Alassane Ouattara-Marcel Amon Tanoh: La pomme de discorde vient de la Russie

Alassane Ouattara-Marcel Amon Tanoh: La pomme de discorde vient de la Russie

Il serait sans doute exagéré de dire qu’au sommet de l’Etat, les hommes du RHDP sont dans une sorte de danse aux sabres pour le contrôle de la succession sur le siège présidentiel. Mais à entendre les informations qui parviennent de plus en plus, de sources très introduites, on ne peut s’empêcher de croire que le vin de bon voisinage tend vers le vinaigre. Et que l’approche de la présidentielle sera très riche en surprises. Aux dernières informations de la part de nos sources, entre le Président Alassane Ouattara et le ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh, il y aurait des échanges quelque peu corsés dans la période du 22 au 24 octobre 2019 en Russie.

Du 22 au 24 octobre 2019, la cité de Sotchi a accueilli le tout premier sommet Russie-Afrique en vue du renforcement de la coopération entre la Russie et les pays du continent africain. Ce sommet a donc rassemblé les présidents africains autour du président Russe, Vladimir Poutine.

Dans le cadre des préparatifs, les ministres des Affaires Etrangères de certains pays dont la Côte d’Ivoire ont devancé leurs présidents pour préparer diplomatiquement ce sommet. C’est donc dans ce cadre que le ministre des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire, Marcel Amon-Tanoh, aura devancé le président Alassane Ouattara en Russie.

Selon nos sources, une fois en Russie, quelques jours avant la tenue du Sommet, le ministre Marcel Amon Tanoh aurait réussi à rencontrer le président Poutine et à avoir avec lui un entretien en privé, sans l’Ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Russie, M. Roger Gnango.

Au cours de cet entretien en privé, la question de l’élection présidentielle aurait été abordée. Et c’est dans les échanges sur ce sujet important que le ministre ivoirien des Affaires étrangères aurait dit au président Russe sa préoccupation quant au candidat du RHDP. Au cas où le président Ouattara ne serait plus candidat.

Mieux, nos sources avancent que le ministre Amon Tanoh n’aurait pas caché au président Poutine ses appréhensions sur l’éventuelle candidature de Amadou Gon Coulibaly pour le compte du RHDP. Parce que, toujours au dire de nos sources, le ministre en face de Poutine trouverait que le dauphin pressenti et sans doute qui a les faveurs du Chef de l’Etat et président du RHDP, n’aurait pas la carrure pour battre l’opposition.

Après cet entretien, lorsque vint le tour du Président Ouattara d’avoir un tête-à-tête en privé avec son homologue russe à son arrivée à Sotchi, ce dernier lui aurait fait cas des réserves de son ministre des Affaires étrangères sur le choix éventuellement porté sur le Premier ministre actuel pour défendre les couleurs du RHDP.

A en croire encore nos sources, le Président ivoirien, après son entretien avec son homologue russe, aurait reçu, peu de temps après, son ministre des Affaires étrangères et les échanges n’auraient pas été cordiaux. Le président, disent nos sources, n’étant pas du tout content de son ministre. Les échanges, sinon les remontrances, tenus en moins de 5 minutes auraient été musclés. On apprendra que le ministre n’a pu assister au Forum Russie-Afrique du 22 au 24 octobre. Pour cause de soucis de santé et il aurait été admis de toute urgence à l’hôpital.

De retour à Abidjan, il répond à l’invitation de l’émission la RTI reçoit, dans laquelle il fait le point de ce sommet de Sotchi. Mais dans les colonnes du journal « L’Esprit », l’une de ses phrases ne manque pas de sens. Quand il dit : « Je continue d’apprendre avec passion ».  D’aucuns diraient que le torchon brûlerait depuis entre le président Alassane Ouattara et son ministre Marcel Amon Tanoh au point où l’on parlerait même du départ imminent du second du gouvernement.

Parce que selon les indiscrétions persistantes, l’homme tiendrait à se porter candidat à la présidence de la République si jamais le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly est choisi par le président de la république pour lui succéder au compte du RHDP, à l’élection présidentielle de 2020. Depuis, le film de la petite guerre de succession égraine ses épisodes. Que nous réserve demain ?

O CHERIF (Le Nouveau Réveil, via Afriksoir.net)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *