Après les vœux à Bédié à Daoukro: Mme Noëlle Houlé (Ufpdci Man) veut ramener tous ceux qui sont allés voir ailleurs au PDCI-RDA (entretien)

Après les vœux à Bédié à Daoukro: Mme Noëlle Houlé (Ufpdci Man) veut ramener tous ceux qui sont allés voir ailleurs au PDCI-RDA (entretien)

 

Mme Noëlle Houlé est membre du Bureau politique du PDCI-RDA et présidente de l’Union des femmes PDCI-RDA dans la région du Tonkpi, de la délégation communale de Man depuis avril 2019, ex-candidate aux élections législatives à Cocody en 2016 et candidate aux dernières élections municipales de 2018 à Man. Elle y était en liste avec le ministre Bleu-Lainé Gilbert. Elle est opératrice économique. De retour de Daoukro pour présenter les voeux du nouvel an 2020 au président Henri Konan Bédié, président du Pdci-RDA, africanewsquick.net lui a tendu son micro. Entretien.

 

ANQ : Vous revenez de Daoukro. Que peut-on retenir de la cérémonie avec le président Bédié ?

NH : Nous étions à Daoukro pour présenter nos vœux au président Henri Konan Bédié et lui manifester notre soutien pour le combat qu’il livre dans le cadre de la réconciliation et le retour des enfants d’Houphouët à la maison verte. Nous sortons de cette rencontre avec beaucoup d’espoir et d’espérance quant à l’avenir certain de notre patrie avec le PDCI-RDA aux affaires. Je peux noter clairement que la mission qui nous est assignée pour la remobilisation et la redynamisation de nos bases militantes rangées en ordre de bataille pour la victoire effective du parti au soir du 31 octobre 2020 des suites d’une élection libre, juste et transparente.

 

Après Daoukro, quel est votre plan d’action ou programme pour ratisser large dans le Tonkpi?

Nous avons l’expérience du terrain, nous sommes au quotidien avec notre population, le message du président Bédié est clair. Nous allons continuer le travail sur le terrain, mobiliser, sensibiliser et convaincre nos militants et la population pour balayer cette vaste campagne de désinformation sur la vie et l’avenir de notre parti orchestrée par certains politiciens du pays. Ensuite, préparer la base à se faire enrôler pour pouvoir jouir de leurs droits civiques et citoyens, et soutenir le candidat de notre parti. Le seul parti qui peut vraiment réconcilier les Ivoiriens dans leur grande majorité.

 

Avez-vous mis en place une organisation type, sinon quelle organisation avez-vous mise en place pour espérer gagner les élections en 2020?

Le PDCI-RDA est la meilleure illustration d’administration organisée et structurée, il faut noter que le PDCI-RDA est une référence électorale de plus de 5 décennies. C’est ce dispositif qui a permis au parti au pouvoir d’accéder à la magistrature suprême. Je ne saurai vanter cette puissante machine dont les secrétariats généraux de section et les comités de bases s’illustrent d’elles-mêmes sur sa présence effective sur toute l’étendue du territoire, en particulier dans le Tonkpi et principalement à Man. Notre structure spécialisée (Ufpdci) que j’ai l’honneur de diriger s’attèle à ratisser large au-delà de nos acquis et prendre avec nous les militantes déçus et désillusionnés de la gestion catastrophique dont elles en subissent les conséquences.

 

Quel appel lancez-vous aux Ivoiriens qui sont encore septiques quant à la victoire du Pdci à la prochaine présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire ?

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le PDCI-RDA reste et demeure le parti par excellence des Ivoiriens qui ont été voir ailleurs, qui ont vu et qui réalisent avoir perdu leur temps. Telle l’enfant prodige revient à la maison pour apporter et jeter les bases du changement tant espéré, mais on finit par faire du porte à porte pour dire à ceux qui regardent la politique d’un autre œil que c’est eux la relève du citoyen modèle, du citoyen qui contribue au développement de son pays par le choix qu’il opère, par le meilleur choix qui n’est autre que celui du PDCI-RDA  qui rassemble, unit et bâtit dans la paix, la fraternité, la Concorde le bon ton et la démocratie, le PDCI-RDA de l’ivoirien d’abord comme le fait le Mali et d’autres pays de la sous région.

Entretien réalisé sur whatsApp par Gilles Richard OMAEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *