Georges-Armand Ouégnin (EDS), après la mise en place du bureau de la CEI: «Nous avons la certitude qu’un véritable hold-up électoral est en préparation en Côte d’Ivoire»

La direction de la jeunesse de EDS, avec à sa tête son président Dahi Nestor, a été reçue en audience par le président de EDS, le professeur Georges-Armand Ouegnin, le lundi 30 septembre 2019 dernier, au siège provisoire de EDS.
Cette rencontre initiée par le président de EDS avait pour ordre du jour principal, la redynamisation des structures spécialisées de la faitière. Le professeur Georges-Armand Ouegnin a ainsi profité de ces échanges pour exhorter la jeunesse à se mettre en ordre de bataille pour aller à la rencontre des populations afin de porter le message de réconciliation nationale du référent politique de EDS, le président Laurent Gbagbo qui, malgré l’appel de la procureure de la CPI, est bel et bien acquitté et en véritable artisan de paix, il reviendra très bientôt sur la terre de ses ancêtres pour occuper une place de choix dans le processus de réconciliation nationale qui ne saurait être crédible en son absence.
Cette réconciliation, a dit le président Ouégnin, passe aussi par la mise en place d’un organe électoral consensuel pour des élections apaisées. Il a dénoncé cette « CEI RHDP confligène, désormais présidée par le secrétaire général du Conseil constitutionnel, un protégé du pouvoir qui est à la fois juge et partie « (…) nous militons pour la gratuité de la CNI, car on ne peut pas demander 5000f à une population qu’on a volontairement appauvrie…La recomposition de la CEI est un véritable scandale avec l’installation d’un membre du Conseil constitutionnel à la tête de cet organe électoral censé être indépendant …
Nous ne reconnaissons pas cette CEI qui n’est pas conforme à l’Arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Nous avons la certitude qu’un véritable hold-up électoral est en préparation en Côte d’Ivoire. Nous appelons les tenants actuels du pouvoir à ouvrir de vraies discussions dans l’intérêt supérieur de notre pays …
Ce sont toutes ces informations que je vous invite à transmettre sur le terrain aux militants pour les rassurer et les préparer aux futurs mots d’ordre parce que nous ne nous laisserons pas faire cette fois-ci en utilisant tous les moyens démocratiques et légaux (…) »
En retour, le président des jeunes d’EDS a affirmé, au nom de tous, avoir pris bonne note des instructions de sa direction et a promis de les appliquer dans les plus brefs délais. Il a, enfin, réaffirmé être à la disposition du président de EDS et de la direction chaque fois que de besoin. Le président de EDS était accompagné, pour la circonstance, du secrétaire général du Comité opérationnel, monsieur M’ponon Etienne et de son chef de Cabinet, monsieur Anangaman Olivier.

Source : Sercom EDS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *