Sicogi-Les petits arrangements du PCA avec la vérité: Il va finir par énerver notre jeune ministre du Budget…

By: Africa Newsquick

dg-sicogiSicogi-Les petits arrangements du PCA avec la vérité: Il va finir par énerver notre jeune ministre du Budget…

Le feuilleton continue. A la suite d’un article du pachyderme, du N°480 intitulé «Sicogi, on s’arrache le terrain et on les revends au rabais», la Direction de la participation et de la privatisation (DPP) a flanqué une demande d’explication au DG par intérim, par ailleurs PCA, sur les problèmes de gouvernance à la Sicogi, depuis le 11 mars 2016.

Dans cette missive de la tutelle économique et financière de la Sicogi à travers la Direction de la participation et de la privatisation (DPP) dont «L’Eléphant» s’est procuré une copie, il est clairement demandé à Bakayoko Ibrahima de «produire un rapport circonstancié sur le retrait à un honnête citoyen et la vente d’un terrain de 1335 M² à la Riviera Golf à un membre du conseil d’Administration d’une part, sur le projet de réintégration du Directeur commercial et marketing limogé et sur les délibérations des conseils d’Administration depuis le 11 mars 2016, d’autre part.» En réponse, Bakayoko Ibrahima n’a pas jugé utile de répondre à un sous-directeur de la DPP. Il prend le soin de confier cette tâche à un subalterne, en l’occurrence le Directeur des programmes, Souga Hyacinthe, sans même prendre le soin de mettre la formule magique «Po: par ordre», avant d’opposer sa signature. Mieux, il ignore royalement la question sur la réintégration du Directeur commercial et marketing et les délibérations des conseils d’Administration depuis le 11 mars 2016 contenue dans la demande d’explications. Pas bien grave! Scrutons ensemble la réponse en béton du PCA qui qualifie nos écrits d’allégations sans toutefois oser inonder les colonnes de «L’Eléphant» d’un droit de réponse, sans doute un excès de modestie.

 

Sur l’affaire  du terrain vendu au rabais…

Pour justifier la prise illégale d’intérêts, le PCA, par la plume de son Directeur des programmes, Souga Hyacinthe, signale qu’il n’y aurait pas eu de retrait de terrain à un client, et qu’il s’agirait d’un délaissé de terrain, dans le jargon de la Sicogi. Mais la lettre dont «L’Eléphant» s’est procuré une copie signée des petites mains du PCA et dégé par intérim, le 02 Août 2016, à l’attention de Kouamé Koffi Agénor, montre bel et bien qu’il y a eu retrait de terrain par la Sicogi. Sur cette parcelle que le PCA s’est appropriée, notre source bien introduite est sans équivoque, et confirme qu’il s’agit bien d’un terrain dans le cadre d’un lotissement que la Sicogi a commercialisé au début des années 1990. Et à l’origine, et comme pour tout le foncier à Abidjan, il y avait un litige entre la Sicogi et la Chefferie d’Anono qui revendiquaient tous deux la propriété de la parcelle titrée globalement au nom de la Sicogi par l’Etat de Côte d’Ivoire. Pendant ce temps de tiraillements entre la Sicogi et la Chefferie d’Anono, des acquéreurs ont occupé les terrains titrés au nom de la Sicogi sur la base d’attestations villageoises de la Chefferie d’Anono. Et comme tout est bien qui finit bien, les deux parties ont finalement trouvé un accord. Et la Sicogi, au nom de qui le terrain est titré, a accepté de valider les ventes faites par les détenteurs de droits fonciers coutumiers d’Anono, en procédant à la régularisation des cessions aux acquéreurs munis d’une attestation villageoise. Cependant, faut-il le souligner, la régularisation de ces ventes est faite à un prix forfaitaire de 21 000 FCFA le mettre carré, pour tenir compte du prix au moment de l’occupation et aussi pour le fait que les acquéreurs ont versé une partie du prix du terrain dans les mains des détenteurs de droits coutumiers. Les occupants, qui ne régularisent pas leur transaction avec la Sicogi, ne peuvent naturellement pas procéder au transfert de propriété à leur bénéfice. Il est donc évident que le terrain retiré est celui d’un occupant qui tardait à régulariser sa situation avec la Sicogi suivant la procédure décrite plus haut.

Les explications du Directeur des programmes Souga Hyacinthe, pour couvrir son patron en arguant qu’il s’agissait d’un terrain délaissé et non d’un retrait, se butent à une horde d’obstacles. De petits arrangements avec les vérités que le pachyderme ne saurait laisser passer…  Au suivant!

 

Une opération immobilière prévue sur l’espace…

La Direction générale, dirigée par le «récalcitrant» Loukimane Camara – suspendu jusqu’à présent alors que le jeune Ministre Abdourahmane Cissé avait fait une promesse ferme de faire éclater la vérité sur les présumés détournements après les audits qu’il avait commandités, et dont «L’Eléphant» se fera fort de publier le rapport dans un délai bref pour aider le jeune ministre – étudiait un programme immobilier futuriste sur le solde de terrain non occupé par les acquéreurs villageois et faisant corps avec les bas-fonds en face de l’Université Félix Houphouët-Boigny. Un projet dénommé «opération cascades» confié au cabinet d’Architecture, Bio-Architectes que «L’Eléphant» a pris le soin de consulter pour voir la faisabilité du projet. En réponse, le cabinet a fait savoir que le terrain est plus que propice au projet, en nous brandissant toutes les études afférentes. En Févier 2016, le cabinet a présenté à Camara Loukimane et Ibrahima Bakayoko, respectivement dégé et PCA, un avant-projet sommaire (APS), pour recueillir leurs observations. En mai 2016, après avoir pris en compte les observations du dégé Camara Loukimane, le cabinet a sollicité le PCA et actuel dégé par intérim pour lui présenter l’avant-projet corrigé que lui avait commandé la Direction générale, pour validation avant de passer au projet détaillé. Convoitant certainement le terrain, le PCA n’a pas donné de suite au service étude et développement en charge du dossier, en son temps. Mais mieux, il déclare, par la suite, le terrain non constructible et renvoie le projet dans les vieux placards de l’immeuble Mirador, siège de la Sicogi; parce que ce terrain serait un bas-fond. Alors que le conseil d’Administration, en sa séance du 20 Juillet 2016 a exprimé sa volonté de visiter le terrain avant de le déclarer non constructible. Bref! En la matière, les bas-fonds non constructibles sont cédés aux riverains qui ont des terrains attenants. Ce qui n’a pas été le cas. Si tel est que le terrain serait non constructible comme le prétend Bakayoko Ibrahima, pourquoi se le revendre à lui-même, et pis, au rabais? Tout ça va finir par énerver notre jeune ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat qui, comme chacun le sait, n’aime pas ce genre de cachoteries…

ALI TOURE, in L’Eléphant Déchainé n°484

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE