Crise ivoirienne-CPI : Le mode opératoire du GPP révélé, «la trahison engendre le sang»

By: Africa Newsquick

ble_jeunes_patriotes_cpiCrise ivoirienne-CPI : Le mode opératoire du GPP révélé, «la trahison engendre le sang»

Metche Metchro Moise Harold Fabrice a continué à répondre aux questions de l’accusation à la Cour pénale internationale. Au fil d’un interrogatoire qui est apparu un peu décousu, plusieurs thèmes et périodes ont été abordés, des renseignements obtenus par le Groupement des patriotes pour la paix aux agoras et parlements en passant par des missions effectuées dans l’intérieur du pays en 2003 et 2004.

Par Camille Dubruelh

« Poser les bases » avant d’en venir au sujet de la crise postélectorale. C’est cette stratégie qui a été appliquée par le bureau de la procureure qui interrogeait le témoin ce mercredi 19 octobre. Tout comme la veille, les questions ont porté sur divers thèmes, sans suivre d’ordre chronologique. De quoi perdre le fil des débats, selon les équipes de défense de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Celles-ci ont réclamé à plusieurs reprises des clarifications sur les périodes auxquelles l’accusation et le témoin faisaient référence.

Il a tout d’abord été questions des techniques de renseignement utilisées par le Groupement des patriotes pour la paix (GPP), groupe paramilitaire formé en 2002 et auquel le témoin appartenait. Metche Metchro Moise Harold Fabrice a expliqué qu’une compagnie interne au GPP avait été créée par lui-même en 2007 à Treichville dans ce but. Objectif : approcher de « jeunes nordistes » pour récolter des informations sur la rébellion et ses zones d’infiltration. Selon le témoin, ces renseignements étaient ensuite transmis aux services nationaux : « Je travaillais avec le directeur du renseignement militaire, Poheri Julien », a précisé Monsieur Metche Metchro Moise Harold Fabrice. « On collaborait avec les Forces de défense de sécurité », a-t-il encore expliqué, précisant que le GPP avait l’avantage d’avoir« accès à certains milieux ».

Le bureau de la procureure a ensuite voulu en savoir plus sur une autre unité au sein du GPP citée plus tôt par le témoin : la Légion ivoirienne de sécurité. Créée en décembre 2010 sur ordre d’Alain Dogou, alors ministre de la Défense, elle était constituée d’une cinquantaine d’éléments, choisis pour « leur intégrité et leur engagement » en faveur du FPI. Cette unité avait vocation à être intégrée aux FDS, ce qui, d’après le témoin, fut le cas. Certains de ces éléments ont été envoyés à la Compagnie républicaine de sécurité au mois de février, d’autres ont rejoint la résidence et le palais présidentiel.

Les questions ont ensuite portées sur les mouvements de la jeunesse en général et leur financement. Tout comme le GPP, « créé par les autorités ivoiriennes », ces groupes bénéficiaient de subventions fournies par des personnalités politiques proches du pouvoir.  « Ces mouvements patriotiques étaient à la charge de Charles Blé Goudé», assure le témoin. Même chose pour les agoras et parlements, ces assemblées formées par des jeunes pour véhiculer les idées et messages politiques du Front populaire ivoirien (FPI). Lire la suite sur… ivoirejustice.net

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE