Côte d’Ivoire-FDFP: « L’Eléphant déchaîné » révèle les étranges «Bons de Commandes» du Secrétaire Général-Ses «Collabos» extérieurs sont à la fête!

By: Africa Newsquick

Côte d’Ivoire-FDFP: « L’Eléphant déchaîné » révèle les étranges «Bons de Commandes» du Secrétaire GénéralSes «Collabos» extérieurs sont à la fête!

Un audit devrait pouvoir éclairer la lanterne des décideurs sur ce qui se passe dans les locaux du Fonds de Développement de la Formation Professionnelle. « L’Eléphant » s’y est rendu à deux reprises, et a constaté une vraie démotivation des travailleurs qui ont en gros sur le cœur mais qui tremblent à l’idée de s’étaler sur les misères qu’ils vivent.

La maison et ses ressources seraient mal gérées et les largesses du Secrétaire général, Kassoum Konaté, se feraient dans une opacité absolue.

Le FDFP est une structure qui a essentiellement pour mission de mener des « actions de formation continue destinées aux salariés des entreprises, des études ayant trait à la planification générale de la formation professionnelle continue, de formation professionnelle initiale, des études ayant trait à la planification de la formation professionnelle et technique. » Suivant ce qui est écrit sur son site internet. Elle jouit de l’autonomie financière et, a la « responsabilité de gérer conjointement la Taxe d’Apprentissage et la Taxe Additionnelle à la Formation Professionnelle continue ». Et, cela fait apparemment beaucoup d’argent. Dont la gestion crée en ce moment un étonnement au sein de la structure.

 

 

Des lignes budgétaires bien ciblées et les « Moyens Généraux » soigneusement évités.

 

Sur le site Internet du FDFP, il est marqué « Procédure de fonctionnement du système de financement du FDFP » mais aucun lien ne permet de lire les éléments de cette « procédure ». Dommage!

Dans les faits, le FDFP appuie des structures de formation diverses via des commandes passées auprès de prestataires de services.

Les interventions du FDFP auprès de ces structures se fait sous des lignes budgétaires nommées « sensibilisation et conseils; appui aux partenaires et institutions; subventions et dons divers ». Entre la moitié de l’année 2014 et fin décembre 2015, selon les documents que « L’Eléphant » a pu consulter, c’est près de 1,5 milliard que le FDFP a décaissé pour des appuis divers. Sauf que la procédure qui a permis de passer des commandes à hauteur de ces fonds jure avec les procédures internes de la structure. En effet, « L’Eléphant » a mis la patte sur des commandes étranges lourdes de plusieurs centaines de millions, passées directement par le Secrétaire général, sans que les « Moyens Généraux » n’en soient informées. Les bons de commande concernées provenant directement du Secrétaire général, font escale à la direction financière et atterrissent entre les petites mains des responsables des structures qui sont priées de livrer des matériaux divers au FDFP pour le compte de présumés destinataires finaux. L’Etape « Moyens Généraux » est soigneusement évitée. Selon les informations de « L’Eléphant », l’évitement des « moyens généraux » permet de passer des commandes fictives qui ne sont pas livrées mais dont les factures sont rapidement payées avec des rétrocommissions pouvant monter jusqu’à 90% des factures payées. Car, suivant la procédure interne, tout bon de commande doit être émis par les « Moyens Généraux » à travers une procédure soit de gré à gré, soit par appel d’offre restreint ou ouvert. Eh bien, on ne sait trop pourquoi, le Secrétaire Général, Kassoum Konaté, a émis lui-même des dizaines de bons de commande pour près de 1,5 milliard de FCFA. Qui a servi à faire des dons et des appuis divers.

 

Des dons, en voulez-vous ? En voilà !

Suivant un devis qui aurait été déposé par la société « Random » à la date du 14 juillet 2015, le Secrétaire général du FDFP a directement émis un bon de commande d’une valeur de 29 millions de FCF pour « l’achat de diverses fournitures de bureau pour collaborateurs extérieurs ». A la même structure et dans la même période, le secrétaire général a passé commande pour 34 millions de FCFA en « appui à l’ONG Soutra pour l’alphabétisation de 300 femmes déscolarisées ». A la même structure et dans la même période, le secrétaire général a directement passé commande pour 31 millions en « appui en équipement pour le centre de formation de Bongouanou ». Ce n’est pas fini. A la même structure et dans la même période, le secrétaire général a passé commande pour 33 millions de FCFA en « appui au centre de formation professionnelle de Daloa ». Il suffirait que le ministère de tutelle jette un coup d’œil dans les structures concernées pour se rendre compte du bien que les « appuis » du FDFP leur ont fait. Au total, entre le 15 juillet et le 15 septembre 2015, le secrétaire général a versé, à travers quatre chèques, la somme de 130 millions de FCFA à la société « Random ». Les « Moyens Généraux » n’ayant pas été associés à ces transactions, personne n’a pu vérifier si les services payés ont été rendus. Mais poursuivons notre tour des « commandes directes » du Secrétaire général du FDFP.

Le 17 juin 2015, la société « Privilège Communications » aurait déposé la facture N°153141056/000002. Sur la base de cette « Proforma », le Secrétaire général a directement passé commande pour une valeur de 35 millions 613 mille cinq cent FCFA, de « Produits alimentaires pour collaborateurs extérieurs » (Voir Fac Similé) Des produits alimentaires à hauteur de plus de 35 millions pour des « collaborateurs extérieurs »  du Secrétaire Général ? Etrange! Une semaine plus tard, soit le 23 juin 2015, par chèque numéro 1691620, le Secrétaire Général a payé la facture. Les « Moyens Généraux » n’ayant pas été associés, il est impossible de vérifier si les « Collaborateurs extérieurs » en question ont mangé à leur faim. Mais ces « collaborateurs extérieurs bénéficient d’un traitement plutôt spécial auprès du FDFP. Car, via la société « Général Business », ils auraient bénéficié de « matériels divers » le 12 juin 2015 pour un montant de 29,742 millions de FCFA. Via la société dite « Etablissement D.M », ils ont encore bénéficié, ces « Collaborateurs extérieurs » du Secrétaire Général, de « gadgets et d’accessoires divers », pour un montant de 78 millions de FCFA, dans la même période de juin 2015.

Ce n’est pas fini. Via les sociétés « Anaservice », « DBZ Service », « Alpha 2000 », « Anfase Services », les mêmes « Collaborateurs extérieurs » du Secrétaire général du FDFP ont bénéficié de  « matériels divers de bureau, de consommables informatiques, d’objets promotionnels » d’une valeur de 135 millions de FCFA. Il n’existe malheureusement ni dans les archives de la RTI, ni sur le site internet du FDFP, d’images sur la remise de ces « matériels divers » et autres « produits alimentaires », à ces présumés « Collaborateurs extérieurs » du Secrétaire Général du FDFP.

Ce n’est pas fini. Dans la même période, à plusieurs structures dites de « coiffure et de couture » que « L’Eléphant » n’a pu localiser à Abidjan et via les mêmes structures suscitées, le FDFP aurait remis du matériel d’une valeur de plus de 100 millions de FCFA. A l’insu des « Moyens Généraux » qui n’ont pas vu passer les bons de commandes liées aux factures émises par les prestataires de service en question, toutes soumises étrangement à l’impôt synthétique.

Au total, sans respecter la procédure en vigueur à l’interne, le Secrétaire Général a passé directement des commandes diverses pour près de 1,5 milliard de FCFA.

Tout d’un coup, on comprend l’atmosphère lourde qui règne dans la boite avec des travailleurs qui s’interrogent sur leur avenir devant les difficultés qu’ils éprouvent au sein de l’entreprise.

Daniel Sovy

Collaboration: Francis Taki.

elephantdechaine@gmail.com

 

 

Encadré

 

Un Cabinet d’Avocats répond à « L’Eléphant »

 

Histoire de comprendre le sens de toutes ces largesses hors procédure, « L’Eléphant » a, le 23 décembre 2016, adressé un courrier au Secrétaire Général du FDFP et dont la substance suit: « (…) En effet, selon les informations en notre possession, vous auriez, sur la base de bons de commande non enregistrés, versé plusieurs centaines de millions à des prestataires pour des services non fournis. Les faits se seraient passés au cours de l’exercice 2014-2015. Ces informations sont-elles fondées ou ne sont-elles que de simples rumeurs? »

Le 2 janvier 2017, le Cabinet d’Avocats « Amadou Fadika et Associés », agissant pour le compte du FDFP, a répondu à « L’Eléphant », via un courrier électronique au contenu limpide: « (…) En réponse au terme de ce courrier, vous voudrez bien noter que, agissant en cela pour le compte de celui-ci, toutes les opérations financières de l’exercice 2014-2015 sont consignées dans les comptes de résultats déposés auprès des organismes compétents. Tous les actes de gestion  peuvent y être consultés… » (Voir Fac Similé).

Le Cabinet d’Avocats n’a malheureusement pas mis à la disposition de « L’Eléphant », la listes des « organismes compétents » en question afin qu’il puisse consulter les « actes de gestion » dont il s’agit.

Mais pour réconcilier tout le monde sur cette affaire, il n’y aurait rien de mieux qu’un innocent audit pour vérifier si les procédures internes ont été respectées dans le cadre des commandes passées par le Secrétaire Général au cours de la période 2014 à fin 2015 . Et si les divers objets présumés achetés dont des produits alimentaires à hauteur de près de 1,5 milliard de FCFA sont parvenus aux destinataires figurant sur les fameux « Bons de commande ». Message transmis au ministère de tutelle technique du FDFP (l’enseignement technique et professionnel) et le ministère de tutelle financière (le ministère de l’Economie et des Finances). Comme cela est mentionné sur le site du FDFP.

Mais à toutes fins utiles, si le Cabinet d’Avocats a des images des cérémonies de remises des matériels achetés, « L’Eléphant » est preneur. Car les heureux bénéficiaires ont dû lire des discours-on l’imagine-mémorables devant tant de générosité de la part du Secrétaire Général du FDFP.

D.S.

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE