Côte d’Ivoire: «Les véhicules poids lourds sont interdits de circuler de 6H à 9H et de 17H à 21H à compter de ce samedi 28 décembre 2019» (Ministère des Transports)

Côte d’Ivoire: «Les véhicules poids lourds sont interdits de circuler de 6H à 9H et de 17H à 21H à compter de ce samedi 28 décembre 2019» (Ministère des Transports)

 

Le ministère ivoirien des Transports a révisé les « plages horaires » de circulation des véhicules poids lourds dans les « agglomérations d’Abidjan et Yamoussoukro » (les capitales économique et politique de la Côte d’Ivoire) où ils sont interdits de circuler entre 6H et 9H le matin, puis de 17H à 21H « à compter de ce samedi 28 décembre 2019», selon un communiqué publié vendredi soir.

 « Les véhicules poids lourds dont le poids total à charge excède 10 tonnes sont interdits de circuler sur toute l’étendue de la ville d’Abidjan, tous les jours ouvrables, le matin de 6H à 9H et dans l’après-midi de 17H à 21H à compter du samedi 28 décembre 2019», suite à une « révision de l’arrêté n°0210 du 20 juillet 2005 portant instauration de plages horaires pour la circulation des véhicules poids lourds dans la ville», indique la note.

En ce qui concerne Yamoussoukro, dans le Centre du pays, « les véhicules poids lourds dont le poids total à charge excède 10 tonnes sont tenus d’emprunter la voie de contournement de la ville (…) sous peine de sanctions réglementaires », selon le communiqué signé du ministre, Amadou Koné.

M. Koné a par ailleurs relevé que « ces restrictions horaires ne concernent pas les véhicules affectés à la livraison de bouteilles de gaz butane et d’hydrocarbure dans les agglomérations d’Abidjan et de Yamoussoukro ».

La « vitesse maximale admise » sur le « tronçon de l’autoroute du Nord allant de l’échangeur d’Abobo/Adjamé à Gesco (nord d’Abidjan) est quant à elle limitée à « 30 km/h » pour les poids lourds à partir de samedi, a-t-il fait savoir, expliquant que cette mesure vise à pallier la «recrudescence des accidents mortels sur (ce) tronçon, impliquant constamment (ces) véhicules ».

 « En vue d’assurer l’effectivité de cette mesure qui vise à sauver les vies humaines, les éléments des forces de l’ordre procèderont à des patrouilles régulières et les contrevenants seront soumis à la rigueur de la loi », a conclu Amadou Koné.

 

Avec Alerte info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *