«Envoyé spécial» sur le cacao en Côte d’Ivoire, un autre scandale sous Ouattara: L’émission ‘’censurée’’ sur France2 sera rediffusée en Afrique sur Tv5… Qu’a fait Dominique Ouattara avec les fonds de lutte contre le travail des enfants dans les champs de cacao?

L’interruption jeudi de la diffusion de l’émission « Envoyé Spécial » sur le travail des enfants dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire a provoqué un tollé. Beaucoup ont crié à la censure mais Premières Lignes, la société de production, a déclaré être responsable de la non-diffusion de cette enquête pour « protéger des sources ».

La vérité de cet autre scandale éclatera le 29 j1nvier sut tv5. Madame Dominique Ouattara a-t-elle fait du faux? La Première Dame de Côte d’Ivoire, les délégations américaines et ghanéennes et les industriels du cacao et du chocolat, ce jeudi 19 juillet 2018, à Adzopé. En effet, dans le prolongement de la 8 ème réunion annuelle du Groupe de Coordination des actions de lutte contre le Travail des Enfants dans la Cacao culture (CLCCG) qui s’est tenue du 17 au 18 juillet 2018 au Sofitel Hôtel Ivoire de Cocody, la Première Dame a tenu à inviter les différentes délégations présentes et les parties prenantes dans la lutte contre ce phénomène à toucher du doigt la réalité de l’application sur le terrain des résolutions et des recommandations du gouvernement ivoirien dans le cadre de lutte contre le travail des Enfants dans les plantations de cacao. Et pour ce cas pratique, le choix a été porté sur la Coopérative Agricole de Yakassé Attobrou (CAYAT) dirigée par Madame Bamba Awa.

Personne n’était au courant. Même pas Élise Lucet, la présentatrice de l’émission, et Paul Moreira l’auteur de l’enquête. Jeudi 10 janvier, la diffusion sur France 2 d’un reportage d’ »Envoyé spécial » sur le travail des enfants dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire a été « brutalement » interrompue dans certains pays africains.

L’interruption de cette enquête intitulée « Cacao : des enfants pris au piège » a vite été relayée sur les réseaux sociaux et a créé la polémique. Beaucoup ont de suite crié à la« censure» et pointé du doigt les autorités locales mais aussi Canal + Afrique, propriétaire du bouquet sur lequel est diffusé France 2 en Afrique.… suite de l’article sur Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *