. Ils ont construit nos villages, construit nos écoles, nos centres de santé, nos églises et même nos routes grâce à l’argent du café et du cacao.  Et nous devons, nous qui constituons la nouvelle génération, renouer avec ces anciennes habitudes en retroussant nos manches et nous mettre immédiatement au travail. Gardons espoir, notre rôle est de vous aider à réussir dans cette société en pleine mutation. Nous n’avons pas le droit d’échouer. Les femmes, ce sont elles qui nous soutiennent dans le foyer. Elles ont besoin d’être matériellement et financièrement fortes pour qu’en retour nous soyons forts. Nous allons nous engager, quoi que cela nous coûte, dans ce combat du développement avec et les jeunes et les femmes et les mutuelles. Oui !Nous le pouvons.

Nous serons toujours à l’écoute de vos préoccupations. Vous nous avez fait confiance et en retour, il faut que nous soyons à la hauteur de vos attentes.

Sachez que nous avons décidé de prendre rendez-vous avec l’histoire. Nous ne sommes pas animés d’un esprit de division, bien au contraire. A ANANGUIE dans le mois d’Avril dernier, lorsque les femmes de l’UFEMA m’ont fait l’honneur de me choisir comme parrain de leur investiture, j’ai insisté pour dire que  nous n’avons plus droit à l’erreur. Et notre erreur première a toujours été que certains de nos cadres utilisent les moyens peu catholiques pour nous diviser. Malheureusement, nous nous prêtons à ce jeu  et croyez-moi cela nous met largement en retard. Je n’ai pas été élu seulement pour aller à l’Assemblée pour voter les lois mais je suis désormais celui qui devra de manière significative contribuer au rayonnement de notre circonscription. Or, il ne peut pas avoir de développement sans union, sans entente. En tout cas, moi je veillerai à ce que tous les fils et filles de la circonscription d’ADZOPE Sous-Préfecture, ANNEPE et ASSIKOI, Communes et Sous-Préfectures et par ricochet, tous les fils et filles de la région de la ME s’entendent et travaillent en symbiose. Et donc, je serai en contact permanent avec les Chefs pour que cela soit ainsi. Nous allons faire de grandes choses ensemble, faites-nous confiance.

Mais je voudrais surtout vous inviter chers parents, avec moi, à nous souvenir de cette belle époque où la Côte d’Ivoire était enviée par tous les autres pays. Oui la Côte d’Ivoire était belle, prospère et un véritable havre de paix et ce, grâce à qui ? Eh bien grâce au père fondateur, le Président FELIX HOUPHOUET BOIGNY. Nous étions tous frères et sœurs dans la grande famille du PDCI-RDA. Mais il arrive souvent que dans une famille, les malentendus débouchent sur une séparation. On s’est séparé et c’est là que le FPI est né. Mais aujourd’hui le constat est tout à fait clair, le tableau est sombre et pour causes : la pauvreté est grandissante, les jeunes sans repère se livrent à la drogue, l’insécurité a atteint un seuil intolérable avec le phénomène des microbes et que sais-je encore ? Notre société, à cette allure, va se retrouver dans le gouffre. Nous devons dès cet instant nous lever et nous accrocher à ceux-là-mêmes qui ont de l’expérience dans le domaine de la bonne gouvernance, qui sont plein d’humanisme et qui ont le sens du partage. Ces grands hommes de ce pays qui ont cette particularité de rendre leurs prochains forts afin qu’à leur tour ils puisent donner la chance à notre pays d’aller de l’avant. Oui ! La politique peut permettre à notre société d’évoluer et ça, le Président HOUPHOUET  et le PDCI-RDA en ont fait la démonstration. C’est vrai, le FPI est un grand parti aimé par les ATTIE parce que le président LAURENT GBAGBO que nous aimons également est d’un charisme remarquable mais j’invite mes parents à se joindre à nous pour amener le PDCI à reprendre les choses en main. Vous verrez que nous allons tourner cette page triste de ces dernières années et pouvoir retrouver notre joie de vivre qui nous permettra de  développer notre chère Côte d’Ivoire. Je ne dors pratiquement pas parce que je rêve d’un pays de merveille où tout le monde est occupé à faire quelque chose. Et ces hautes personnalités qui sont à cette cérémonie, avec à leur tête, le Ministre GUIKAHUE peuvent nous permettre de réaliser ce rêve. J’aimerais, chers parents vous dire sincèrement merci pour le soutien que vous m’avez toujours apporté. C’est grâce à vos bénédictions qu’aujourd’hui je jouis de tous ces titres : Député, rapporteur adjoint, chargé de communication Adjoint du groupe parlementaire et maintenant, Délégué Départemental du PDCI-RDA.

 

 

C’est donc vous qui me portez haut, c’est vous qui m’envoyez en mission et sachez que j’exercerai avec efficacité toutes ces fonctions, pour que nous tous, puissions en être les bénéficiaires.

Merci au comité d’organisation, avec à sa tête le président AMBEU FELIX, qui a mis les bouchées doubles afin que, dans l’ordre et la discipline, cette manifestation se tienne.

Merci à toute la population de MOAPE qui a accueilli tout ce beau monde qui venu participer à cette fête.

Merci honorables invités.

Merci au corps préfectoral

Merci à tous d’avoir accepté de  partager ces quelques instants de bonheur avec nous.

Beaucoup d’autres rendez-vous nous attendent, je préfère m’arrêter là aujourd’hui bonne fête et mille fois merci.

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE