Côte d’Ivoire-Révélations explosives: Or donc la crise entre les ex-rebelles et le Rdr ne date pas d’aujourd’hui… les 15 couleuvres que Guillaume Soro a avalées face aux méchancetés des hommes de Ouattara

Côte d’Ivoire-Révélations explosives: Or donc la crise entre les ex-rebelles et le Rdr ne date pas d’aujourd’hui… les 15 couleuvres que Guillaume Soro a avalées face aux méchancetés des hommes de Ouattara

RELATIONS RDR-GUILLAUME SORO.LES COULEUVRES QU’IL A AVALÉES.
Aujourd’hui, pour railler le départ de Guillaume Soro et de ses hommes du RDR- RHDP, certains cadres de ce parti font croire qu’ils seraient partis parce qu’on n’aurait pas choisi Bogota comme candidat de ce parti pour les présidentielles de 2020.
Ils font croire également que c’est parce qu’on aurait limogés beaucoup d’entre eux qu’ils auraient décidé de se déclarer opposants à Ouattara et à son parti.
Enfin, il disent que c’est par frustration qu’ils sont partis du Rhdp. Sinon, selon eux le RDR n’aurait rien fait de mal à Guillaume Soro pour qu’il décide de partir.
Oui, j’avoue que c’est en grande partie par frustration que nous sommes partis du RDR-RHDP. Nous avons avalé tellement de couleuvres depuis des années que nous avons décidé de partir. N’est ce pas normal ?
Le RDR n’est-il pas né des frustrations de ses cadres au sein du PDCI?
Le FPI n’est-il pas né des frustrations de Laurent Gbagbo et de ses amis sous Houphouet?
C’est la frustration de Bedié qui l’a poussé à rompre avec Ouattara.
La frustration a toujours été à la base des ruptures politiques et de la création des partis politiques.
Mais c’est également parce que nous ne regardons plus les choses dans la même direction qu’eux et que nous ne voulons pas être comptables de la gestion chaotique de ce parti que nous sommes partis.
Mais il faut savoir que les limogeages des Soroistes et la démission forcée de Guillaume Soro sont le résultat d’une série d’actions débutées depuis 2004 après la crise qui a opposé le camp de Guillaume Soro à celui d’IB.
Crise qui s’est soldée par la mort, lors des combats, des lieutenants d’IB dont Bamba Kassoum dit Kass.
Il est bon de savoir que la rivalité qui est née entre IB et Guillaume Soro est le fait de certains cadres du RDR.
Ceux ci, jaloux de la légitimité populaire de Guillaume Soro qui croissait de jour en jour , surtout dans le fief de leur parti, ont monté IB contre Guillaume Soro.
Comme ils l’ont fait également entre le Chef de l’État et Guillaume Soro.
Je reviendrai sur cet épisode un de ces jours.
En réalité, la crise qui oppose Guillaume Soro, ses hommes et ceux du RDR-RHDP est la conséquence ouverte de plusieurs crises larvées, couvertes et étouffées depuis la période de la rébellion.
Cette crise, dont la face visible, perçue par la démission de Guillaume Soro de la tête de l’Assemblée Nationale, existait depuis la période de la rébellion.
Le chantage qu’on a voulu faire sur Guillaume Soro à propos de son adhésion au RDR-Rhdp a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
En effet on lui a demandé de choisir entre garder son poste de Président de l’Assemblée Nationale et adhérer au RHDP.
En termes plus simples on lui a dit ceci.
“Tu viens au Rhdp et tu gardes ton poste de Président de l’Assemblée Nationale.
Si tu refuses, dans ce cas, il faut donc démissionner de ton poste ”
Il a préféré par conviction, parce qu’il n’adhère pas à la gouvernance et aux idéaux de ce parti ,de démissionner de son poste.
Il a préféré par dignité, parce qu’il a horreur du chantage, de démissionner de son poste.
Ils sont peu nombreux dans ce pays ces hommes politiques qui feraient ce que Guillaume Soro a fait.
Pour parler des conflits qui opposent Guillaume Soro et le RDR depuis longtemps, beaucoup de personnes ne savent pas par exemple que les rapports conflictuels entre certains d’entre eux comme par exemple l’actuel Premier Ministre, alors Secrétaire général adjoint du RDR, et Guillaume Soro datent de depuis la période de la rébellion liés au contrôle de cette rébellion.
En effet, à tort ou à raison, des rumeurs, fondées ou non, avaient soupçonné, voir même accusé l’actuel PM de vouloir contrôler la rébellion au profit exclusif du RDR.
Son jeune frère, le Ministre Amadou Koné, mon patron, mon frère et mon ami malgré notre adversité politique actuelle, actuel Ministre des transports, alors Directeur de cabinet de Guillaume Soro, a été soupçonné à tort ou à raison de travailler dans ce sens. Il était même considéré comme l’espion du RDR, du Premier Ministre, au sein des Forces Nouvelles.
Cela a joué, à un moment donné, sur les relations entre Guillaume Soro et lui. Relations que j’ai contribué, à mon modeste niveau, à améliorer par la suite. Je suis donc un sachant de la chose. Je sais donc de quoi je parle.
Ça a été le premier conflit larvé entre Guillaume Soro et le RDR. Nous étions déjà en 2004.
Les rapports conflictuels entre le PM et lui se sont intensifiés en 2017,année où ce dernier a pris le contrôle de la Primature.
J’avoue que j’avais vu les choses venir. Et ce n’est pas ce que je voulais car je savais les conséquences que cela pouvait engendrer.
C’est pourquoi, à mon humble niveau, j’ai tenté une méditation entre eux par l’intermédiaire de mon ami et frère Amadou Koné.
Hélas, cette médiation n’a pas donné de suites favorables.
Et j’en ai été malheureux car malgré les apparences, j’éprouve de l’affection pour le Premier Ministre qui m’a toujours accordé du respect. Et je ne crois pas que cela ait changé malgré notre adversité politique.
Leurs rapports se sont empirés à l’approche des élections présidentielles de 2020 où les deux protagonistes sont présentés comme de futurs adversaires.
Pour parler comme les ivoiriens, leur palabre là existe depuis longtemps pour ceux qui pensent que c’est maintenant que cela a commencé.
Beaucoup de personnes ne savent pas que les relations entre les Forces Nouvelles et le RDR ont pris un coup lorsqu’il a fallut choisir un Premier Ministre en 2005 à la fin du mandat du PM Seydou Diarra. A la grande surprise des ex-rebelles, le RDR a présenté un candidat alors qu’il avait promis aux Forces Nouvelles de les soutenir au cas où la communauté internationale demanderait aux protagonistes de la crise de choisir un Premier Ministre.
Je rappelle que le RDR et le PDCI avaient promis céder la Primature aux Forces Nouvelles si ces dernières leur cédaient la Présidence de la CEI. C’est le Ministre Amadou Koné, alors Secrétaire Nationale aux élections des Forces Nouvelles, qui avait été choisi par Guillaume Soro pour présider la CEI au nom des Forces Nouvelles qui étaient majoritaires dans cette autorité administrative.
Les Forces Nouvelles ont donc cédé la Présidence de la CEI au RHDP à travers le PDCI.
Présidence assurée par Robert Beugré Mambé.
Mais en retour ni le PDCI ni le RDR n’ont respecté leurs engagements vis à vis des Forces Nouvelles.
Et chacun d’eux a proposé un Premier Ministre.
Au RDR c’était Coulibaly Tiemoko Yadé et au PDCI c’était le général Ouassenan Koné.
C’est ce qui a amené la communauté internationale à leur imposer Charles Konan Banny comme Premier Ministre.
Et Guillaume Soro et ses hommes n’ont pas digéré cette trahison venant de la part de leurs alliés.
Première couleuvre avalée par elles.

Beaucoup de personnes ne savent également pas que les relations entre Guillaume Soro et les cadres du RDR se sont détériorées lorsque ce dernier a accepté d’être le Premier Ministre de Laurent Gbagbo dans le cadre de l’accord politique de Ouagadougou.
En effet, beaucoup d’entre eux ont vu dans cette nouvelle collaboration entre Gbagbo et Guillaume Soro une trahison de la part de ce dernier. Pour eux,avec cet accord, Guillaume Soro risquerait de vendre leur lutte commune qu’est l’obtention de la Présidence de la République avec Ouattara comme Chef d’État.
Beaucoup d’entre les cadres du RDR ne supportaient pas également que Guillaume Soro soit Premier Ministre comme leur mentor l’a été. Pour eux, c’était une concurrence inacceptable au sein de la même famille politique, surtout au Nord où ils n’acceptaient pas qu’à part leur mentor, personne d’autre ne devrait être nommé Premier Ministre.
Seydou Diarra l’a été avant Guillaume Soro.
Mais comme il n’était pas du RDR comme Guillaume Soro l’était, il n’y avait pas de soucis.
C’est pourquoi ils ont crié à la trahison de Guillaume Soro.
Cette communication a été à la base de l’attentat contre son avion à Bouaké en Juin 2007.
Les Forces Nouvelles ont vu la main du RDR derrière cet attentat bien que dans leur communication elles aient dirigé, pour étouffer la suspicion, pour ne pas disperser les forces et s’éloigner de l’objectif, les regards sur Laurent Gbagbo.
Deuxième couleuvre avalée par elles.

En 2007,lorsque les Forces Nouvelles ont mises en place leurs délégations générales,mission conduite par Sekongo Felicien, un anti RDR au sein des Forces Nouvelles ,cela a tendu leurs relations avec le RDR.
Les cadres de ce parti voyaient en ces délégations générales des appendices d’un parti politique en gestation que les Forces Nouvelles seraient en train de mettre en place.Ils trouvaient que Guillaume Soro chassait sur leur territoire. C’etait une concurrence qu’ils ne pouvaient accepter. Ce qui a augmenté l’animosité et même la haine que certains d’entre eux éprouvaient vis à vis des Forces Nouvelles.
Les dénigrements systématiques de ces dernières par une partie de la direction du RDR devenaient monnaie courante.
Troisième couleuvre avalée par les Forces Nouvelles.

Les relations entre le RDR et les Forces Nouvelles se sont détériorées en Février 2010 lors de la double dissolution du gouvernement et de la CEI par Laurent Gbagbo et pour cause.
Le RDR ,à travers certains de ses cadres, n’a pas apprécié que Guillaume Soro accepte d’être reconduit comme le Premier Ministre de Laurent Gbagbo.
Ils avaient voulu que Guillaume Soro se retranche sur Bouaké et engage les hostilités militaires avec Gbagbo pour le chasser du pouvoir par les armes.
Ce que Guillaule Soro a refusé car il était convaincu qu’il pouvait pousser Gbagbo à aller aux élections. Il était également convaincu que le RDR, le PDCI, le MFA, l’UDPCI mis ensemble, Gbagbo n’avait aucune chance de gagner.
Il savait également qu’en Février 2010,la supériorité militaire de Laurent Gbagbo face aux Forces Nouvelles était énorme.
Un affrontement militaire entre elles et l’armée de Laurent Gbagbo aurait abouti à leur défaite.
Guillaume Soro en grand stratège, sans dévoiler sa faiblesse militaire de l’époque face à Laurent Gbagbo et même à ses partenaires du RHDP, n’a pas voulu suivre ces cadres du RDR et même ceux du PDCI dans leur volonté d’en découdre militairement avec Laurent Gbagbo.
Il a préféré jouer la carte des élections.
Chose que n’a pas apprécié le RDR.
Là encore, les Forces Nouvelles ont été traitées de tous les noms par certains cadres du RDR qui relayaient leurs désinformations dans leurs bases.
Quatrième couleuvre avalée par les Forces Nouvelles.

Après l’installation de Ouattara à la Présidence de la République en 2011 suite à la défaite militaire de Laurent Gbagbo qui avait voulu s’accrocher au pouvoir qu’il venait de perdre face au RHDP ,certains cadres du RDR ont décidé de régler avec Guillaume Soro leurs vieux comptes puisqu’ils avaient maintenant le pouvoir.
Avant donc l’arrivée du RDR au pouvoir, voici les couleuvres qu’il a fait avaler aux Forces Nouvelles.
A cette époque, ces couleuvres étaient de petites tailles.
Elles ont pris du volume au fur et à mesure que le RDR a commencé à prendre de l’assurance et du pouvoir.
Le President élu assis confortablement dans le fauteuil présidentiel, Il fallait commencer par faire partir Guillaume Soro l’insoumis de la Primature pour pouvoir l’affaiblir sur le plan administratif et politique.
On lui propose l’Assemblée Nationale et le Secrétariat général du RDR s’il acceptait de céder la Primature au PDCI car c’était un engagement que le candidat Ouattara avait pris vis à vis de Bedié pendant la campagne.
Chose qu’il accepte sans se douter de ce qui se préparait contre lui.
On pensait dans le fond qu’il se serait ennuyé à l’Assemblée Nationale qu’on considérait comme un garage.
Malheureusement pour eux,avec sa politique de la diplomatie parlementaire, Guillaume Soro s’est fait une envergure internationale.
Chose que nos partenaires du RDR ne supportaient pas.
Pour le poste de Secrétaire Général du RDR, la promesse qui lui a été faite a été mise aux calendes grecs.
Nous sommes en 2012.
Cinquième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

Dès son départ de la Primature, on fait dissoudre le PNRRC au profit de l’ADDR.
Je rappelle que le PNRRC qui gérait le désarmement des ex combattants était dirigé par l’un de ses lieutenants du nom de Daniel Kossomina Ouattara.
Je rappelle également que j’étais l’un des Conseillers de ce dernier au PNRRC.
L’ADDR naît.
Daniel Ouattara est limogé. Moi y compris.
En réalité, ce furent les premiers tests de limogeages mais qui sont passés presque inaperçus.
J’informe que l’ADDR a été mis en place sans que Guillaume Soro,qui gérait le DDR alors qu’il était Premier Ministre, ne soit consulté pour avis pour sa mise en œuvre.
Sixième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

A l’Assemblée Nationale, le budget de Guillaume Soro est réduit comme une peau de chagrin afin de réduire ses capacités. Pourtant en le faisant venir à l’Assemblée Nationale, on lui avait promis lui doter un budget important afin qu’il gère à la fois l’Assemblée Nationale et le Secrétariat Général du RDR.
Sur ces deux promesses, il a été floué.
Septième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

Le RDR installé, il commence à débaucher des lieutenants proches de Guillaume Soro en les montrant contre lui.On fait croire à certains que s’ils sont sortis du gouvernement, c’est à la demande de Guillaume Soro.
On fait croire à d’autres que Guillaume Soro ne veut pas d’eux au gouvernement.
Certains de ces cadres du RDR vont même jusqu’à tenter d’isoler Guillaume Soro de ses anciens chefs de guerre.
Ils l’accusent d’avoir assassiné IB afin de le livrer aux lieutenants et aux parents de ce dernier.
Guillaume Soro encaisse.
Huitième couleuvre avalée par lui.

Guillaume Soro entame des visites de terrain dans les zones hostiles au RDR afin de prôner la paix et la réconciliation.
Certains cadres et non des moindres, du RDR n’apprécient pas cela. Ils trouvent que Guillaume Soro se comporte comme un Chef d’État.
Ordre lui est aussitôt donné par la Présidence de mettre fin à ses visites de terrain. Nous sommes en 2013.
Neuvième couleuvres avalée par Guillaume Soro

En 2014 éclate une mutinerie.
Des soldats issus des Forces Nouvelles réclament des primes .
Aussitôt la main de Guillaume Soro est perçue derrière cette mutinerie par ses frères ennemis du RDR.
Ils viennent d’avoir là une occasion en or pour régler son compte.
On l’accuse à tort de tentative de coup d’État contre le Chef de l’État.
Pourtant sans son intervention, l’irréparable se serait produit. Le Chef de l’État aurait été humilié.
Dixième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

En 2015,des rumeurs folles circulent sur la probable candidature de Guillaume Soro pour les élections présidentielles de 2015.
Ces rumeurs sont fabriquées dans les officines du RDR afin de provoquer un fossé entre lui et le PR.
Pendant la campagne présidentielle, pour mieux l’affaiblir afin qu’il ne joue pas un role primordial dans la victoire du candidat du Rhdp, on lui confie un strapontin de poste de Président de Conseil Politique.
Dans la campagne, il est royalement ignoré.
Onzième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

Une fois la victoire du Président du Rhdp acquise en 2015,une manœuvre est montée contre lui par ses ennemis tapis dans l’ombre au sein de sa formation politique en complicité avec certaines nouvelles autorités du Burkina Faso.
On fait diffuser sur les réseaux sociaux des écoutes téléphoniques fabriquées de toutes pièces dans des officines pour l’accabler.
Ses frères ennemis ont ainsi une occasion en or pour le briser définitivement en ne se mouillant pas les mains.
Un mandat d’arrêt est lancé contre lui par le Burkina Faso.
Mais comme un crime n’est jamais parfait, ces écoutes téléphoniques impliquent des proches du Chef de l’État.
Il faut rapidement désamorcer la bombe qui risque d’exploser et dont les fracas ne toucheront pas que Guillaume Soro.
C’était en 2015.
Cette même année, deux de ses lieutenants de sont limogés de leur poste.
Il s’agit du Ministre Alain Lobognon(Ministère des sports)et de votre serviteur.(INFS).
Douzième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

En 2016,des émeutes éclatent suite à une augmentation des tarifs d’électricité.
Les populations de Yamoussoukro, de Daloa, de Korhogo et de Bouaké sont dans la rue pour protester contre cette augmentation anarchique.
Les mouvements des populations de Bouaké occasionnent d’énormes dégâts.
La main de Soul To Soul y est perçue par les securocrates du RDR. On l’accuse ouvertement d’être derrière ces casses de Bouaké.
Certains de ses proches sont arrêtés.
A Korhogo, on accuse Kanigui Soro d’être à la base des casses qui s’y sont déroulés. .
A Abidjan on accuse Sekongo Felicien et moi de manipulation de la Fesci afin de faire des casses à l’Université.
On nous accuse d’avoir remis à Yopougon la somme de trois millions,au nom de Guillaume Soro, au Secrétaire général de la Fesci afin de faire des casses à l’Université d’Abidjan pour mettre le pouvoir en difficulté.
Les jours qui suivent, un bureau politique du RDR est convoqué en toute urgence.
Lors de ce bureau politique, je suis pris à parti. Je suis vertement tancé par les animateur de cette réunion du RDR. Je suis accusé d’offense au Chef de l’État et d’avoir contribué à intensifier les casses de Bouaké, de Yamoussoukro et de Daloa à travers mes alertes sur Facebook. On me menace d’arrestation pour trouble à l’ordre public.
On se rend au domicile de Guillaume Soro pour lui exprimer le mécontentement de la Direction du RDR en ce qui me concerne.
A la demande de Guillaume Soro et sur conseil de mon patron, mon ami et frère le Ministre Amadou Koné, un homme pour qui j’ai une grande affection et un profond respect,je fais un post dans lequel je demande pardon au Chef de l’État qu’on dit que j’aurais offensé.
La main de Guillaume Soro est vu derrière tous ces soulèvements des populations.
Dans le mois de Mars, cette même année, des djihadistes attaquent la ville de Grand-Bassam.
Les services secrets sont surpris et assimilent cette attaque à un fait banal.
C’est Guillaume Soro qui alerte le Chef de l’État sur la vraie nature de l’attaque et lui demande de prendre des dispositions pour sa sécurité.
Ce fût son erreur.
On l’accuse de complicité avec les djihadistes.
Treizième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

En 2017,on doit procéder à l’élection du Président de l’Assemblée Nationale.
La rumeur annonce Guillaume Soro partant de son poste au profit d’Amadou Soumahoro.
Une mutinerie éclate. Les militaires issus des Forces Nouvelles réclament le reste de leur argent.
Des armes sont découvertes dans le domicile secondaire de Soul To Soul à Bouaké lors de l’offensive des Forces Spéciales sur Bouaké pour tenter de déloger les mutins.
La main de Guillaume Soro est perçue une fois de plus derrière cette mutinerie.
On l’accuse de vouloir perpétrer, une seconde fois, un coup d’État contre le Chef de l’État.
Quelques mois après, quatre lieutenants de Guillaume Soro sont limogés de leur poste d’une manière cavalière, successive et cela dans la même semaine suite à un meeting de l’UDS.
Il s’agit de Meité Sindou, de Fofana Issiaka,de Konate Zié et de votre serviteur.
On nous accuse d’avoir traité le Chef de l’État de père injuste ou d’avoir cautionné cette insulte par notre présence et notre silence à cette cérémonie.
Quelques mois après nos limogeages,Soul To Soul est arrêté et écroué à la Maca et trois lieutenants de Guillaume Soro sont mis sous surveillance par la DST.On demande de retirer leur passeport. Il s’agit de la Ministre Affousiata Bamba Lamine,de Moussa Touré ,Directeur de communication de Guillaume Soro et de Sekongo Felicien,Président de l’Amicale des Forces Nouvelles.
Guillaume Soro encaisse.
Il sait qu’il est dans l’oeil du cyclope.
Il sait ,pour parler comme les ivoiriens, qu’on le guette.
Quatorzième couleuvre avalée par Guillaume Soro.

L’année 2018 se déroule relativement calme pour Guillaume Soro et ses lieutenants. Pendant ce temps, Soul To Soul est en prison sans jugement.
Le climat se cristallise avec la mise en place du parti unifié le Rhdp.
Guillaume Soro émet des réserves sur la manière dont la mise en place de ce parti est en train de se faire.
Des réserves qui ne sont pas appréciées par les tenants du pouvoir.
Bedié ne se sent plus concerné par le RHDP nouveau pour promesses non tenues et divergences de vue.
On demande à Guillaume Soro de faire un choix entre son poste de Président de l’Assemblée Nationale et son adhésion au Rhdp.
Pendant qu’il est en train d’y réfléchir, Alain Lobognon, l’un de ses fidèles lieutenants, est arrêté et écroué a la Maca en Janvier 2019.
On lui reproche d’avoir provoqué des troubles suite à un tweet qu’il a fait afin de dénoncer l’arrestation imminente du député Maire du plateau.
Guillaume Soro, Président de l’Assemblée Nationale, n’est pas consulté lors de la prise de cette décision .
Quinzième couleuvre avalée par lui.

C’en est trop.
Guillaume Soro n’arrive plus à contenir toutes les grosses couleuvres qu’il ne cesse d’avaler depuis longtemps.
Il décide de remettre en Février 2019 sa démission au Chef de l’État, à la demande de ce dernier, pour protester contre le chantage permanent qu’on lui fait concernant son adhésion au RDR-Rhdp et pour marquer sa rupture politique avec ceux qui étaient il y a peu ses partenaires.
Depuis cette rupture de Guillaume Soro d’avec le RDR-RHDP ,des hommes à lui dont moi ainsi que certains de ses partisans sont, soient convoqués à la police pour les entendre pour les plus chanceux soient arrêtés, torturés et jetés à la MACA pour les moins chanceux.
Certains d’entre eux n’ont pas eu le temps de réaliser ce qui leur arrivait. Ils ont été tout simplement assassinés sans sommation.
Aujourd’hui on dénombre 13 prisonniers pro-Soro à la Maca pour des délits politiques.

Chers tous, après toute cette narration, vous constaterez que Guillaume Soro est parti du RDR-RHDP suite à une série de frustrations qu’il a subies et suite à l’opposition de vision entre lui et ses anciens alliés.
Il ne s’est pas séparé d’avec ses anciens alliés parce que ceux ci ne lui auraient pas promis le fauteuil présidentiel comme le prétendent les mauvaises langues.
En réalité, sans le savoir, ils viennent de lui rendre un grand service car hors du Rhdp il est libre de tous ses mouvements et libre de se présenter à l’élection présidentielle sans l’avis de qui que ce soit.
S’il était encore un militant du RDR-Rhdp, au nom de la discipline du parti, il se serait aligné derrière la décision du Président de ce parti, qui selon la rumeur, a décidé de faire du Premier Ministre son candidat en 2020.
Et pourtant on avait dit que c’est suite à une compétition interne qu’on choisirait le candidat de ce parti.
Nous constatons aujourd’hui que toute cette promesse n’était que du fla fla.
Comme toutes leurs promesses d’ailleurs.
Guillaume Soro a donc eu le nez creux en partant du Rhdp.
Ainsi, il prendra son destin en main et jouera lui lui-même sa propre carte.
Pour me résumer, c’est suite aux nombreuses couleuvres qu’il a avalées et suite à la voie prise par ses anciens alliés que Guillaume Soro a décidé de prendre son destin politique en main.
En Octobre 2020,il croisera le fer avec ceux qu’il a fait rois.
El Hadj Mamadou Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *