Lutte contre l’HTA: «Vous ne pouvez pas devenir un pays émergent si vous ne maîtrisez pas les maladies cardiovasculaires» (Pr Guikahué)

By: Africa Newsquick

Lutte contre l’HTA: «Vous ne pouvez pas devenir un pays émergent si vous ne maîtrisez pas les maladies cardiovasculaires» (Pr Guikahué)

La Journée mondiale de lutte contre l’hypertension artérielle a eu lieu dimanche 14 mai. En Côte d’Ivoire, la Société ivoirienne de cardiologie (Sicard) a décidé d’aller vers les populations. 15 cardiologues dont les Professeurs Maurice Kakou Guikahué (Président du Groupe de travail de la cardiologie tropicale) et Euloge Kramoh (Président de la Sicard) ont effectué le déplacement du supermarché Carrefour pour faire des dépistages en situation réelle d’activité, donner des conseils et soins gratuits aux populations.

Pour Pr Euloge Kramoh, le nouveau président de la Sicard, «aujourd’hui 14 mai (Ndlr : dimanche) est la journée mondiale de lutte contre l’hypertension artérielle (HTA). Et comme, ces temps-ci en Côte d’Ivoire, on parle beaucoup d’accident vasculaire cérébral (AVC), on voit des cas d’insuffisance cardiaque. La Société ivoirienne de cardiologie (Sicard) vient de tenir son Congrès. Du 10 au 12 mai, nous étions à Grand-Bassam pour débattre justement des problèmes de cardiologie. Nous avons parlé d’insuffisance cardiaque, et une des causes de l’insuffisance cardiaque est l’hypertension artérielle. L’hypertension artérielle crée beaucoup de dégâts dans le monde, c’est la première tueuse au monde. On meurt plus d’hypertension artérielle que de tout autre maladie. Aujourd’hui, journée mondiale de lutte contre cette maladie, il était important pour nous Sicard, aidés par l’Institut de cardiologie d’Abidjan (ICA), du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, au travers de la lutte contre les maladies non transmissibles, nous avons décidé d’aller à la rencontre des populations de Côte d’Ivoire et de mesurer leur pression artérielle gratuitement», explique-t-il avant de donner le plan d’action et les objectifs pour cette année. «Nous avons commencé, ici, au Supermarché Carrefour, ce 14 mai, mais tout le mois de mai et nous allons déborder un peu sur le mois de juin jusqu’au 15 juin, nous allons sillonner toute la Côte d’Ivoire (les villes de l’intérieur et les villages). On ira dans les mosquées, les églises, dans les supermarchés pour prendre les tensions artérielles des Ivoiriens. Nous entendons dépister plus de 250.000 personnes pour déterminer la nouvelle prévalence de la maladie».

Selon lui, «toute la gravité de la maladie réside dans le fait qu’on ne sent pas de signe. On ne sent pas qu’on a de l’hypertension. Tant qu’on n’a pas mesuré, on ne saura pas. Quand vous allez faire un AVC, c’est alors qu’on va savoir qu’il y a longtemps que vous avez de l’hypertension. C’est pourquoi, on l’appelle le tueur silencieux. C’est asymptomatique le plus souvent. Cependant, il y a des signes qu’on néglige. Pour ceux qui ont plus de chance vont sentir des maux de tête, de la fatigue etc.»

Pr Maurice Kakou Guikahué ira plus loin pour dire: «Nous ne parlons pas d’hypertension seulement, mais des maladies cardiovasculaires. Il y a ce qu’on appelle les maladies non transmissibles qui sont liées au vieillissement de la population. Or nous tendons à vieillir. Notre espérance de vie augmente. Nous sommes aujourd’hui en transition épidémiologique. Nous passons des maladies transmissibles infectieuses aux maladies non transmissibles chroniques, dont l’hypertension artérielle. En 2000, en Afrique subsaharienne, sur 600 millions, il y avait 30 millions de personnes qui avaient plus de 70 ans. En l’an 2025, il y aura plus de 90 millions de personnes qui auront plus de 70 ans. Donc la population va vieillir. Le changement de mode de vie entraine toutes ces choses dont l’hypertension artérielle. La malnutrition, c’est-à-dire, manger trop gras, trop salé, trop sucré, le manque d’exercice physique…nous avons changé de mode de vie avec l’industrialisation, le stress. Notre vie actuelle est une vie de stress…l’OMS le dit, en 2030, le nombre des malades cardiovasculaires va basculer des pays occidentaux aux pays en développement. Nous héritons de tous les nouveaux modes de vie, mais nous ne prenons pas de disposition…Vous ne pouvez pas devenir un pays émergent si vous ne maîtrisez pas les maladies cardiovasculaires. Plus vous vous développez, plus les maladies du cœur arrivent. Si on veut se développer sans prévenir les maladies du cœur, on risque d’avoir des catastrophes sanitaires. Donc nous avons décidé qu’en allant vers l’émergence, nous allons aussi développer la cardiologie pour faire la prévention et avoir des personnes qui vieillissent sans être malades du cœur.»

Gilles Richard OMAEL avec Sercom Sicard

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE