Depuis Daoukro, Professeur Kablan Brou Jérôme lance un appel aux Ivoiriens : «La Côte d’Ivoire est mal gouvernée, nous demandons une mobilisation forte pour changer les choses»

Depuis Daoukro, Professeur Kablan Brou Jérôme lance un appel aux Ivoiriens : «La Côte d’Ivoire est mal gouvernée, nous demandons une mobilisation forte pour changer les choses»

Le jeudi 7 novembre 2019, Pr Kablan Brou Jérôme, accompagné par Kouadio Konan Bertin dit KKB, a été reçu en audience par le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda. A sa sortie d’audience, il a livré l’objet de sa visite à la presse, fait un commentaire de l’actualité du pays et a lancé un appel, parce que, dit-il, la Côte d’Ivoire est mal gouvernée. Ci-dessous ses propos.

«Le président Henri Konan Bédié, sur son invitation, nous sommes venus le rencontrer ce matin (jeudi 7 novembre) pour parler de la famille Pdci-Rda. C’est cette question que nous venons de traiter. Il a fallu parler de ce qui s’est passé dans le temps, mais surtout de ce qui se passe et de ce qui pourrait se passer encore. C’est ce que nous venons de survoler rapidement. Nous parlons de la vie du Pdci-Rda, sa vie passée, sa vie actuelle et sa vie future. Le président a eu cette présence d’esprit de promptitude pour battre le rappel des militants. C’est de cela que nous avons surtout parlé. En battant ce rappel des militants, nous nous sommes crus obliger de répondre présent à cet appel-là. Donc nous sommes ici, à Daoukro, pour répondre à l’appel du président Bédié, face à l’actualité politique du Pdci-Rda. Je suis venu à titre personnel, en tant que professeur Kablan Brou Jérôme, déjà en tant que personne, en tant que membre du Comité des sages, c’est satisfaisant (…) La gouvernance actuelle n’a rien à voir avec le Pdci-Rda. Nous sommes mal gouvernés. Ça, je le dis haut et fort. Ce n’est pas parce que je suis chez le président Bédié que je vais vous le dire. Je ne ferais pas une langue de bois. La Côte d’Ivoire est mal gouvernée, Kablan Brou Jérôme souhaiterait qu’elle soit gouvernée autrement. C’est tout. Il n’y a pas de secret, il n’y a pas de mystère à cela. Autrement, c’est mieux que maintenant. Autrement, c’est de tout faire pour ça aille mieux maintenant. Nous demandons une mobilisation forte autour de tout ce qui peut contribuer à faire changer ce mode de gouvernement actuel».
Propos recueillis par Gilles Richard OMAEL, à Daoukro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *