Doubé Binty (Le Nouveau Réveil) à Adjoumani: «En réalité, c’est la disparition du PDCI qui est l’objectif vrai de ceux-là qui disent suivre aujourd’hui les traces fangeuses d’un HOUPHOUET-BOIGNY, fruit de leur imagination»

Doubé Binty (Le Nouveau Réveil) à Adjoumani: «En réalité, c’est la disparition du PDCI qui est l’objectif vrai de ceux-là qui disent suivre aujourd’hui les traces fangeuses d’un HOUPHOUET-BOIGNY, fruit de leur imagination»

Partis, selon eux, ramener à la raison un de leurs ainés adepte farouche de ce bruit qui s’obstine à s’appeler « sur les traces d’Houphouët », quelques jeunes du PDCI-RDA ont été bien marris lorsqu’ils se sont entendu dire par leur interlocuteur: « vous PDCI, continuez ainsi et vous vous rendrez très vite compte qu’aux prochaines élections régionales et communales, vous n’enregistrerez aucun succès, vous ne l’emporterez dans aucune région ni dans aucune commune ! »
La conversation s’est finalement achevée en queue de poisson, chacun campant sur ses positions, l’ainé en question insistant sur le fait que le président BEDIE s’égarait totalement parce que selon lui, le Président du PDCI-RDA se ferait mener en bateau par « une clique de profiteurs qui, voulant préserver leurs privilèges et influence, s’acharneraient à lui donner des conseils tous frappés d’ineptie et partant l’amèneraient volontairement à opérer des choix désastreux ! »
Car pour cet ainé, ceux qui sont aujourd’hui les partisans tenaces, intraitables voire fanatiques du parti unifié, seraient les seuls à être dans le vrai car menant un combat intrépide pour que s’instaure cette unité qui était la prunelle de l’œil du père de la Nation.
Il est tout simplement à se demander si le président Félix Houphouët-Boigny qui préférait qu’on fût uni contre lui plutôt que divisé avec lui a connu la moindre fracture dans son grand mouvement tant qu’il était encore sur la terre des hommes !
Pour assouvir leurs ambitions et leurs bas instincts, de même que leur cupidité sans limite et leur avarice dévastateur, certains n’étaient-ils pas déjà, sur les antennes de radios étrangères, en train de se livrer à une tentative de guerre à connotation religieuse donnant à croire qu’ils faisaient l’objet de rejet parce que supposés appartenir à une religion ?
Heureusement que les Ivoiriens, sages et réfléchis malgré tout, ont su déjouer ce piège grossier tendu par des personnes qui, comme Gnaton, ne vivent que pour elles-mêmes, voyant toujours midi à leur porte et prêtes à tout, à travers les actes !
Il est donc difficile d’être sur « les traces » de quelqu’un qui n’a jamais toléré la division stupide, et c’est pour cela qu’il a fait du dialogue, l’arme des forts, son instrument de combat par excellence. Tout simplement parce qu’il estimait que dès l’instant où la vie de la nation était en cause, aucun amour propre, aucune division ne pouvaient avoir leur place.
Ceux qui, à un moment donné, ont « claqué » sans ménagement la porte du PDCI-RDA devraient pouvoir nous dire si la vie, l’avenir et le devenir de la Côte-d’Ivoire ont un tant soit peu pesé dans la prise de leur décision partisane.
Dès lors, si ces personnes qui ont pris à un moment donné cette décision lourde de conséquence sont aujourd’hui piquées par le virus de la raison, de la patrie et de l’intérêt supérieur de la nation, qu’elles rejoignent sans condition le giron du PDCI, parti de rassemblement qui ne rejette jamais personne.
Mais puisqu’en réalité, c’est la disparition du PDCI qui est l’objectif vrai de ceux-là qui disent suivre aujourd’hui les traces fangeuses d’un HOUPHOUET-BOIGNY, fruit de leur imagination, nous ne pouvons pas ne pas tenir compte des menaces adressées au PDCI quant à son score aux prochaines élections.
Nous aurions pu hausser les épaules et balayer ces menaces du revers de la main parce que provenant de personnes aux abois et prises dans le tourbillon de la peur-panique !
Nul n’ignore en effet que le PDCI-RDA est le seul et unique parti de la Côte-d’Ivoire ayant une envergure nationale. Dès lors, si les élections sont justes, loyales et transparentes, les partis tribaux qui se sont crées ne sont même pas sûrs de l’emporter dans leurs propres fiefs !
Toutefois, dans la mesure où nous avons tant insisté sur la poltronnerie, la veulerie, la roublardise de certains, nous ne pouvons en aucun cas avoir une quelconque attitude désinvolte qui conduirait au suicide !
N’oublions jamais la scène de l’aveugle qui est le premier à lancer la pierre à son adversaire bien voyant ! N’est-ce pas parce qu’il a les pieds posés sur une masse de pierres qu’il a engagé une action apparemment irréfléchie et téméraire ?
Nous en appelons donc à la direction du Parti et à l’ensemble des militants pour que leur degré de vigilance soit décuplé afin que tout soit mis en œuvre pour faire échec à toute entreprise illégale, déloyale, frauduleuse et inique à laquelle pourraient se livrer les adeptes indécrottables de la technologie électorale !
En conséquence, pour aboutir à notre fin, il nous faut (re) faire nôtre ce que les Ivoiriens ont abandonné depuis plusieurs années. Revenons à la Devise de la Côte-d’Ivoire et travaillons dans l’Union, la Discipline et le Travail.
N’oublions jamais que l’union fait la force, que la discipline fait la force des armées et de toute entreprise qui vise la réussite, que le travail est un trésor ainsi que nous le rappelle avec tant de justesse Jean de Lafontaine !
Nous devons donc respecter toutes les règles que nous avons librement élaborées et adoptées. Ainsi nous devons veiller à ce que ne postulent que ceux dont nous pensons qu’ils sont une chance réelle pour le parti. D’où le rôle particulièrement important de la BASE qui doit être interrogée dès que nait le moindre doute.
Nous devons éviter à tout prix de nous livrer à certains types de compromis qui aboutissent finalement à des compromissions, sources de frustration, d’indiscipline et de division pendant les élections.
L’idéal ne serait-il pas que nous n’ayons pas de candidats indépendants parce que nous aurons su et pu réaliser le consensus ? Par ailleurs, nous devons être circonspects quant à ces personnes qui se font remarquer par leur présence bruyante sans vraiment rien apporter de concret et de positif au Parti.
Sans mépriser en aucun cas, les militants des grandes cités n’oubliont jamais que le PDCI-RDA est également un parti rural et que partant, le pragmatisme doit être une force pour le parti. Combien de militants, quoiqu’anonymes, servent le parti avec dévouement voire avec « dévotion » mais se laissent coiffer par les tonneaux vides dont le vacarme bruyant finit par l’emporter ?
Encore une fois, la consultation de la base est capitale et nous ne devons pas nous priver d’en user et même d’en abuser.
Rappelons toujours ce que nous rappelait inlassablement le Père de la Nation : L’araignée ou le cafard ne pénètre que dans un mur lézardé. Veillons donc à ce que le mur PDCI-RDA ne soit jamais lézardé car c’est ce sur quoi comptent ceux qui marchent sans but sur les traces d’un Houphouët qui n’a jamais existé.
Nous avions un pays en constant progrès jusqu’au coup d’Etat maléfique du 24 décembre 1999. Depuis lors, l’union est devenue mésintelligence, rupture, séparation, la discipline est devenue désordre, pagaille et le travail, ce travail sacré qui nous a propulsés si haut est devenu paresse, inaction et surtout tricherie.
Ce qui semblait si solide s’est écroulé comme un château de cartes !
Et depuis cette intrusion-invasion de quelques pieds nickelés dans l’arène politique nationale, tout marche à l’envers. Le quart de siècle d’avance que possédait la Côte-d’Ivoire sur les autres pays a disparu et nous sommes aujourd’hui à la reconquête de notre glorieux passé ! Ce n’est que la réappropriation de notre belle devise et sa mise en pratique réelle qui évitera à notre pays une déliquescence définitive.
Ne nous en laissons pas conter face aux corrupteurs de tout acabit qui se sont rendus compte que la faiblesse de l’Ivoirien d’aujourd’hui est son incapacité à résister à l’attrait de l’argent.
Militants du PDCI, unissons-nous dans la discipline pour qu’à travers un travail acharné nous infligions à tous les ennemis du parti, à tous les chevaux de Troie qui croient pouvoir gagner après avoir perçu les « trente deniers » de la trahison, une défaite mémorable qui leur donnera le tournis et leur fera perdre la raison !!!
Leur avertissement n’aura alors été qu’un lamentable coup d’épée dans l’eau !

Doubé Binty

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *