Côte d’Ivoire: Le refus d’indépendance des Ivoiriens…Et si on nous avait «gbassés»?

By: Africa Newsquick

ADO_mini_Ouaga32Côte d’Ivoire: Le refus d’indépendance des Ivoiriens…Et si on nous avait «gbassés»?

Le dimanche 07 août 2016 a marqué la célébration de la fête de l’indépendance ivoirienne. Après avoir mangé le délicieux et copieux repas de célébration, j’ai tendu machinalement la main vers le pot de cure-dents afin d’en utiliser un. Un détail étrange a retenu mon attention: sur la boite de cure-dents étaient marqués les mots «made in China». C’est-à-dire que ces petits morceaux de bois pointus utilisés pour se nettoyer les dents étaient importés. Un peu choquée et intriguée, j’ai donc appelé un ami à moi qui travaille à la zone industrielle et qui a une assez bonne idée de ce qui se fabrique chez nous. «Nous ne fabriquons pas de cure-dents en Côte d’Ivoire», me répondit-il. Le fait que nous importions de simples cure-dents m’a frappée. A quel point sommes-nous indépendants si nous ne pouvons-nous nettoyer les dents sans un apport extérieur? Souhaitons-nous sincèrement être indépendants, nous le peuple ivoirien? La question se pose, car nous sommes tous conscients (?) que l’indépendance d’une nation ne se résume pas à la signature d’un papier ou à la commémoration d’une déclaration. «…» L’Ivoirien peut blâmer le gouvernement/le Président/ les dirigeants autant qu’il veut. Mais ces gens-là n’ont pas la solution à son problème, en tout cas, pas pour l’instant. C’est lorsque l’Ivoirien décidera de devenir réellement indépendant que beaucoup de problèmes qu’il rencontre trouveront solutions. C’est l’Ivoirien qui fera le choix d’acheter et de valoriser les médicaments traditionnels et locaux, développant ainsi le secteur pharmaceutique ivoirien. «…» Cet Ivoirien dont je parle, ce n’est pas le ministre, ni le riche, ou même l’intellectuel, je parle de celui que chacun d’entre nous voit lorsqu’il se regarde dans le miroir.

Bonne fête d’indépendance Tcha-Tcha à tous.

ET SI ON NOUS AVAIT «GBASSES»?

«Et si on avait ʺgbasséʺ les Ivoiriens?», la question vient de mon ami Bléhon. Il achève à peine la lecture d’un journal et semble un peu rêveur.

  • Voyons, il ne faut pas tomber dans le fatalisme ! L’Ivoirien n’est pas maudit, il…
  • Je n’ai pas dit que nous étions maudits, m’interrompt-il. J’ai dit qu’on nous a «gbassés». Je suis sûr que tous les fétiches confisqués dans nos village sous prétexte de destruction ou exposition dans les musées ont plutôt étés utilisés pour nous envoûter.

Je ris, incrédule. Bléhon est instruit, comment peut-il dire des choses pareilles? Je décide de découvrir le fond de sa pensée.

  • Pourquoi tu dis ça? Je lui demande narquoise.
  • Si on ne nous avait pas «gbassés», comment on aurait pu signer des accords comme les APE (Accords de Partenariat Economiques) avec l’Union Européenne alors que ces mesures vont asphyxier nos marchés sous le déluge de produits européens et détruire toutes possibilités d’industrialisation réelle pour nous?
  • Euh… Je balbutie. Je dois avouer que je commence à voir où il veut en venir.
  • Si on ne nous avait pas envoûtés, est-ce qu’on pourrait être parmi les plus grands producteurs de Café-Cacao et hévéa du MONDE et en même temps pleurer parce qu’il nous manque le manioc qui fait partie de notre alimentation de base? Toi-même qui es assise là, quand est-ce que tu as mangé du chocolat pour la dernière fois?
  • Il y a trois mois? Dis-je à voix à peine audible.
  • Si on n’avait pas mis notre esprit dans un chaudron quelque part, serions-nous en train de rénover la baie de Cocody à coup de milliards au lieu de nous occuper de l’intérieur du pays?

Le dialogue se mue en monologue. Il est inspiré l’ami Bléhon!

«Serions-nous en train de négliger autant l’éducation de nos enfants dans les écoles et universités si nous n’étions pas sous l’emprise d’un sortilège? Comment peut-on être aussi nonchalant de l’avenir de sa nation? Nos enfants sont délaissés, personne ne pense à eux alors qu’ils sont censés être la raison pour laquelle nous nous battons.

Aurions-nous laissé le soin de notre sécurité militaire à notre plus grand bourreau et saboteur si un PAPAGNON quelque part ne s’était pas assis sur notre intelligence?

Je suis convaincu que nous sommes ensorcelés. Si ce n’était pas le cas, nous aurions au programme de notre télévision NATIONALE, une majorité de films ivoiriens au lieu de films indiens, mexicains, brésiliens, philippins ou indiens, sans queue ni tête. Si nos esprits étaient libres, nous n’aurions pas à regarder un grand film comme «Braquage à l’Ivoirienne» sur une chaine étrangère avant qu’il ne passe sur la télévision du pays. Si les forces occultes n’avaient pas pris notre raison en otage, serions-nous en train de pratiquer ce culte  macabre et infecte appelé Tribalisme? Au moment où les enjeux mondiaux se jouent en blocs géographiques, est-ce logique d’être encore bloqué aux considérations aussi étranges que «je refuse de travailler avec lui à cause de son ethnie»? Mon ami s’interrompt brusquement et prend une gorgée du «gnamankoudji» posé devant lui. Son humeur morose m’a contaminée. Il a raison, les Ivoiriens ont été «gbassés». Après quelques minutes de silence lourd, je prends congé de l’homme. Dès que je suis hors de sa vue, je récupère frénétiquement mon téléphone dans mon sac. Il faut absolument que je contacte ma tante au village. Elle est une «kômian» réputée, j’ai besoin d’un bain de désenvoutement. J’aurais pu aller voir le pasteur, mais les jeûnes de quarante jours, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé…

N.C. , in L’Eléphant déchainé 471

Laisser un commentaire

Agenda

janvier 2018
D L M M J V S
« Déc    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 578 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE