Côte d’Ivoire-Ministère de la Salubrité, de l’Environnement : Des concepts et…de la pollution?

By: Africa Newsquick

Côte d’Ivoire-Ministère de la Salubrité, de l’Environnement : Des concepts et…de la pollution?

Alors que l’opération « grand ménage » lancée en grandes pompes le 04/3 montre déjà des signes d’essoufflement, Anne désirée Ouloto, la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, débordante de concepts, remet le couvert en initiant une nouvelle activité. Une quinzaine nationale de l’environnement. Telle est l’appellation de ladite activité. Avec pour thème: « Construire la Côte d’Ivoire émergente avec la nature ». Belle inspiration !

Au programme de cette trouvaille, à  en croire les initiateurs de cette quinzaine nationale de l’environnement qui se déroula du 1er au 18 juin 2017, trois dates, à savoir le 5 juin, journée mondiale de l’Environnement ; le 8 juin, journée mondiale des océans et le 17 juin, la journée mondiale de lutte contre la désertification permettront « d’attirer l’attention de tout citoyen sur sa responsabilité à protéger son capital naturel et son cadre de vie contre toutes les formes de dégradations en vue d’établir entre la nature et l’homme, des relations durables » (« Fraternité Matin », 30/5).

A la lecture de ce programme très alléchant de sensibilisation à la protection de la nature, «L’Eléphant» n’a pu que s’interroger. Chaque année, l’on organise les mêmes journées dédiées à la protection de l’environnement et après, on retombe dans les mêmes pratiques nuisibles pour l’environnement. Pour s’en convaincre, il suffit simplement de faire un tour dans les différentes communes du district d’Abidjan. A Adjamé par exemple, l’opération « Abidjan ville propre » censée débarrasser cette commune des occupations anarchiques du domaine public semble avoir causé plus de problèmes que de biens. Les commerçants et les vendeurs ambulants ainsi que  les artisans de la « casse » ont fini par recoloniser les voies de la commune et leurs anciens sites. Au point où les véhicules et les piétons se disputent les voies exiguës restantes. Dans presque toutes les communes, les caniveaux jalonnant les voies, sont remplis de déchets solides, tels que les sachets plastiques, les bouteilles d’eau en plastique et les pneus usagés. Et pourtant l’Etat ivoirien jure avoir interdit la production, l’importation, la commercialisation, la détention et l’utilisation des sachets plastiques. Au niveau de la baie du Banco, dans un passé récent, l’une des vitrines de la capitale économique, des usines de production de béton se sont, avec la bénédiction des autorités étatiques, installées sur les rives de cette baie, défigurant ainsi ce beau paysage touristique.  A quelques mètres de ces pollueurs des temps modernes, il y a aussi des personnes en quête d’un mieux-être qui ont développé leur activité lucrative. Brûler en plein air les pneus usagés de voitures afin de récupérer les résidus de fer contenus dans ces pneus pour les commercialiser. Et dire qu’à ce même endroit, l’ex-Première dame, Henriette Konan Bédié est en train de construire un centre de santé exclusivement dédié aux personnes atteintes d’insuffisance rénale. Quel beau spectacle !

Qu’en est-il de la décharge d’Akouédo ? Depuis 2011, le gouvernement avait annoncé aux populations riveraines, quotidiennement sous le joug des odeurs des déchets des Abidjanais, de délocaliser cette décharge et réaliser de nouvelles décharges qui seraient des centres de valorisations des déchets ménagers. Cette promesse faite, la main sur le cœur aux résidents d’Akouédo, tarde à se concrétiser. Quant à notre environnement aquatique, c’est également la désolation à ce niveau.

Les côtes maritimes et lagunaires constituent aujourd’hui des dépotoirs d’ordures pour les riverains et leurs toilettes publiques. S’agissant des pollutions atmosphériques occasionnées par les gaz d’échappement des véhicules, cela n’émeut, pour l’instant, le gouvernement. Les véhicules dits « France au revoir » continuent d’envahir le port d’Abidjan et les villes de la Côte d’Ivoire. Là encore, aucune mesure d’anticipation n’est en conséquence prise par les autorités. Elles attendent  passivement qu’on se retrouve à un seuil de non-retour pour tenter de trouver des solutions face à cette menace de pollution atmosphérique. A quoi servira donc cette quinzaine nationale de l’environnement quand on sait qu’après cette sensibilisation, aucune mesure de suivi ne se fera?  « J’en appelle à l’esprit civique de ceux qui hésitent encore à emprunter le train de l’action citoyenne, à s’engager sans calcul dans ce noble combat qui vise à faire de notre Côte d’Ivoire un pays propre, beau et attrayant », avait vivement exhorté la ministre après le lancement de la première édition de l’opération « grand ménage ». Pour l’instant, la mayonnaise de « maman bulldozer » a du mal à prendre. Quand on sait que la date du démarrage des 8èmes  Jeux de la Francophonie à Abidjan est pour bientôt, on se demande bien si ce saupoudrage fera honneur à la Côte d’Ivoire.

NOËL KONAN, www.lelephant-dechaine.com

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE