Air Côte d’Ivoire-Maltraitance des employés: Des turbulences à la suite d’une lettre anonyme… Le chef Secteur, le tout puissant ?

Air Côte d’Ivoire-Maltraitance des employés: Des turbulences à la suite d’une lettre anonyme… Le chef Secteur, le tout puissant ?

Une lettre anonyme, décriant les conditions de travail du personnel navigant commercial (PNC) ou si vous voulez des hôtesses et Stewart de l’air comme au sol, a perturbé la quiétude des responsables de l’Air Côte d’Ivoire courant semaine dernière. Laquelle note anonyme a également atterri sous la patte de L’Eléphant.

Une situation peu reluisante…
Une situation on aurait dit alarmante à en croire cette note. Morceaux choisis « (…) Depuis deux ans maintenant voir plus, les rotations d’équipages s’empirent, la santé des équipages va de mal en pis (douleur aux oreilles, jambes, dos, cœurs, sciatique, dépression, tentative de suicide, douleurs atroces, aux os. Mais cela n’intéresse en rien nos chefs de service, qui ont de gros salaires mais donc qui ne trouvent aucun mal à faire souffrir cette jeunesse employées dans vos locaux à savoir les PNC et s agents au sol.
Remarquons ensemble que pour les 5 jours de service par semaine, il faut 2 jours de repos soit samedi et dimanche pour un personnel normal. Donc comment pouvez-vous admettre que pour des personnes qui travaillent dans un environnement si complexe que le ciel aient huit jours de service pour juste un jour de repos en base, des jours de congés non accordé. » Ce n’est pas tout. Dans ce long chapelé de griefs au niveau du service PNC on lit encore « Il y a un mauvais traitement des agents au sol, demande d’explication sans raison, un service planning qui pense avoir affaire à des machines pour couvrir des rotations suicidaires. Des Coachs de performances qui abandonnent les vols et pourtant reçoivent de gros salaires au détriment de la majorité maltraitée qui décolle et atterri plus que les oiseaux ? (…) Certains commandants connaissent les souffrances des équipages (des PNC agressés, des horaires de réveil à la tête du commandant, le nettoyage des plateaux repas de passager, etc.) mais ne disent rien car pour eux, le chef secteur PNC est celui qui doit s’en occuper. (…)

Que veut le Personnel Navigant commercial
« Nous avons 21 ans et voulons profiter des avantages face au risque que nous prenons en faisant ce métier avec nos fiancés à défaut d’avoir des logement. Vos PNC veulent un chef secteur juste. Le retour efficace des moyens généraux pour l’organisation des ramassages et dépôt des équipages après des vols et la dissolution du service Coach performance Cabine (CPC) afin de partager leurs salaires aux PNC en vol. Car vos PNC sont épuisés de faire la rotation des autres (…) »

Le chef Secteur, le tout puissant ?
Cette situation dépeinte dans cette note anonyme qui ne reste pas moins vrai après les recherches du quadrupède, aurait occasionné une vingtaine de mise à disponibilité sans compter plusieurs agents en arrêt maladie liés aux vols et aussi d’une dizaine de démission. D’ailleurs le quadrupède a appris qu’injonction a été faite au médecin de ne plus délivrer de billet d’arrêt maladie. Ce n’est pas tout, Le quadrupède en essayant d’y plonger sa trempe encore plus loin aura appris que celui qui fait la pluie et le beau temps dans la vie professionnel du Personnel Navigant Commercial est le chef secteur du service en question qui répond aux initiales de J .J K. Lequel dirigerait d’une main ferme ce service avec un groupe de collaborateurs. Des préférés dont il se serait fait entourer pour profiter des indicibles joies de sa position stratégique ? Au détriment des autres qui n’ont pas de soutien fort. Ceux la même à qui on imposerait plus de travail qu’il n’en faut pour soulager les préférés du chef secteur ? Mais de ce fait, bien entendu, la direction générale n’en sait, sans doute rien. Elle aurait pris des dispositions pour s’assurer que tous les employés de ce service jouissent des mêmes heures de travail. Quid des délégués du personnel ? Il ressort que ces derniers ont comme du mal à porter haut la voix des plus faibles. Sans doute trop occupés qu’ils sont à jouir des avantages liés à leurs postes, en plein vol…

« Nous allons apporter des améliorations »
Joint pour comprendre de quoi retourne cette note anonyme portée à la connaissance du quadrupède, la direction générale de Air Côte d’Ivoire s’est confiée au quadrupède le vendredi dernier dans ses locaux sis au plateau. Le Directeur général et René Decurey s’est prêté aux quelques questions du quadrupède. Sur la question de la surexploitation dénoncée par les PNC « (…) Le personnel navigant commercial est géré règlementairement par l’Anac. Qui a une règlementation d’aviation civile en CI qui dicte exactement combien de temps les PNc peuvent voler et ou les personnels navigant technique (PNT). Combien de repos, il faut et quel est le maximum d’heure qu’on peut enchainer. Quel est le maximum d’heure de vol et d’heure de présence. Pour nous, quelqu’un peut travailler au maximum 268h avant d’avoir 30 jours de congé. C’est règlementaire et nous on se colle au règlement. Donc en 2018, en moyenne les PNC ont volé 40 h par mois. Il y avait un minimum légal de garanti d’heure pour être payé qui est de 70H par mois. Donc ils ont travaillé peu par rapport à ce qui est prévu. Et en 2019, on a optimisé les effectifs et il y a eu des vols en plus. Donc en 2019 ; il vole en moyenne 60h. C’est toujours en dessous du maximum legal.et toujours en dessous de 70 h pour lequel ils sont normalement payés. C’est important de noter le caractère réglementaire qui gère le secteur. Donc pour le PNC qui a travaillé en 2018, 40h par mois et puis en 2019, 60h, c’est clair qu’il a l’impression qu’on le surexploite. Alors qu’il n’a même pas encore atteint le maximum légal de 70h/mois. Et les Pnc connaissent ces limitations. On ne peut rien cacher.
Pour ce qui est des départs ? « On confirme les départs mais pas pour les raisons de pression évoquées. Il y a eu trois départs dont deux pour des raisons d’études et un autre pour cause de regroupement familial. Ça c’est pour ce qui est récent. Il y a eu un autre départ mais c’est bien au début de l’année.
Quid du traitement salarial ? Nous avons une grille salariale pour PNC normal. On pratique la grille à l’international. On les paye même un peu plus au-dessus de certaines compagnies concurrentes pour ne pas perdre nos agents. En plus du salaire, ils ont des commissions pour chaque article vendu à bord…
Pour ce qui est de la couverture, tout le monde est couvert. Et chacun agent profite des avantages liés à son statut. Le transport est également assuré depuis leur domicile au service et on les ramène. Et la prime de transport réglementaire de 25 milles leur est quand même reversée…
Il y a des activités sociales en entreprise et la direction est présente et fait de sorte que le personnel se sente bien. Parce que si on veut durer dans le temps, il faut que les agents soit bien traités pour avoir des performances…(…) Donc sachez qu’on n’ignore pas le mail. On va y travailler pour améliorer les points à améliorer car pour nous, le personnel est une priorité et ce n’est pas des paroles en l’air…. »
Les Pnc attendent donc que le vent de la direction souffle dans leur secteur pour que leur joie soit au niveau de la santé de l’entreprise. Au top niveau !

Mahi Mikeumeuné, L’éléphant déchainé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *