Abidjan: Désordre à Abobo, à qui profite ce beau décor? (L’Humeur de Francis Taky, in L’Eléphant déchaîné)

By: Africa Newsquick
Adama Toungara, le ministre-maire d'Abobo

Adama Toungara, le ministre-maire d’Abobo

Abidjan: Désordre à Abobo, à qui profite ce beau décor? (L’Humeur de  Francis Taky, in L’Eléphant déchaîné)

Le nom de la commune de l’inénarrable maire, député, ministre, AdamaToungara, a dépassé les frontières de la Côte d’Ivoire. Si la crise postélectorale a connu ses lettres de détresse écrites dans le sang par le commencement qui est le commando invisible en passant par la longue liste de crimes, Abobo demeure depuis plus de trois décennies, l’un des quartiers les plus criminogènes de la ville d’Abidjan. Nous tenons pour exemple les microbes; cette race d’enfants ou adolescents – coquettement appelés ʺenfants en conflit avec la loiʺ – qui usent de la violence pour avoir leur pitance grâce à la drogue et aux différents réseaux mafieux existants dans cette cité considérée par certains comme une citadelle imprenable par les forces de sécurité.

Abobo commune de plein exercice depuis 1985. C’est aussi l’une des communes les plus peuplées du district d’Abidjan (environ 1 500 000 habitants) sur une superficie de 10 000 ha (100 km2); soit une densité de 167 habitants à l’hectare. Elle abrite notamment une gare ferroviaire, la gare du Banco, sur la ligne de chemin de fer Abidjan-Niger reliant la Côte d’Ivoire au Burkina Faso, ainsi qu’une gare routière internationale désespérément vide, en dépit du forcing de la mairie d’obliger les véhicules à y stationner. Abobo, c’est le décor de désordre et de ruine qu’on y aperçoit. La peur de se faire agresser par les microbes fait de sorte que beaucoup de personnes ne s’y aventurent désormais plus. Tous ceux qui découvrent Abobo pour la première fois tombent des nues. Ce petit récit de AssaléTiémoko piqué sur sa page Facebook permet de se faire une idée assez précise de cette commune aussi pittoresque qu’animée. Ecoutons-le: «…ʺC’est à cause de Gbagbo qu’Abobo n’avançait pas. Gbagbo n’aimait pas Abobo. Maintenant qu’il n’est plus là, Abobo va connaître l’émergence… ʺ Extrait du premier discours du maire d’Abobo, le ministre du Pétrole et de l’énergie et accessoirement député, l’immense AdamaToungara, après l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir en 2011. Depuis 2011, je n’avais pas mis les pieds à Abobo. Je viens d’en sortir (samedi 19 Novembre 2016), il y a juste dix minutes. Bon sang. Je n’ai jamais vu autant de désordre et de misère prospérer en un seul endroit. Et dire que Gbagbo n’est plus à Abobo pour empêcher AdamaToungara de réaliser pour les populations d’Abobo les extraordinaires projets qu’il a pour eux depuis 2001. C’est quand même terrible.» Ça devrait être un peu gênant pour AdamaToungara qui, depuis 2001, prospère à la tête du Conseil municipal et risque d’y demeurer jusqu’en 2021. Abobo, c’est aussi des zones interdites à partir d’une certaine heure, malgré la disparition du tristement célèbre «chef de gang» Pythagore, tué à coups de machette, le 29 Mars 2016, au quartier plaque 2 de la commune. Il ne faut pas s’aventurier à «Derrière rails», dans les couloirs de Marley… Abobo compte à lui seul, 19 quartiers précaires dont Colatier, Sagbé 1 et 2, l’Ile verte, Kenedy, Agnissankoi, Bocabo, Abobo-Nany… La particularité de ces bidonvilles, c’est qu’ils sont aussi risqués les uns que les autres et dirigés de main de fer par les «microbes» et gangs à la «Machette». Et comme dans les favelas, ces bandes organisées obéissent à une structure mafieuse manipulée par des mains occultes.

Abobo, c’est tout de même un marché à ciel ouvert où toutes les rues fréquentées sont devenues des endroits pour de petits commerces. La devanture de la mairie n’échappe pas à cette confusion. La canalisation est inexistante. Les regards débouchent directement dans les caniveaux… Tutti quanti. Il faille donc être courageux pour dire qu’Abobo doit être en chantier avec toutes les conséquences qui en découleront. A Abobo, rien n’est plus beau! Et pourtant, Toungara y demeurera encore longtemps…

In L’Eléphant déchaîné n°497

Agenda

février 2018
D L M M J V S
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 15 257 autres abonnés

Retour vers Haut