Exclusif/Kouadio Konan Bertin (KKB) prévient : «Si le Pdci ne va pas aux élections en 2020, moi je serai candidat…»

Exclusif/Kouadio Konan Bertin (KKB) prévient : «Si le Pdci ne va pas aux élections en 2020, moi je serai candidat…»
L’ancien président national de la jeunesse du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, Kouadio Konan Bertin dit KKB, a repris du service au sein de son parti depuis quelques mois. Cela fait déjà 3 visites rendues (une à Abidjan et deux à Daoukro, en moins de deux mois) au président du parti Henri Konan Bédié. Ce nouvel activisme suscite des questions parmi les militants du Pdci-Rda. Africanewsquick.net l’a rencontré à Daoukro, jeudi 7 novembre. 3 questions, 3 réponses directes de l’ex-député Rhdp (groupement) de Port-Bouët.

Honorable KKB, cela fait la 3e fois depuis le retour de Paris du Président Bédié que vous lui rendez visite. Quel est l’objet de cette autre audience en moins de 2 mois ?
Vous êtes bien renseigné, vous comptez toutes les fois que je viens ici. C’est bien. D’abord, ici, c’est chez moi, vous le savez. Cela fait quelques années que je n’ai pas mis les pieds ici. Donc la nostalgie aidant, on peut être régulier. J’ai promis au président d’aider au rassemblement des cadres du parti. Parce que, d’abord, comme son nom l’indique c’est le parti de rassemblement. Donc il faut rassembler, unis, nous sommes forts. Unis, rien ne peut nous résister. Donc, ce matin (jeudi 7 novembre), j’ai accompagné le professeur Kablan Brou qui est quand même une figure de proue du Pdci-Rda. Ce monsieur que j’ai découvert et rencontré à la suite du coup d’Etat militaire de 1999 face au général Robert Guéi, ce brave monsieur, bon, depuis quelques temps, alors même qu’il est voisin au président Bédié, il est à Bongouanou, pour des raisons ou pour une autre ont vu leur militantisme refroidir. Il faut réchauffer tout ça. J’ai eu simplement l’honneur de l’accompagner pour voir le président. Les choses se sont donc très bien passées comme on le savait et comme on s’y attendait. Ce sont deux frères qui partagent la même idéologie, qui ont le même combat qui ont les mêmes convictions, renforcer le Pdci-Rda, ramener la paix dans ce pays. Et puis, pourquoi pas stabiliser la Côte d’Ivoire pour toujours, pour penser aux enfants, les scolariser et recréer le tissu social, aujourd’hui dans un pays défiguré comme on est actuellement.

Avec ce nouvel activisme auprès du président Bédié, on est tenté de vous demander qu’est-ce qui fait courir KKB ?
Mais, je ne cours pas (rire). Rien ne me fait courir.

Vous avez beaucoup d’ambitions et par rapport à ces ambitions on se demande si cet nouvel activisme n’est pas une stratégie pour réaliser vos ambitions personnelles ?
Vous me connaissez. Je suis un homme transparent, j’ai le courage de mes opinions. Si je pense quelque chose, je vous le dirai. Je ne suis pas quelqu’un qui louvoie, je ne suis pas lâche non plus. Je dis ce que je pense, donc si j’ai des ambitions, je le dirai à tout le monde. Mon ambition du moment, c’est renforcer la cohésion au sein du Pdci-Rda, ramener ce parti au pouvoir. Tant que le Pdci-Rda refuse d’aller aux élections, comme en 2015, si vous me faites parler, je vais parler hein. Donc tant que le Pdci refuse d’aller aux élections, j’irai aux élections. En 2015, vous avez refusé d’aller aux élections, j’y suis allé. Si vous refusez de partir en 2020, j’irai encore. Parce que ce n’est pas un parti qui est fait pour être absent des débats dans ce pays. Si tout le monde a compris ça maintenant, pourquoi vous me cherchez des noises?
Propos recueillis à Daoukro, jeudi 7 novembre 2019, par Gilles Richard OMAEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *