Affaire Guillaume Soro et le concert avorté d’Alpha Blondy à Ferké : On ne défie pas des chefs de cantons, de villages, de terres, de bois sacrés qui soutiennent leur ‘’fils’’

Affaire Guillaume Soro et le concert avorté d’Alpha Blondy à Ferké : On ne défie pas des chefs de cantons, de villages, de terres, de bois sacrés qui soutiennent leur ‘’fils’’

 

Des chefs traditionnels de Ferkessédougou (ville natale de Guillaume Soro) avaient réaffirmé le samedi 14 décembre leur soutien à leur ‘’illustre fils’’,  Guillaume Soro, ex-président de l’Assemblée Nationale et député de la ville.

«Nous, chefs de cantons, de villages, de terres, de bois sacrés, sommes heureux de l’annonce de la venue de notre illustre fils, réaffirmons notre soutien et notre attachement à son idéal de paix, de pardon et de réconciliation pour une Côte d’Ivoire résolument engagée sur le chemin du progrès et du développement », indiquait un communiqué en soutien à Guillaume Soro.

Les chefs, le 14 décembre avaient apporté leur soutien à GKS

Après ce communiqué et 9 jours plus tard après le 14 décembre, soit le 23 décembre, l’avion de Guillaume Soro sera interdit d’atterrir à Abidjan et le le fils ‘’prodige’’ forcé à l’exil. 8 jours après, un concert d’Alpha Blondy offert par Gon Coulibaly est programmé à Ferké.

24 heures après son show à Dimbokro, Alpha Blondy devait en offrir un autre spectacle au public de Ferkessédougou, le mercredi 1er janvier. Mais le chanteur n’a pas pu se produire.

La raison, selon lui, le dispositif mis en place pour le spectacle, notamment le matériel de sonorisation, a été l’objet d’un sabotage (Ndlr, sans révéler la nature dudit sabotage). « Ils ont été sabotés. Je ne veux pas que vous payiez ou que les officiels paient pour un sabotage. Et à ceux qui ont saboté, nous voulons parler de la paix, nous ne voulons pas la guerre. (…) On va leur montrer qu’il est facile de faire la guerre que de faire la paix. Je ne suis pas fâché parce qu’ils ont joué bidé », a déclaré, avec arrogance, la star mondiale du reggae, dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. Il a ensuite donné rendez-vous au public le lendemain (hier jeudi 2 janvier, Ndlr) pour le show. « Ne cédez pas à la provocation, ne cédez pas à ce genre de sabotage. Ils savent quand la guerre commence, ils ne savent pas quand elle finit. (…) On va leur montrer que la paix se paie par la patience et par l’attitude de paix », a-t-il poursuivi.

Qu’est-ce qui a pu bien se passer pour que le concert d’Alpha Blondy à Ferkessédougou, qui se situe dans le cadre d’une tournée baptisée “Paix et Unité”, ne puisse pas se tenir ? Pour de nombreux observateurs, le concert avorté a un lien direct avec la situation politique actuelle.

Selon eux, la population de Ferkessédougou, d’où est originaire Guillaume Soro, vivent mal l’exil forcé de leur fils. D’autant plus qu’à cette même période, il leur offrait gratuitement un spectacle chaque année. Une partie de cette population ne comprend pas pourquoi les autorités humilient leur enfant pour ensuite leur proposer un spectacle dédié à la paix et à l’unité. Pour certains, cela ressemble à une façon de les narguer.

Par ailleurs, le lundi 30 décembre dernier, lors d’une visite aux autorités préfectorales de Dimbokro, Alpha Blondy a encouragé les hommes politiques à « envoyer des signaux positifs en faisant revenir à de meilleurs sentiments tous les va-t-en-guerre », tout en invitant Guillaume Soro à « changer d’attitude. Nous ne sommes pas dans la défiance. Nous ne sommes pas dans le challenge guerrier », a-t-il déclaré dans des propos rapportés par l’Agence ivoirienne de presse (Aip). Ces déclarations ont-elles contribué à rendre impossible le concert d’Alpha Blondy à Ferkessédougou le mercredi dernier ? Difficile d’y répondre.

GRO avec EG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *