Côte d’Ivoire: La CDRP appelle «les citoyens ivoiriens soucieux, de se tenir prêt dans l’attente des mots d’ordres pour faire barrage à cette CEI illégale et illégitime»

Côte d’Ivoire: La CDRP appelle «les citoyens ivoiriens soucieux, de se tenir prêt dans l’attente des mots d’ordres pour faire barrage à cette CEI illégale et illégitime»

PLATEFORME « COALITION POUR LA DEMOCRATIE, LA RECONCILIATION ET LA PAIX (CDRP)

DECLARATION DES PARTIS POLITIQUES DE LA PLATEFORME CDRP
SUITE A LA DESIGNATION DES 15 MEMBRES DE LA COMMISSION
ELECTORALE INDEPENDANTE (CEI)
Au terme d’un Conseil des Ministres tenu le mercredi 25 septembre dernier, le Gouvernement a rendu publique la composition de la Commission Centrale de la CEI.

Comme on le constate, un déséquilibre structurel savamment aménagé, place de façon très claire cette CEI sous l’emprise du Pouvoir actuel. C’est pourquoi, cette Commission Electorale Indépendante n’éteint en rien les contestations pertinentes et les fortes réserves émises par la majorité des Ivoiriens, les forces politiques nationales et les observateurs de la vie sociopolitique de notre Pays.

I – RAPPEL DES FAITS

Entrés en discussion avec le Gouvernement depuis le 21 janvier 2019 sur la question de la CEI, les partis politiques parties aux discussions pour le compte de la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix – CDRP : le PDCI-RDA, le RPCI, l’USD et le RPP n’ont pu poursuivre lesdites discussions, suite à des divergences profondes sur trois points fondamentaux, tenant à la forme qu’au fond de ces discussions.

a – En la forme :

Pour éviter des malentendus, voire des blocages regrettables au cours de ces discussions, les partis avaient demandé l’élaboration de termes de référence, pour fixer de façon claire l’objet et la méthodologie de ces discussions.

C’est donc le lieu de rappeler que les partis politiques membres de la CDRP, qui tirent avec l’ensemble de la classe politique, les leçons des scrutins antérieurs, largement manipulés, émaillés de violences et de pertes en vies humaines, avaient en son temps, déjà déploré l’obstination du Gouvernement à poursuivre dans une voie non consensuelle et porteuse de graves menaces pour l’avenir de notre Pays.

Enfin, devant l’obstination du Gouvernement à conclure les discussions en passant outre les injonctions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) et en violant les règles de fonctionnement du Parlement, les trois Groupes Parlementaire de l’Opposition ont à nouveau saisi la CADHP, en vue de déclarer cette nouvelle CEI non conforme aux instruments internationaux auxquels la Côte d’Ivoire est partie.

b- Sur le fond :

Les partis politique de l’opposition avaient demandé une réforme profonde de la CEI et exigé que ces discussions soient étendues à l’ensemble des questions relatives, tant à la composition, qu’au cadre juridique et institutionnel des élections.

Par ailleurs, les partis politique de l’opposition ont tenu à ce que la nouvelle CEI soit conforme aux injonctions de la Cour Africaine des Droit de l’Homme et des Peuples, en son arrêt du 18 novembre 2016, qui vise une réforme en profondeur de l’organe électoral, par l’élaboration d’une nouvelle loi sur la CEI.

II – NOTRE ANALYSE

La Commission Electorale Indépendante dont les membres viennent d’être installés est un organe non Independent, sans pouvoir de police et sans autonomie financière qui, comme nous le constatons tous, a été bâti en parfaite violation de l’arrêt de la Cour Africaine, sur la base d’une simple recomposition de la précédente CEI.

Par ailleurs, les partis politiques de l’opposition constatent, comme il fallait s’y attendre, de par sa composition, cette CEI revêt tous les attributs d’une chambre d’enregistrement à la solde du RHDP-UNIFIE. Elle peut donc organiser d’élection juste, transparente et sincère.

A L’évidence, avec cette CEI, le RHDP-UNIFIE s’est aménagé une voie royale pour se maintenir au pouvoir, en exposant malheureusement notre Pays à de nouvelles turbulences meurtrières.

III – CONCLUSION

Comme le constatent les partis politique de l’opposition membres de la CDRP ainsi que tous les ivoiriens les observateurs de la vie sociopolitique nationale, c’est en raison de l’intransigeance du Gouvernement à ne traiter que de la simple recomposition, en lieu et place d’une réforme profonde de la CEI, que le processus s’est soldé par un échec retentissant.

C’est pourquoi, soucieux de leur contribution effective à garantir durablement à la Côte d’Ivoire des élections transparentes, justes et sans violence, les partis politiques de l’opposition ivoirienne, membres de la CDRP :

-dénoncent et condamnent cet énième passage en force perpétré par le Gouvernement ;

-rejettent cette Commission Electorale Indépendante inféodée au RHDP-UNIFIE et appellent toutes les forces politiques et sociales de progrès, à ne pas reconnaitre en cette nouvelle CEI ;

-Appellent tous leurs militants, les organisations politiques et sociales, ainsi que les citoyens ivoiriens soucieux de la restauration véritable de notre Pays, de se tenir prêt dans l’attente des mots d’ordres qui seront donnés pour faire barrage à cette Commission Electorale Indépendante illégale et illégitime.

             Fait à Abidjan, le 30 Septembre 2019

ONT SIGNE

Parti Démocratique de Côte d’Ivoire
-(PDCI-RDA)

SERI BI N’GUESSAN

Rassemblement du Peuple de Côte d’Ivoire (RPCI)

Pr. BAMBA Moriferé

La Nouvelle Côte d’Ivoire (LNCI)

GNAMIEN KONAN

Rassemblement pour la Paix, le progrès et le Partage (RPPP)

OUATTARA GNONZIE

Union Pour la Côte d’Ivoire
(UPCI)

Me SORO Brahima

Union des Socio Démocrates
(U.S.D)

Henri NIAVA
Rassemblement pour la Côte d’Ivoire
(RACI)

SORO KAGNIGUI

Mouvement pour la Promotion des Valeurs Nouvelles en Côte en Côte d’Ivoire
(MVCI)

SEKONGO Félicien

Mouvement des Forces d’Avenir
(MFA)

Azoumana MOUTAYE

Parti Ivoirien des Travailleurs
(PIT)

AHIZI AKA Daniel

Congrès pour la Renaissance Ivoirienne et Panafricaine
(CRI-PANAFRICAIN)

Abel NAKI

Sursaut National-Côte d’Ivoire
(SN-CI)

KOUAME Marcellin

Parti Ivoirien du Peuple (PIP)

TANOH ABIZI
Parti Communiste Révolutionnaire
de Côte d’Ivoire (PCRCI)

EKISSY ACHI

Congrès Panafricain pour la Justice et l’Egalité des Peuples
(COJEP)

NOGBOU HYACINTHE (Pr.)

Parti des Agriculteurs et Artisans de Côte d’Ivoire (PAACI)

DIEBI ATTOBRA

Alternative Africaine pour la Social-Démocratie
(AAPSD-CI)

Jean GUEI MOUHO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *