Incroyable: L’ONU dévoile à l’opposition la stratégie antidémocratique d’Alassane Ouattara et le Rhdp pour braquer l’élection présidentielle de 2020

Incroyable: L’ONU dévoile à l’opposition la stratégie antidémocratique d’Alassane Ouattara et le Rhdp pour braquer l’élection présidentielle de 2020

Le « géré, bouclé et calé » clamé par les militants du RHDP, en prélude à l’élection présidentielle de 2020, repose sur plusieurs plans mis en place par le groupement politique au pouvoir. La liste électorale, les cartes nationales d’identité et la reforme du code électoral constitueraient, selon l’opposition, des pièges que le RHDP a tendu à ses adversaires pour réussir à conserver le pouvoir en 2020.
La mission d’évaluation de l’Onu, conduite par Simon-Pierre Nanitelamio, directeur-adjoint de la division de l’assistance électorale au département des affaires politiques et de la consolidation de la paix, poursuit ses consultations avec les acteurs majeurs du processus électoral en Côte d’Ivoire.
Face aux responsables de LIDER, les envoyés de l’Onu ont dévoilé certains plans que le pouvoir d’Abidjan est en train de mettre en place pour conserver le fauteuil présidentiel en 2020. En effet, lors des échanges avec la direction de LIDER, Simon-Pierre Nanitelamio et ses compagnons ont livré des informations majeures concernant les dispositions que le gouvernement ivoirien veut prendre en vue de l’élection présidentielle de 2020. Dans le compte rendu de la rencontre, publié sur le site internet du parti du professeur Mamadou Coulibaly, on apprend d’abord que le gouvernement envisage d’ouvrir l’enrôlement électoral en mars 2020.
Ce qui signifie que le gouvernement s’apprête à violer le code électoral et le droit des citoyens, en ne procédant à aucune mise à jour de la liste en 2019, comme l’article 6 du code électoral le prescrit.
En ce qui concerne les cartes nationales d’identité, le chef de la mission onusienne a informé que, toujours selon LIDER, que l’Office national de l’état civil et de l’identification (Oneci) prévoit commencer la distribution des nouvelles cartes d’identité aux 6 millions et demi de personnes qui en possèdent déjà. Cela peut laisser penser que les 7 millions de nouveaux majeurs, qui ne disposent d’aucune pièce d’identification, ne seront pas pris en compte.
« Cela est inacceptable et dénote de la volonté du gouvernement de continuer d’exclure les jeunes de la liste électorale », s’est offusquée Nathalie Yamb, conseillère exécutive du Prof. Mamadou Koulibaly. Pour elle, l’Oneci doit commencer à distribuer les pièces d’identité à ceux qui n’en n’ont pas. « C’est cela la priorité. Pour les autres, il suffit que le gouvernement proroge leur validité jusqu’à fin 2020 ou même 2021 », a-t-elle suggéré.
La troisième information, aussi pertinente que les précédentes, c’est que les nouvelles cartes d’identité, dont la production a été confiée à l’entreprise belge Semlex, ne correspondront pas au format Cedeao, contrairement à ce qu’avait laissé entendre les tenants du pouvoir. En effet, les textes de l’organisation sous-régionale prévoient que la carte d’identité biométrique Cedeao fasse également office de carte d’électeur pour les citoyens inscrits sur les listes électorales.
Ce qui ne sera pas le cas de la carte émise par Semlex/Oneci, dont le timbre coûtera pourtant 5 000 F Cfa, en dehors de tous les autres frais induits. La mention du lieu de vote n’apparaîtra donc pas au dos de la CNI, comme cela est déjà implémenté au Sénégal, où les ressortissants peuvent utiliser leur carte d’identité comme carte d’électeur.
Devant la mission de l’Onu, la conseillère exécutive du Prof. Mamadou Koulibaly a émis des réserves sur les intentions des autorités en sollicitant cette mission. Pour Nathalie Yamb, le fait que le président Alassane Ouattara fasse appel à l’Onu est totalement en déphasage avec le discours officiel du gouvernement. Qui répète à l’envie que la Côte d’Ivoire est la 5e puissance mondiale en termes de croissance, que l’indice sécuritaire y est similaire à celui de la Suisse et que tout est « bouclé-géré» pour les élections à venir.
« Nous pensons que la requête d’assistance émise par M. Ouattara est juste un prétexte pour permettre à ses complices de la communauté internationale de venir valider le braquage électoral qu’il prépare », a fustigé la conseillère du candidat de LIDER à la prochaine présidentielle.
Eugène YOBOUET (tembo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *