Côte d’Ivoire-Le vérités crues de Tapé Mambo Lucien à Alassane Ouattara : «Il faut éviter le syndrome Abdoulaye Wade. Un chef d’Etat doit être au-dessus et non pour un parti politique»

Côte d’Ivoire-Le vérités crues de Tapé Mambo Lucien à Alassane Ouattara : «Il faut éviter le syndrome Abdoulaye Wade. Un chef d’Etat doit être au-dessus et non pour un parti politique»

La plateforme de la société civile de Côte d’Ivoire pour les élections apaisées était en conclave hier à la salle de conférence de la Caisse de Stabilisation au Plateau pour réfléchir sur le thème «La place et le rôle de la société civile ivoirienne dans la mise en place de la nouvelle Cei.»
Plusieurs organisations et mouvements de la société civile étaient présents. Échanges, ateliers de travail, adoption de résolution finale sont autant de temps forts qui ont meublé cette rencontre. Occasion pour le président de cette plateforme de rappeler le rôle de la société civile mais surtout d’interpeller les gouvernants sur la responsabilité qui est la leur dans le maintien d’un environnement de paix et de stabilité en Côte d’Ivoire.
« Le rôle de la société civile, c’est de faire des plaidoyers pour que les gouvernants prennent des mesures pour régler des situations. La Cour africaine de justice et des Droits de l’homme avait demandé au gouvernement ivoirien de réviser la formation de la Cei. Et nous avons estimé en tant que société civile d’apporter notre contribution et surtout d’expliquer le rôle d’une société civile dans une nation.
Une nation bien faite a besoin d’avoir ces deux composantes, les acteurs étatiques et les acteurs non étatiques », a mentionné Tapé Mambo Lucien avant de faire cette adresse à l’endroit du Chef de l’Etat. « (…) Nous avons constaté que l’actualité nous amène à parler des tensions qui ne sont pas bonnes à apprendre. C’est ce qui nous a amené à la crise de 2010. Nous ne voulons pas que cette crise revienne. Nous disons que la stabilité n’a pas de prix. Nous reconnaissons tous que le père de nation, aujourd’hui, c’est le président Alassane Ouattara.
Et au moment où nous savons que c’est le père de la nation, il n’appartient pas à un parti politique, il appartient à la Côte d’Ivoire. Et de ce piédestal, le président doit convoquer tous les partis politiques et tous les acteurs politiques, qu’ils soient du RDR, du PDCI, du FPI, Soro Guillaume pour que nous ayons un accord politique pour que 2020 ne soit pas effrayant pour les populations ivoirienne. Nous allons dire au président de la république de rencontrer ses frères pour mettre balle à terre.
C’est ce qui n’a pas été fait et puis nous avons eu des problèmes en 2010.Car c’est lui qui est le Chef et ne doit pas se fâcher parce qu’un chef se met au-dessus. Le président de la République ne peut pas dire que je suis Rhdp et que feront les autres. Le président de la Guinée qui était en Côte d’Ivoire, récemment, a dit au président Alassane Ouattara qu’il n’est pas le président du Rhdp, mais le président de la Côte d’Ivoire. Si un étranger a pu lui dire cela, est-ce que nous ne pouvons le lui dire aussi? Nous ne sommes pas là pour faire l’éloge de quelqu’un.
Pour nous, la stabilité n’a pas de prix », a fait savoir le président de la plateforme de la société civile de Côte d’Ivoire pour les élections apaisées. Poursuivant dans ses propos, Tapé Mambo a invité les tenants du pouvoir à éviter le syndrome sénégalais en Côte d’Ivoire. « Depuis Houphouët-Boigny, nous n’avons jamais vu un président ivoirien remettre le pouvoir pacifiquement à un autre président.
Nous disons aux uns et aux autres d’éviter de sortir comme le président Abdoulaye Wade. Moi, j’étais au Sénégal, les infrastructures que Wade a réalisées, aucun Chef de l’Etat ne l’a fait. Et vous voyez comment Wade est sorti. Les gens ont oublié qu’il a fait tout cela. Donc l’expérience africaine que nous avons, nous amène à parler à nos frères en leur disant qu’il y a une manière de passer le pouvoir de façon pacifique », a-t-il interpellé.
Par ailleurs, le président de la plateforme de la société civile suggère, qu’au-delà de la réforme de la Cei, qu’il soit reformé tous les instruments électoraux en Côte d’Ivoire, à savoir le corps préfectoral, le Conseil constitutionnel. Car dira-t-il, « l’organisation d’une élection transparente est gage de stabilité dans tout pays. A partir de la stabilité nous pouvons avoir le développement ». Pour lui, le président de la République est la seule personnalité a impulser la paix et la stabilité dans le bateau ivoire qui tangue actuellement «(…) Si aujourd’hui la Côte d’Ivoire brûle, celui qui sera responsable, c’est le président Ouattara Aujourd’hui la maison Côte d’Ivoire va mal et la seule personne qui peut régler cela, c’est le président de la république, Alassane Ouattara. Il n’est pas Chef d’un parti politique, mais un chef qui est au-dessus des partis politiques. Il doit même pas y avoir des palabres entre lui et qui que ce soit. Nous allons dire au président de recevoir ses frères et ses sœurs dans un dialogue franc pour qu’ensemble ils puissent trouver un terrain d’entente et apaiser la situation sociale », a insisté Tapé Mambo Lucien.
J.N. (via afriksoir.net)

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *