Faits divers-A la barre : «Tu es victime de ta libido! Un mois de prison… assorti d’amende…»

By: Africa Newsquick

justice2Faits divers-A la barre : «Tu es victime de ta libido! Un mois de prison… assorti d’amende…»

Voilà Bleu Patrick. Assis dans le box des accusés, le prévenu, âgé de 31 ans, est prié de venir à la barre. « On vous poursuit pour les faits de dégât volontaire à la propriété mobilière d’autrui, vous avez détruit les téléphones portables de deux jeunes filles parce que vous soupçonnez l’une d’entre elles d’avoir volé votre argent dans un maquis à Yopougon, ici. Lorsque le procureur vous a interrogé, vous avez dit : «  Je reconnais les faits qui me sont reprochés. Je vais réparer le téléphone», rappelle le juge. Avant de débuter son interrogatoire.

-Qu’est-ce que vous avez à dire aujourd’hui? Demande-t-il.

-Monsieur le juge, débute craintivement le prévenu.

-Parlez fort hein, exhorte le magistrat.

-Monsieur le juge, c’était le vendredi 9 septembre, on était au boulot et j’ai dit à mon collègue: «Comme ma camarade a voyagé, ça fait six mois. Donc…»

-Monsieur, est-ce que vous étiez assis dans le maquis ? Interrompt brusquement le juge impatient.

-J’étais dans un maquis chef! Confirme Patrick.

-C’est où?

-C’est ça, je suis en train d’expliquer là, rétorque-t-il.

-Monsieur, c’est où? Riposte le président, agacé.

-C’est où les filles se prostituent-là! Indique le prévenu.

-Tu es allé faire quoi là-bas? Tu as une camarade titulaire là-bas ? Tente de savoir le magistrat curieux.

-Non chef, je suis allé pour une passe ! (Rires dans la salle d’audience) «C’était ma première fois de partir là-bas. C’est un collègue de travail qui m’a montré», jure le prévenu embarrassé.

-C’est ton collègue qui t’a montré le coin?

-Voilà ! Approuve-t-il. «Je suis arrivé et avant de faire la passe, il y a un petit maquis là-bas où il y a plein de filles. Je me suis assis et j’ai commandé deux bouteilles de bière…», explique le prévenu.

-Patrick, vous n’êtes pas sérieux, reproche le magistrat. « Vous étiez avec deux filles non?», questionne-t-il.

  • Non, conteste le mis en cause.

-Vous étiez assis avec deux filles et il y a deux autres filles qui sont venues s’asseoir dans le maquis à côté de vous. Mais ce n’était pas le même groupe. Après un certain moment, tu t’es plaint d’avoir perdu ton argent. Et tu t’en es pris à l’une des deux filles qui sont arrivées et tu l’accuses d’avoir volé ton argent pourtant elles ne sont pas assises proche de vous. Et c’est comme ça tu as détruit les portables de ces filles. Mais vous ne nous dites pas que vous êtes passé dans l’endroit que votre collègue vous a montré avant de venir dans le maquis, explique le juge.

-Non, c’est dans le maquis que ça s’est passé, rectifie Patrick. «Ces filles en question sont là-bas.»

-Ha, tu t’es assis pour faire ton choix!

-Voilà ! J’étais assis pour boire d’abord deux bouteilles de bière avant de partir faire la passe. Ces filles étaient assises à côté de moi. Une d’entre elles m’a demandé d’acheter de la bière pour elle aussi.

-Vous étiez avec deux jeunes filles. Vous devez payer leur bière pour vous mettre en condition?

-Voilà ! Mais elles n’étaient pas deux. C’est leur endroit donc elles étaient plein là-bas. Et moi, c’est avec deux filles que je causais.

-Vous n’avez pas encore choisi?

-Voilà ! Je buvais d’abord, j’ai commandé deux bouteilles de bière.

-Il y avait combien de filles à peu près dans le maquis ?

-Elles sont en grand nombre! D’autres sont assises, d’autres dansent, d’autres rentrent, d’autres sortent…

-On ne sait jamais, le coin là, il faut nous dire, c’est où?

-C’est à la pharmacie Bel air, en face de la pharmacie.

-Vers où exactement ?

-Où ils ont construit la nouvelle banque Ecobank, c’est juste à côté.

-Vous résidez à Yopougon ici?

-Je suis à Béago, vers le palais de justice.

-Et puis vous ne connaissez pas ce coin depuis là?

-C’est pour des raisons professionnelles que je suis venu à Yopougon. Chef, je ne connais pas là-bas. C’était ma première fois d’arriver là-bas.

-Donc les filles, vous les avez accusées à tort d’avoir pris votre argent ?

-Bizarrement, quand j’ai commandé la boisson, la poche droite de mon pantalon où j’avais mis mon argent, une des filles s’est collée à moi et je ne voyais plus mon argent.

-Qui a mis sa main dans votre poche?

-C’est la fille qui était à côté de moi mais je ne l’ai pas vue.

-Donc, ce ne sont pas les deux filles dont vous avez détruit les téléphones. Ce ne sont pas elles qui étaient assises à côté de vous.

-Monsieur le juge, je ne peux pas mentir. Ce sont elles qui étaient assises à côté de moi. Je ne me suis pas déplacé et mon argent a disparu.

-C’était combien?

-C’était 12 mille francs.

-Ça vous a fait mal?

-Je n’avais plus rien sur moi. Je devais payer mon transport et puis manger. Ce n’est pas l’argent qui est perdu qui me faisait mal, c’est la manière dont c’est parti-là, c’était tellement rapide!

-Et puis l’objectif pour lequel vous êtes parti, complète le juge, railleur.

-Voilà, ça n’a pas eu lieu!

-Prochainement, vous n’allez plus partir là-bas!

-J’ai pris le téléphone portable de la fille et elle dit que j’ai brisé l’écran tactile de son téléphone portable.

-Ce n’est pas discutable!

-Oui, j’ai reconnu, j’ai dit que je vais remplacer son téléphone portable mais ils m’ont conduit à la police.

-Tu es victime de ta libido!

-7 jours fermes de prison, requiert le procureur.

-Vos derniers mots ? Demande le président.

-Monsieur le juge, je vous demande pardon, je ne vais plus aller là-bas, promet Patrick.

-Vous n’avez pas de copine? Tente de savoir le juge.

-Ma copine est allée en voyage, ça fait six mois, déclare-t-il.

-Tu as tenu pendant six mois non?

-Oui!

-Donc, il faut tenir encore, ou bien tu ne pouvais plus tenir?

-Vendredi-là, c’était chaud sur moi.

-Le tribunal vous déclare coupable. En répression, il vous condamne à un mois d’emprisonnement assorti du sursis, 30 mille francs d’amende, décide le juge. «Tu vas sortir demain. Pour ta santé, pour ta sécurité, il ne faut plus fréquenter ce genre d’endroit», conseille-t-il.

In L’Eléphant déchaîné n°497

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE