Corps préfectoral ivoirien: Des préfets de région moins gradés que des préfets de département!

By: Africa Newsquick

Corps préfectoral ivoirien: Des préfets de région moins gradés que des préfets de département!

Au cours du derniers Conseil des ministres du 29 décembre 2016, le gouvernement ivoirien a décidé de faire sa traditionnelle rotation au niveau du corps préfectoral. Certains sont gagnés par l’âge de la retraite, d’autres connaissent une promotion quand les plus jeunes goûtent aux délices de ce corps de métier. Mais ce mouvement ne fait pas que des heureux dans le milieu, là où sur des bases objectives, la nomination se fait sans bruit, dans ce corps astreint aux grèves et où on n’entend presque jamais les revendications.

Dans l’administration, il y a des lois et décrets d’application qui fondent son existence. C’est le cas du corps préfectoral qui a ses exigences à lui. Ainsi, le Décret N° 2003-412 du 30 octobre 2003, fixant les modalités de la loi 2002-43 du janvier 2002  portant statut du corps préfectoral, en son chapitre III, à travers l’article 13, ouvre une lucarne sur les conditions de nomination en son sein. «En conformité  avec les dispositions des articles 10, 11, 12, 13 de la  loi portant  sur le statut du corps préfectoral, la concordance entre le grade et la fonction s’établit comme suit: – Les préfets de régions  sont nommés parmi les membres du corps préfectoral classé hors grade. -Les préfets de départements sont nommés parmi les membres du corps préfectoral classé au grade I -Les Secrétaires généraux de préfectures sont nommés parmi les membres du corps préfectoral ayant accédé au grade II… » Plutôt que de s’en tenir aux textes de lois existants, certaines acrobaties et gesticulations dignes de la danse «Tématé» de l’Ouest montagneux ont été faites pour fixer des administrateurs dans certaines zones. «L’Eléphant», ayant un goût prononcé pour les choses pas tout à fait catholiques, a  passé la liste des préfets nommés en revue.  Le constat est  clair. Le Préfet de la région du Worodougou, Préfet de Région, Préfet du Département Effoli Benjamin, Matricule 242 733 A, Grade I -2ème échelon, n’est pas hors grade. Le Préfet du Département de Taabo, Ouattara Matenin, Matricule 296 437 R, Grade II 1er échelon, est larguée Préfet de département, là où c’est un préfet de Grade I qui devrait y être. Dans la région du Bounkani et précisément dans le département de Nassian, OkomaAdjo Jeannette, Matricule 266 397 A, Grade II, 2ème échelon, est  parachutée préfet de département au mépris du décret. Situation similaire pour la nouvelle promue dans le département d’Adiaké, Trazié née GeraldoMoutiatou Lucie, Matricule 202 593 Y, Grade II 1er échelon, qui s’installe dans le fauteuil du Préfet de département avec son grade II. Un autre cas qui saute à l’œil est celui du Préfet de département de Sikensi, Diaby née Dao Aminata, Matricule 325 732 U, Grade III, 3ème échelon, qui est bombardée Préfet de département et qui aura sous ses ailes des secrétaires de préfectures  peut-être plus gradés qu’elle. On se demande bien sur quel critère la commission a-t-elle travaillé en dehors du Décret N°2003-412 du 30 octobre 2003, fixant les modalités de la loi 2002- 43 du janvier 2002 portant statut du corps préfectoral?

 

Le cas des intérims

En l’absence du préfet dans ces zones, ces administrateurs ont assuré l’intérim dans  leur circonscription administrative avec l’onction  et la bénédiction de la  tutelle comme c’est le cas en pareille situation. C’est ainsi que les préfectures des villes de Sinématiali, Séguéla, Minignan, M’Bahiakro, Boundiali, Tingrela (après le décès subite du préfet Dindé Konin), Jacqueville, ont été dirigées durant des années pour certaines par les secrétaires généraux de préfectures dans la droite ligne de l’intérim. Ceux de M’Bahiakro et de Jacqueville par exemple ont passé 03 ans à assurer l’intérim du Préfet. Mais lors du vaste mouvement du 29 décembre 2016, ces intérimaires qui croyaient qu’ils seraient visités par le père Noël qui les gratifierait d’une confirmation ont été désabusés. Ils ne sont pas confirmés. Ils sont purement et simplement remplacés. Pis, ils sont maintenus à leurs anciens postes de secrétaires généraux de préfectures dans les mêmes villes. Quand la bienséance aurait voulu, comme il est d’usage, qu’on les déplace parce que ayant occupés effectivement dans les faits les fonctions de Préfet. Pour  parfaire les choses, certains Préfets ont été cadeauté en cette fin d’année; certainement pour services rendus. Alors qu’ils doivent être à la retraite depuis 01 ans pour certains et deux pour d’autres parce que atteints par la limite d’âge, les préfets de régions de Bouaké et de Korhogo sont encore en fonction dans le Gbêkê et le Poro. En voilà des situations qui n’en finissent pas de créer des frustrations dans notre administration qui souffre déjà de sa caducité et de sa lourdeur.

F FAKY, in L’Eléphant déchainé n°508

Agenda

février 2018
D L M M J V S
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 15 257 autres abonnés

Retour vers Haut